Élections législatives norvégiennes de 1985

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections législatives norvégiennes de 1985
157 sièges du Storting
(Majorité absolue : 79 sièges)
Type d’élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 3 100 479
Votants 2 605 436
84 % en augmentation 2
Gro Harlem Brundtland (cropped).jpg Parti travailliste – Gro Harlem Brundtland
Voix 1 061 712
40,8 %
en augmentation 3,6
Sièges obtenus 71 en augmentation 5
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti conservateur – Erling Norvik
Voix 791 537
30,4 %
en diminution 4,9
Sièges obtenus 50 en diminution 3
(Bilden ar tagen vid Nordiska radets session i Oslo, 2003) (1).jpg Parti populaire chrétien – Kjell Magne Bondevik
Voix 214 969
8,3 %
en diminution 4,2
Sièges obtenus 16 en augmentation 1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti du centre – Johan J. Jakobsen
Voix 171 770
6,5 %
en diminution 1,3
Sièges obtenus 12 en augmentation 1
Koritzinsky.jpg Parti socialiste de gauche – Theo Koritzinsky
Voix 141 950
5,5 %
en augmentation 0,6
Sièges obtenus 6 en augmentation 2
CI Hagen2326alt 2E jpg DF0000062793.jpg Parti du progrès – Carl I. Hagen
Voix 96 797
3,7 %
en diminution 0,8
Sièges obtenus 2 en diminution 2
Répartition finale des sièges
Diagramme
Ministre d'État norvégien
Sortant Élu
Kåre Willoch
Parti conservateur
Kåre Willoch
Parti conservateur

Les élections législatives norvégiennes de 1985 (Stortingsvalet 1985, en norvégien) se sont tenues le , afin d'élire les cent cinquante-sept députés du Storting pour un mandat de quatre ans.

Résultats[modifier | modifier le code]

Le bloc de gauche (Ap + Sv) totalise 77 sièges, alors que le bloc bourgeois (H, Sp et KrF) totalise 78 sièges. Or il faut avoir 79 sièges pour avoir la majorité absolue. Si le Parti du progrès n'est pas considéré comme fréquentable et qu'il ne possède que deux sièges, il n'empêche qu'il joue un véritable rôle d'arbitre.

Le gouvernement Willoch reste donc en place mais cette fois-ci le gouvernement est minoritaire. Il reçoit donc le soutien du Parti du progrès, pendant huit mois, qui décide ensuite de voter contre le gouvernement, lequel est renversé le . Le second gouvernement Brundtland, minoritaire, se met en place dès le lendemain.

Enfin, le parti social-libéral Venstre - pour la première fois de son histoire - n'obtient aucun député au Storting.

Notes et références[modifier | modifier le code]