Élections législatives liechtensteinoises de 2001

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections législatives liechtensteinoises de 2001
25 sièges au Landtag
(majorité absolue : 13 sièges)
et
Corps électoral et résultats
Inscrits 16 350
Votants 14 073
86,5 %  −0,3
Votes blancs 160
Logo Fortschrittliche Bürgerpartei in Liechtenstein.svg Parti progressiste des citoyens
Voix 92 204
49,9 %
 +10,7
Sièges obtenus 13  +3
Vaterländische Union Logo.svg Union patriotique
Voix 76 402
41,13 %
 −8,1
Sièges obtenus 11  −2
FL Logo.png Liste libre
Voix 16 184
8,8 %
 −2,8
Sièges obtenus 1  −1
Composition du nouveau parlement.
Diagramme
Chef du gouvernement
Sortant Élu
Mario Frick
Union patriotique
Otmar Hasler
Parti progressiste des citoyens

Les élections législatives liechtensteinoises de 2001 se sont déroulées les et .

Système politique et électoral[modifier | modifier le code]

Le Liechtenstein est une principauté organisée sous la forme d'une monarchie constitutionnelle. Le chef d'état est un Prince, qui possède des pouvoirs politiques importants, comprenant un droit de veto. Ces aspects de monarchie directe sont contrebalancés par des éléments de démocratie directe — initiative populaire et référendum — qui font du Liechtenstein le pays d'Europe où celle-ci est considérée la plus poussée[1].

Le parlement, ou Landtag, détient le pouvoir législatif. Les 25 députés qui le composent sont élus pour quatre ans au sein de 2 circonscriptions, l'Oberland et l'Unterland, comportant respectivement 15 et 10 sièges. Tous les sièges sont pourvus au scrutin proportionnel entre les listes de candidats ayant remporté au moins 8 % des suffrages exprimés au niveau national[2].

Le vote est obligatoire[2].

Contexte politique[modifier | modifier le code]

Ces élections ont lieu dans le contexte d'une augmentation du corps électoral d'un peu plus de 1800 inscrits suite à l'abaissement de l'âge légal de droit de vote de vingt à dix huit ans.

D'autre part, à l'international, le Liechtenstein est la cible de révélations quant à son implication dans des affaires de blanchiment d'argent et de comptes bancaires secrets qui entraînent en juin 2000 son inscription par l'OCDE sur liste noire pour non-coopération à la lutte contre le blanchiment d'argent[3]. Le gouvernement du Liechtenstein tente de rehausser son image par l'adoption de lois contre cette pratique.

Sur le plan intérieur, enfin, un conflit est mis en lumière entre le gouvernement et le Prince Hans-Adam II. Les propositions d'amendements constitutionnels de ce dernier proposent d'augmenter les pouvoirs qui lui sont conférés, au détriment du gouvernement et du Parlement. L'une des propositions les plus controversées consiste à habiliter le Prince à nommer les juges et, si le Parlement n'avalise pas son choix, à organiser un référendum. La situation existante étant celle d'un Landtag nommant les juges mais avec l'aval princier. Le gouvernement sortant s'est élevé contre ces changements[3].

Lors des élections précédentes, l'Union patriotique remporte la majorité absolue à l'assemblée et décide le 10 mars 1997 de mettre fin à la traditionnelle coalition avec le Parti progressiste des citoyens.

Résultats[modifier | modifier le code]

L'ensemble des voix en faveur des candidats d'un parti sont comptabilisés comme suffrages pour ce parti, ce qui porte le nombre de ces derniers à un total bien supérieur au nombre d'électeurs.

Parti Voix % +/- Sièges +/-
Parti progressiste des citoyens 92 204 49,90 % en augmentation 10,7 13 en augmentation 3
Union patriotique 76 402 41,13 % en diminution 8,1 11 en diminution 2
Liste libre 16 184 8,80 % en diminution 2,77 1 en diminution 1
Votes blancs et invalides 160 - - - -
TOTAL 14 178 100 % - 25 -
Nombre d'inscrits / participation 16 350 87 % - - -
Source: European Elections Database[4] et Union Interparlementaire[3]

Le taux de participation reste quasi inchangé malgré l'augmentation du corps électoral.

Alternance. Victoire du Parti progressiste des citoyens qui remporte la majorité absolue à l'assemblée. Le Premier ministre Mario Frick (UP) cède la place à Otmar Hasler (PPC)[3],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]