Élections législatives kosovares de 2019

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections législatives kosovares de 2019
120 députés de l'Assemblée du Kosovo
(Majorité absolue : 61 sièges)
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Ligue démocratique du Kosovo – Vjosa Osmani
Sièges sortants 25
Kadri Veseli 2017.jpg Parti démocratique du Kosovo – Kadri Veseli
Sièges sortants 23
Albin Kurti duke protestuar (2).jpg Autodétermination – Albin Kurti
Sièges sortants 19
Ramush Haradinaj (-125880784).jpg Alliance pour l'avenir du Kosovo  – Ramush Haradinaj
Sièges sortants 12
Shpend Ahmeti (cropped).jpg Parti social-démocrate du Kosovo – Shpend Ahmeti
Sièges sortants 12
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Liste serbe pour le Kosovo – Slavko Simić
Sièges sortants 10
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Initiative sociale-démocrate – Fatmir Limaj
Sièges sortants 8
Premier ministre du Kosovo
Sortant
Ramush Haradinaj
AAK

Les élections législatives kosovares de 2019 (en albanais : Zgjedhjet parlamentare në Kosovë 2019) ont lieu le 6 octobre 2019 afin d'élire les 120 députés de la 7e législature de l'Assemblée du Kosovo pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin est anticipé d'un peu moins de deux ans par rapport à la date initialement prévue suite à la démission en juillet 2018 du Premier ministre Ramush Haradinaj. Incapable de s'accorder sur un successeur, l'Assemblée vote sa dissolution le mois suivant.

Contexte[modifier | modifier le code]

Élections de 2017[modifier | modifier le code]

Les élections législatives de juin 2017 ont elles-mêmes lieu de manière anticipée suite à la chute du gouvernement d'Isa Mustafa. Celui-ci est renversé par une motion de censure le 10 mai 2017 par 78 voix contre 34 après l'échec de la conclusion d'un accord avec le Monténégro voisin sur une reconnaissant de leurs frontière commune[1].

Le scrutin conduit à une impasse parlementaire, les principales formations albanophones du pays se constituant en trois grand blocs aux résultats électoraux plus ou moins égaux. La coalition PAN, acronyme de PDK, AAK et NISMA, sigles respectifs du Parti démocratique du Kosovo, de l'Alliance pour l'avenir du Kosovo, et de l'Initiative sociale démocratique, obtient 39 sièges tandis que le parti Autodétermination (VV) en obtient 32 et que la coalition LAA, acronyme de LDK, AKR et A, sigles respectifs de la Ligue démocratique du Kosovo, de l'Alliance pour un nouveau Kosovo et d'Alternativa, en réunit 29. Enfin, le parti de la minorité serbe Liste serbe pour le Kosovo (SL) en obtient 9, suivi de plusieurs partis mineurs d'un ou deux sièges, pour la plupart également communautaires.

Répartition des sièges suite aux élections de 2017 :
  • Autodétermination : 32
  • Liste serbe pour le Kosovo : 9
  • Coalition LAA : 29
  • Coalition PAN : 39
  • Autres : 11

Cette situation mène à un long blocage politique, aucun gouvernement ne pouvant être formé avec le soutien d'une majorité absolue des députés sans qu'un accord n'ait lieu entre au moins deux des trois principales formations albanophones. Or, ces dernières sont marquées par un fort antagonisme. La fracture des votes des formations lors de la motion de censure est par ailleurs très présente, les partis membres de la coalition LAA ayant votés pour, et ceux de la coalition PAN contre. Chacun des partis majeurs des deux coalitions, la Ligue démocratique du Kosovo et le Parti démocratique du Kosovo refusent tout accord avec l'autre[2].

Parti nationaliste de gauche, Autodétermination est considéré comme le grand gagnant du scrutin. Il décroche ainsi la première place en terme de voix hors coalitions et multiplie par deux son nombre de sièges. Autodétermination refuse quant à lui toute alliance avec le Parti démocratique du Kosovo qu'il considère comme responsable de la situation du pays. Pour autant, le parti ne parvient pas à s'entendre avec la Ligue démocratique du Kosovo, ancrée à droite de l'échiquier politique[3].

Les négociations sont bloquées pendant plusieurs mois du fait de cette impasse politique, avant d'être résolue grâce à la défection de l'Alliance pour un nouveau Kosovo au profit de la coalition PAN - renommée PANA - en échange d'un grand nombre de ministères[4]. Le dirigeant de l'Alliance pour l'avenir du Kosovo Ramush Haradinaj devient ainsi le premier ministre d'un fragile gouvernement minoritaire mené par la coalition PANA avec le soutien sans participation de la minorité serbes et de quelques autres partis ethniques. Le 9 septembre 2017, il reçoit la confiance de 61 députés sur 120 au cours d'un vote marqué par le départ de la salle de l'ensemble des députés restants[5].

Démission de Haradinaj[modifier | modifier le code]

Ramush Haradinaj.

Les élections de 2019 sont organisées de manière anticipée un an et dix mois avant la date prévue à la suite de la démission du Premier ministre Ramush Haradinaj le 19 juillet 2019[6]. Ancien commandant de la guérilla kosovare au cours du conflit de 1998 contre la Serbie, Haradinaj est en effet convoqué par la cour spéciale pour le Kosovo à La Haye, qui le soupçonne de crimes de guerre contre des Serbes, des Roms et des opposants albanais, et l'auditionne le 24 juillet suivant. Déjà jugé et acquitté en 2008 et 2012 par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), il promet de revenir en politique en cas de résultat similaire[7],[8].

Sa démission entraine néanmoins la chute du fragile gouvernement. Le président de la République Hashim Thaçi entame une série de consultations avec les différents partis en vue de la formation d'un nouveau gouvernement, et propose le 2 aout à la coalition PANA d'avancer un nouveau candidat au poste de Premier ministre. Les autres partis s'opposent cependant à cette possibilité, tout en ne disposant pas d'un nombre de sièges suffisant ni de l'unité nécessaire pour former une majorité[7],[9].

Constatant l'impossibilité de former un nouveau gouvernement, l'Assemblée s'accorde trois jours plus tard sur la convocation d'une session extraordinaire le 22 aout afin de voter sa dissolution. Le jour prévu, la motion est approuvée par 89 voix pour sur 120[10]. En accord avec la Constitution, de nouvelles élections doivent avoir lieu entre 30 et 45 jours à partir de cette date, soit avant le 6 octobre 2019. L'organisation du scrutin au dernier jour possible est jugée probable, puis confirmée le 26 aout par le gouvernement[7],[11].

Système électoral[modifier | modifier le code]

L'Assemblée du Kosovo est un parlement unicaméral doté de 120 sièges pourvus pour quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal dans une circonscription électorale unique. Les sièges sont répartis selon la méthode d'Hondt à tous les partis ayant franchis le seuil électoral de 5 % des suffrages exprimés. Les électeurs ont également la possibilité d'effectuer jusqu'à cinq vote préférentiels pour des candidats de la liste choisie afin de faire monter leurs place dans celle ci[12].

Sur les 120 sièges, 100 sont pour les albanophones tandis que les 20 restants sont réservés aux minorités ethnique, à raison de dix sièges pour les Serbes, 4 pour les Roms, Ashkalis et Égyptiens des Balkans, 3 pour les Bosniaques, 2 pour les Turcs et 1 pour les Gorans[13]. Depuis 2008, toutes les listes sont en outre soumises à des quotas imposant un minimum de 30 % de candidats de chacun des deux sexes, avec une alternance dans l'ordre des listes au minimum tous les trois noms[12].

Campagne[modifier | modifier le code]

Les listes sont arrêtées par la Commission électorales le 7 septembre. Un total de 24 partis concourent au élections, dont 17 pour les sièges réservés aux minorités, auquel s'ajoute un seul candidat indépendant, Esmir Rasi[14].

Principales forces politiques[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Chef de file Résultat en 2017
Autodétermination
Vetëvendosje!, (VV)
Gauche
Nationalisme, protectionnisme, démocratie directe
Albin Kurti 27,49 % des voix
32 députés
Parti démocratique du Kosovo
Partia Demokratike e Kosovës, (PDK)
Centre droit
Social-libéralisme, nationalisme, europhilie
Kadri Veseli PAN : 33,74 % des voix
23 députés
Ligue démocratique du Kosovo
Lidhja Demokratike e Kosovës, (LDK)
Centre droit
Conservatisme, libéralisme, europhilie
Vjosa Osmani LAA : 25,53 % des voix
23 députés
Alliance pour l'avenir du Kosovo
Aleanca për Ardhmërinë e Kosovës, (AAK)
Centre droit
Conservatisme, europhilie
Ramush Haradinaj PAN : 33,74 % des voix
10 députés
Liste serbe
Српска листа, (SL)
Centre droit
Libéralisme, défense de la minorité serbe
Slavko Simić 6,12 % des voix
9 députés
Initiative sociale-démocrate (en)
NISMA Social Demokrate
Centre gauche
Social-démocratie
Fatmir Limaj (en) PAN : 33,74 % des voix
6 députés
Alliance pour un nouveau Kosovo
Aleanca Kosova e Re, (AKR)
Centre
Libéralisme
Behgjet Pacolli LAA : 25,53 % des voix
4 députés

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des élections législatives kosovares de 2019
Parti Voix % +/- Sièges +/-
Parti démocratique du Kosovo (PDK)
Autodétermination (VV)
Alternativa (A)
Liste commune VV-A
Ligue démocratique du Kosovo (LDK)
Parti démocrate-chrétien des Albanais du Kosovo (PSHDK)
Liste commune LDK-PSHDK
Initiative sociale-démocrate (NISMA)
Alliance pour un nouveau Kosovo (AKR)
Parti de la justice (PD)
Coalition NISMA-AKR
Liste serbe pour le Kosovo (SL)
Alliance pour l'avenir du Kosovo (AAK)
Parti social-démocrate du Kosovo (PSD)
Coalition AAK-PSD
Fjala
Parti euroatlantique du kosovo (PEK)
Parti démocratique turc du Kosovo (KDPT)
Coalition VAKAT (VAKAT)
Nouveau parti démocratique (NDS)
Parti libéral indépendant (SLS)
Parti démocrate des Ashkalis du Kosovo (PDAK)
Parti libéral égyptien (PLE)
Parti Ashkali pour l’intégration (PAI)
Parti unifié des Roms du Kosovo (PREBK)
Coalition Sloboda (Sloboda)
Parti des serbes du Kosovo (PKS)
Nouveau parti des roms kosovars (KNRP)
Nouvelle initiative démocratique du Kosovo (IRDK)
Parti bosniaque de l'action démocratique (SDA)
Parti unifié des Gorans (JGP)
Initiative civique des Gorans (GIG)
Mouvement pour les Gorans (PG)
Indépendant - -
Suffrages exprimés
Votes blancs
Votes nuls
Total ' 100 - 120 Steady.svg
Abstention
Inscrits/Participation

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Snap election to follow Kosovo government collapse after no-confidence vote », sur DW.COM, (consulté le 25 août 2019)
  2. (sq) « VV i përgjigjet LDK-së për postin e Kryeministrit », sur Telegrafi, (consulté le 25 août 2019)
  3. (sq) « Bashkëqeverisja VV-LDK mision i (pa)mundur », sur Telegrafi, (consulté le 25 août 2019)
  4. (sq) « Pacolli thotë se LAA ishte humbje kohe », sur Telegrafi, (consulté le 25 août 2019)
  5. (sq) « Berisha: AAK e PDK të mos harrojnë që jam deputeti i 61-të i koalicionit (Video) », sur Telegrafi, (consulté le 25 août 2019)
  6. « Kosovo: le Parlement dissous par les députés, des élections anticipées en vue », sur Le Point, (consulté le 25 août 2019)
  7. a b et c « Kosovo: le Parlement dissous par les députés, des élections anticipées en vue », sur actu.orange.fr, (consulté le 25 août 2019)
  8. « Kosovo: les développements depuis la démission du Premier ministre », sur www.lalibre.be (consulté le 25 août 2019)
  9. « Privé de Premier ministre, le Parlement du Kosovo a voté sa dissolution », sur rts.ch, (consulté le 25 août 2019)
  10. « Kosovo : Le Parlement vote son auto-dissolution », sur Hespress en Français, (consulté le 25 août 2019)
  11. Kosovo : les législatives anticipées auront lieu 6 octobre
  12. a et b (en) « IFES Election Guide - Elections: Kosovo Assembly 2014 (Early) », sur www.electionguide.org (consulté le 25 août 2019)
  13. (en) « Numerical representation of the Kosovo Assembly », sur kuvendikosoves.org (consulté le 25 août 2019)
  14. Këto janë subjektet politike që mund t’i votoni më 6 tetor

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]