Élections législatives islandaises de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections législatives islandaises de 2021
63 sièges de l'Althing
Bjarni Benediktsson vid Nordiska Radets session i Stockholm.jpg Parti de l'indépendance (D) – Bjarni Benediktsson
Sièges sortants 16
Katrín Jakobsdóttir at Göteborg Book Fair 2012 03 (cropped).jpg Mouvement des verts et de gauche (V) – Katrín Jakobsdóttir
Sièges sortants 11
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Alliance (S) – Logi Már Einarsson
Sièges sortants 7
Sigmundur Davíð Gunnlaugsson 2016 (cropped resized).jpg Parti du centre (M) – Sigmundur Davíð Gunnlaugsson
Sièges sortants 7
Sigurður Ingi Jóhannsson 2016 (cropped).png Parti du progrès (B) – Sigurður Ingi Jóhannsson
Sièges sortants 8
Smari McCarthy2012.jpg Parti pirate (P) – Smari McCarthy[N 1]
Sièges sortants 6
Premier ministre d'Islande
Sortant
Katrín Jakobsdóttir
VG

Les élections législatives islandaises de 2021 (en islandais : Alþingiskosningar 2021) ont lieu le afin de renouveler les 63 sièges de l'Althing, le Parlement islandais.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les élections législatives d'octobre 2017 sont organisées de manière anticipées à la suite d'un scandale aboutissant à la chute du gouvernement de coalition regroupant le Parti de l'indépendance, Renaissance et Avenir radieux. Le Premier ministre Bjarni Benediktsson est alors accusé d'avoir tenter d'étouffer l'information d'une protection offerte par son père à un homme condamné pour pédophilie[1],[2].

Katrín Jakobsdóttir, chef de file du Mouvement des verts et de gauche, forme un gouvernement avec le Parti du progrès et le Parti de l'indépendance, deux partis de droite[3].

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

L'Islande est dotée d'un parlement monocaméral, l'Althing, dont les 63 membres sont élus pour quatre ans au scrutin proportionnel plurinominal avec listes bloquées[4]. 54 sièges sont pourvus en fonction des résultats dans six circonscriptions de neuf sièges chacune, répartis selon la règle d'Hondt[4]. Les neuf sièges complémentaires sont attribués aux partis ayant dépassé le seuil d'au moins 5 % des voix selon leur pourcentage de voix au niveau national de manière à rapprocher le résultat en sièges de la répartition des suffrages[4].

Les électeurs ont la possibilité de modifier les listes en changeant les numéros des candidats ou en rayant leur nom, mais ne peuvent y ajouter les candidats d'une autre liste[5].

L'Islande est divisée en 6 circonscriptions électorales dont les limites sont définies par la loi : Norðausturkjördæmi (Nord-Est), Norðvesturkjördæmi (Nord-Ouest), Reykjavíkurkjördæmi norður (Reykjavik Nord), Reykjavíkurkjördæmi suður (Reykjavik Sud), Suðurkjördæmi (Sud) et Suðvesturkjördæmi (Sud-Ouest).

Forces en présences[modifier | modifier le code]

Principales forces en présence
Parti Idéologie Chef de file Résultats
en 2017
Parti de l'indépendance
Sjálfstæðisflokkur (D)
Centre droit à Droite
Libéralisme économique, libéral-conservatisme, euroscepticisme
Bjarni Benediktsson 25,24 % des voix
16 sièges
Mouvement des verts et de gauche
Vinstri græn (V)
Extrême gauche à centre gauche
Socialisme démocratique, écosocialisme, euroscepticisme
Katrín Jakobsdóttir 16,89 % des voix
11 sièges
L'Alliance
Samfylkingin (S)
Centre gauche
Social-démocratie, europhilie
Logi Már Einarsson 12,05 % des voix
7 sièges
Parti du centre
Miðflokkurinn (M)
Droite
Populisme, agrarisme, euroscepticisme
Sigmundur Davíð Gunnlaugsson 10,87 % des voix
7 sièges
Parti du progrès
Framsóknarflokkurinn (B)
Centre droit
Agrarisme, libéralisme, euroscepticisme
Sigurður Ingi Jóhannsson 10,71 % des voix
8 sièges
Parti pirate
Píratar (P)
Centre gauche
Démocratie directe, réforme du Copyright, transparence démocratique, libertés sur Internet
Smari McCarthy 9,20 % des voix
6 sièges
Parti socialiste islandais
Sósíalistaflokkur Íslands (J)
Gauche
Socialisme
Gunnar Smári Egilsson Nouveau

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondages depuis les élections législatives de 2017.

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des législatives islandaises de 2021
Partis Voix % +/− Sièges +/−
Parti de l'indépendance (D)
Mouvement des verts et de gauche (V)
L'Alliance (S)
Parti du centre (M)
Parti du progrès (B)
Parti pirate (P)
Parti du peuple (F)
Parti de la réforme (C)
Avenir radieux (A)
Front populaire islandais (R)
Aube (T)
Parti socialiste islandais (J) Nv
Votes valides
Votes blancs
Votes nuls
Total 100 - 63 Steady.svg
Abstentions
Inscrits / participation

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Officiellement, le Parti pirate n'a pas de chef.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Islande: la loi qui a précipité les élections législatives », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2017).
  2. « De nouvelles élections législatives anticipées annoncées en Islande », sur Le Monde.fr, (consulté le 26 avril 2018).
  3. Pascal Riché, « Nouveau gouvernement en Islande : c'est un peu comme si Mélenchon s'alliait avec Wauquiez », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 30 novembre 2017).
  4. a b et c Union interparlementaire, « ISLANDE (Althingi) - Système électoral » (consulté le 23 novembre 2016).
  5. Þorkell Helgason, « Apportionment of Seats to the Althingi, the Icelandic Parliament »,

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]