Élections législatives hongkongaises de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections législatives hongkongaises de 2021
90 sièges du Conseil législatif
Starry Lee.jpg Alliance démocratique pour l'amélioration et le progrès de Hong Kong – Starry Lee
Lo Wai-kwok 2016.jpg Alliance des entreprises et des professionnels pour Hong Kong – Lo Wai-kwok
Ng Chau-pei (cropped).JPG Fédération des syndicats de Hong Kong – Ng Chau-pei
Président du conseil législatif
Sortant
Andrew Leung
BPA

Les élections législatives hongkongaises de 2021 ont lieu le afin de renouveler les 90 députés du Conseil législatif de Hong Kong, une région administrative spéciale de la république populaire de Chine.

Contexte[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2019, un amendement de la loi d'extradition est proposé par le gouvernement de Hong Kong. Depuis , un mouvement de contestation a lieu afin d'annuler cet amendement qui permettrait à la Chine continentale d'intervenir dans le système juridique indépendant de Hong Kong[1]. Lors des élections locales hongkongaises en novembre, les élus pro-démocratie obtiennent une victoire sur le camp pro-Pékin[2].

Le , la loi sur la sécurité nationale est promulguée par le Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire chinoise à la place du Conseil législatif de Hong Kong[3].

Report[modifier | modifier le code]

Les élections sont initialement prévues pour le . Cependant, le , la cheffe de l'exécutif Carrie Lam annonce leur report d'un an au , officiellement en raison de la pandémie de Covid-19[4].

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Conseil législatif de Hong Kong est composé de 70 sièges pourvus tous les quatre ans selon un système mêlant suffrage universel direct et indirect avant 2021. Sur ce total, 35 sièges sont ainsi pourvus par les électeurs au scrutin proportionnel plurinominal dans cinq circonscriptions électorales appelés « circonscriptions géographiques » (GC). Dans ces dernières, la répartition des sièges est faite selon la méthode du plus fort reste, à l'aide du quota de Hare. Les 35 sièges restants sont pourvus au scrutin indirect dans des circonscriptions dites fonctionnelles (FC) par plusieurs groupes socio-professionnels, dont 5 par une circonscription rassemblant les conseillers de districts, élus directement par la population au cours des élections locales[5],[6].

L'Assemblée nationale populaire décide cependant de réformer le système électoral à Hong Kong. Le conseil est désormais composé de 90 sièges, dont seulement 20 sont pourvus par les électeurs au suffrage universel direct. 30 sièges sont pourvus au scrutin indirect par des groupes socioprofessionnels, et les 40 sièges restants par un comité des personnalités pro-Pékin[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Over a million attend Hong Kong demo against controversial extradition law, organisers say », sur Hong Kong Free Press, .
  2. AFP, « Elections à Hong Kong: revers pour Pékin et incertitudes pour l'avenir », sur rtl.be, .
  3. Richard Arzt, « Quel sort pour Hong Kong après le tour de force de la Chine? », sur slate.fr, 4 julliet 2020.
  4. « Hong Kong reporte les élections législatives au 5 septembre 2021 », sur france24.com, (consulté le ).
  5. (en) « Legislative Council of the Hong Kong Special Administrative Region - LegCo Today », sur www.legco.gov.hk (consulté le ).
  6. « Elections parlementaires cruciales à Hongkong », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  7. « Nouveau système électoral à Hong Kong: ce qui va changer », sur lepetitjournal.com (consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]