Élections législatives cap-verdiennes de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections législatives cap-verdiennes de 2021
72 sièges à l'Assemblée nationale
(majorité absolue : 37 sièges)
Corps électoral et résultats
Inscrits 392 899
Votants 225 642
57,43 % en diminution 8,5

Votes blancs et nuls 5 509
Sr. Ulisses Corrêa e Silva (cropped).png MPD – Ulisses Correia e Silva
Voix 110 121
50,02 %
en diminution 4,5
Sièges obtenus 38 en diminution 2
Janira Hopffer Almada.png PAICV – Janira Hopffer Almada
Voix 87 063
39,55 %
en augmentation 1,4
Sièges obtenus 30 en augmentation 1
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
UCID – João dos Santos Luís
Voix 19 834
9,01 %
en augmentation 2,1
Sièges obtenus 4 en augmentation 1
Premier ministre
Sortant Élu
Ulisses Correia e Silva
MPD
Ulisses Correia e Silva
MPD

Les élections législatives cap-verdiennes de 2021 (en portugais : Eleições legislativas cabo-verdianas de 2021) se tiennent le dimanche , afin d'élire les 72 députés de la Xe législature de l'Assemblée nationale.

La victoire revient au Mouvement pour la démocratie du Premier ministre Ulisses Correia e Silva, au pouvoir depuis cinq ans.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les élections législatives de mars 2016 aboutissent à une alternance politique. Le Mouvement pour la démocratie (MPD), dans l'opposition depuis quinze ans, remporte la majorité absolue des sièges à l'Assemblée nationale. Son dirigeant Ulisses Correia e Silva devient Premier ministre tandis que le Parti africain pour l'indépendance du Cap-Vert (PAICV) de Janira Hopffer Almada est ainsi renvoyé dans l'opposition.

Organisée sept mois plus tard, l'élection présidentielle voit la réélection du président de la République Jorge Carlos Fonseca, candidat du MPD, avec 73 % des voix[1].

Les élections de 2021 interviennent dans le contexte de la pandémie de Covid-19[2].

Système électoral[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale (Asambleia Nacional) est le parlement monocaméral de la république du Cap-Vert. L'article 153 de la Constitution dispose qu'elle « se compose d'au moins soixante-six et d'au plus soixante-douze députés » et l'article 154 indique que « l'élection doit intervenir à une date comprise dans une période débutant quatre ans et onze mois après la date de l'élection précédente et prenant fin à l'expiration du délai de cinq ans et quinze jours à compter de cette date »[3].

Elle est composée de 72 députés pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal avec listes fermées dans 13 circonscriptions de deux à 15 sièges. Sur ce total, 66 sièges sont pourvus dans les dix circonscriptions électorales qui divisent le territoire national, tandis que les six autres le sont par la diaspora, à raison de deux pour l'Afrique, deux pour les Amériques et deux pour l'Europe et le reste du monde. Après décompte des suffrages, les sièges sont alloués selon la méthode d'Hondt. Toutes les listes de candidats doivent respecter le principe de représentation équilibrée des deux sexes[4],[5].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des législatives cap-verdiennes de 2021[6]
Cap vert Assemblée 2021.svg
Parti Votes % +/- Sièges +/-
Mouvement pour la démocratie (MPD) 110 121 50,02 en diminution 4,5 38 en diminution 2
Parti africain pour l'indépendance du Cap-Vert (PAICV) 87 063 39,55 en augmentation 1,4 30 en augmentation 1
Union cap-verdienne indépendante et démocratique (UCID) 19 834 9,01 en augmentation 2,1 4 en augmentation 1
Parti du Travail et de la Solidarité (PTS) 2 088 0,95 en augmentation 0,9 0 en stagnation
Parti du peuple (PP) 756 0,34 en stagnation 0 en stagnation
Parti social-démocrate (PSD) 271 0,12 en stagnation 0 en stagnation
Votes valides 220 133 97,56
Votes blancs et nuls 5 509 2,44
Total 225 642 100 72 en stagnation
Abstentions 167 257 42,57
Inscrits / participation 392 899 57,43

Analyse[modifier | modifier le code]

Modèle de stabilité et de passation pacifique du pouvoir dans la région, le Cap-vert connait à nouveau des élections démocratiques. Organisée dans le contexte de la pandémie de Covid-19, celles-ci sont marquées par une forte baisse de la participation qui passe d'un peu moins de 66 % à 57 %, et voient les questions économiques dominer la campagne électorale, la pandémie ayant lourdement impactée le tourisme, un secteur qui représentait jusqu'alors un quart du PIB du pays[7].

Le scrutin aboutit au maintien du Mouvement pour la démocratie (MPD) du Premier ministre sortant Ulisses Correia e Silva. Malgré un recul, le MPD parvient à conserver sa majorité absolue des sièges, tandis que le Parti Africain pour l’indépendance du Cap Vert (PAICV) dirigé par Janira Hopffer Almada stagne et que l’Union capverdienne indépendante et démocratique (UCID) profite d'une légère hausse[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cap-Vert : le président sortant Jorge Carlos Fonseca réélu dès le premier tour », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Agence France-Presse, « Cap-Vert: législatives fixées au 18 avril, présidentielle au 17 octobre », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Cap-Vert. « Constitution du 14 février 1981, version de 1992. », Digithèque MJP [lire en ligne (page consultée le 19 avril 2021)]
  4. (pt) Cap-Vert. « Codigo Eleitoral – Título V », Bulletin officiel. (version en vigueur : 9 mars 2010) [lire en ligne (page consultée le 19 avril 2021)] [PDF]
  5. (pt) « Legislativa - Comissão Nacional de Eleições », sur cne.cv (consulté le ).
  6. (pt) Commission nationale des élections, « Eleições Cabo Verde - Resultados », sur eleicoes.cv (consulté le ).
  7. https://www.facebook.com/RFI, « Cap-Vert: élections législatives dans un contexte de pandémie », sur RFI, RFI, (consulté le ).
  8. « Cap-Vert : le parti au pouvoir remporte les élections législatives », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]