Élections générales péruviennes de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections générales de 2021
Président pour le mandat 2021-2026
130 sièges au Congrès
5 sièges au Parlement andin
(1er tour)
Keiko Fujimori em outubro de 2010.jpg Keiko Fujimori – Force populaire
Colistier : Luis Galarreta
Patricia Juárez
Ollanta Humala Tasso.jpg Ollanta Humala Tasso – Parti nationaliste péruvien
Colistier : Ana María Salinas
Alberto Otárola
Verónika Mendoza Frisch.jpg Verónika Mendoza – Nouveau Pérou
Colistier : José Antonio de Echave
Luzmila Ayay
Martín Vizcarra em fevereiro de 2018.png Martín Vizcarra – Nous sommes le Pérou
Colistier : Daniel Salaverry
Matilde Fernández
Nidia071.JPG Nidia Vílchez – Alliance populaire
Colistier : Iván Hidalgo
Olga Cribilleros
George Forsyth Sommer.jpg George Forsyth – Restauration nationale
Colistier : Patricia Arévalo
Jorge Chávez Álvarez
Marco Arana.jpg Marco Arana Zegarra – Front large
Colistier : Leyla Berrocal
Magno Ortega
Président de la République
Sortant
Francisco Sagasti
Parti violet

Les élections générales péruviennes de 2021 ont lieu le afin d'élire pour cinq ans le président de la République, ses vice-présidents ainsi que les 130 députés du Congrès de la République du Pérou.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'ancien président Martín Vizcarra.

Les élections législatives de janvier 2020 ont lieu de manière anticipée du fait d'une importante crise politique ayant menée à la dissolution du Congrès sortant. Le scrutin intervient dans le contexte d'un conflit très marqué entre le Parlement sortant, dominé par le parti fujimoriste Force populaire et le président Martín Vizcarra qui, arrivé au pouvoir à la suite de la démission de Pedro Pablo Kuczynski, s'est lancé dans un vaste programme de réforme des institutions et de lutte contre la corruption.

Le scrutin donne lieu à un fort recul des fujimoristes, dont le parti Force populaire perd la majorité absolue, en faveur de plusieurs partis principalement centristes qui composent un parlement sans majorité mais avec lesquels Vizcarra est jugé plus à même de composer pour poursuivre ses réformes[1],[2].

Le congrès élu en 2020 ne l'est cependant que pour un an, les élections ayant été convoquées de manière anticipée. La constitution péruvienne tend en effet vers l'organisation simultanée des élections législatives et présidentielles. De même qu'un président ne pouvant terminer son mandat est remplacé par son vice-président jusqu'au terme de son mandat, un congrès dissout de manière anticipée voit celui suivant assurer la durée restante du mandat de la législature initiale. Des élections générales réunissant présidentielle et législatives sont ainsi organisées comme prévu en 2021, cinq ans après les précédentes[3].

Le , Pedro Cateriano est nommé président du Conseil des ministres[4]. Le , son gouvernement n'obtient pas la confiance du Congrès[5], ce dernier lui reprochant sa mauvaise gestion de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19[6]. Il est remplacé le par le général Walter Martos[7].

Crise de novembre 2020[modifier | modifier le code]

L'ancien président Manuel Merino.

Accusant Vizcarra de manipulation de témoins dans une enquête pour des soupçons de corruption, le nouveau Congrès ouvre une procédure de destitution à son encontre le , dans ce qui est perçu comme une lutte de pouvoir[8]. Il échappe à la destitution le , le mention recueillant seulement 32 votes favorables[9]. La justice annonce le l’ouverture d'une enquête pour corruption. Celle-ci ne commencera ses travaux qu'après le départ du pouvoir de Martin Vizcarra, celui-ci étant couvert par l'immunité présidentielle[10]. Une nouvelle procédure est enclenchée en novembre suite aux témoignages de plusieurs hommes d’affaires, qui ont affirmés devant la justice avoir versé en 2014 des pots-de-vin à Martín Vizcarra, alors gouverneur de la région de Moquegua, en échange de contrats pour des travaux publics. Le président du parlement Manuel Merino prend la tête du mouvement parlementaire en faveur d'une inculpation de Vizcarra[11]. Il est finalement destitué par le parlement le 9 novembre 2020 avec 105 voix pour, 19 contre et 4 abstentions[12]. Cette décision est dénoncée par des manifestants hostiles au Parlement qu'ils accusent de « coup d'État ». Vizcarra était devenu très populaire auprès de la population en tant que héraut de la lutte contre la corruption. La destitution est également mal accueillie par les organisations patronales, qui attendait du gouvernement qu'il se concentre sur le redémarrage de l'économie dans le contexte de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19[13].

Manifestations contre la destitution de Vizcarra à Lima.
Le président sortant Francisco Sagasti.

Le , la fonction de président de la République revient à Manuel Merino en tant que Président du parlement. Il promet un gouvernement de transition consensuel et appelle à l'unité nationale[14].

L'annonce de la destitution de Vizcarra mène dans les jours qui suivent à des manifestations de grande ampleurs — les plus grandes au Pérou depuis deux décennies — dans la capitale et les principales ville du pays[15],[16],[17]. Merino n'est par ailleurs pas reconnu par la majorité des gouvernements voisins, la décision du parlement de destituer Vizcarra sur la base d'accusations couvertes par l’immunité présidentielle étant jugée inconstitutionnelle[18]

Trois personnes sont tuées lors d'une manifestation brutalement réprimée par la police le [19]. Le Congrès appelle Merino à démissionner immédiatement le [20], ce qu'il fait le jour même[21],[22].

Le , au lendemain de la démission de Manuel Merino, Francisco Sagasti est élu président du Congrès[23].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Président[modifier | modifier le code]

Le président de la République est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de cinq ans non renouvelable de manière consécutive. Est élu le candidat qui recueille la majorité absolue des votes valides au premier tour. A défaut, les deux candidats arrivés en tête au premier tour s'affrontent lors d'un second, et celui recueillant le plus de voix est déclaré élu.

Chaque candidat à la présidence se présente avec deux colistiers qui deviennent premiers et second vice présidents en cas de victoire, le premier ayant pour seule réelle fonction de mener le mandat du président élu à son terme si celui ci en est empéché, et le second à remplacer le premier en cas d'incapacité. La passation de pouvoir a lieu le , jour de l'indépendance du Pérou de l'Espagne, devenu depuis fête nationale[24].

Congrès[modifier | modifier le code]

Salle du Congrès.

Le Congrès de la République est un parlement unicaméral doté de 130 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel dans 26 circonscriptions électorales plurinominales correspondant aux 24 départements et 2 provinces du pays. Les sièges sont répartis selon la méthode d'Hondt à tous les partis ayant franchi le seuil électoral de 5 % des suffrages exprimés au niveau national, ou obtenu au moins sept sièges dans une seule circonscription lors de la répartition initiale au quotient simple[25]. Les électeurs ont également la possibilité d'effectuer jusqu'à deux votes préférentiels pour des candidats de la liste choisie afin de faire monter leurs places dans celle-ci[26],[27],[28].

Le vote est obligatoire de 18 à 70 ans. Hormis les cas d'élections législatives anticipées, les élections ont traditionnellement lieu le second dimanche d'avril pour une mise en place de la nouvelle législature en juillet[28]. Depuis le référendum de décembre 2018, les règles sur le financement privé des partis politiques et des campagnes électorales de leurs candidats ont été considérablement durcies, dans le but de lutter contre la corruption des élus[29]. De même, les parlementaires n'ont depuis plus le droit d'effectuer un second mandat consécutif, une disposition qui s'appliquait déjà au président de la République[29]. L'une des propositions du référendum prévoyait également le passage à un parlement bicaméral, mais celle-ci a été rejetée par les électeurs[30].

Forces en présences[modifier | modifier le code]

Principales forces politiques
Parti Idéologie Chef de file Résultat en 2020
Action populaire
Acción Popular (AP)
Centre à centre droit
Humanisme, réformisme, nationalisme civique, libéralisme
Javier Alva Orlandini 10,26 % des voix
25 députés
Podemos Perú (PP) Droite
Libéralisme économique, conservatisme sociétal
José Luna 8,38 % des voix
11 députés
Front populaire agricole
Frente Popular Agrícola del Perú (Frepap)
Droite chrétienne
Fondamentalisme chrétien, catholicisme social, nationalisme, écologisme, agrarisme, conservatisme sociétal
Ezequiel Ataucusi 8,38 % des voix
15 députés
Alliance pour le progrès
Alianza para el Progreso (APP)
Centre droit à droite
Libéralisme économique, conservatisme sociétal, populisme
César Acuña 7,96 % des voix
22 députés
Parti violet
Partido Morado (M)
Centre
Troisième voie, républicanisme, réformisme
Julio Guzmán 7,40 % des voix
9 députés
Force populaire
Fuerza Popular (FP)
Droite à extrême droite
National-conservatisme, libéralisme économique, anticommunisme
Keiko Fujimori 7,31 % des voix
15 députés
Union pour le Pérou
Unión por el Perú (UPP)
Extrême gauche à extrême droite
Ethnocacérisme, populisme
Esther Capuñay 6,77 % des voix
13 députés
Front large
Frente Amplio (FA)
Gauche
Démocratie directe, écosocialisme, anticapitalisme, bolivarisme, féminisme
Marco Arana Zegarra 6,16 % des voix
9 députés
Nous sommes le Pérou
Somos Perú (SP)
Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme sociétal
Patricia Li Sotelo 6,05 % des voix
11 députés

Résultats[modifier | modifier le code]

Présidentielle[modifier | modifier le code]

Résultats de la présidentielle péruvienne de 2021
Candidats
et 1er colistiers
Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
George Forsyth
Patricia Arévalo
Restauration nationale
Verónika Mendoza
José Antonio de Echave
Nouveau Pérou
Martín Vizcarra
Daniel Salaverry
Nous sommes le Pérou
Hernando de Soto Polar
Corinne Flores
Avanza País
Marco Arana Zegarra
Leyla Berrocal
Frente Amplio
Keiko Fujimori
Luis Galarreta
Force populaire
Nidia Vílchez
Iván Hidalgo
Parti apriste péruvien
Ollanta Humala
Ana María Salinas
Parti nationaliste péruvien
Autres candidats
Votes valides
Votes blancs
Votes nuls
Total 100 100
Abstention
Inscrits / participation

Législatives[modifier | modifier le code]

Résultats des législatives péruviennes de 2021
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Action populaire
Podemos Perú
Front populaire agricole
Alliance pour le progrès (en)
Parti violet
Force populaire
Union pour le Pérou
Front large
Nous sommes le Pérou
Ensemble pour le Pérou
Parti populaire chrétien
Démocratie directe
Pérou libre
Alliance populaire révolutionnaire américaine
En avant le pays
Pérou patrie sûre
Allez Pérou
Renaissance nationale unie
Solidarité nationale
Nation Pérou
Avec vous
Autres partis
Votes valides
Votes blancs
Votes nuls
Total 100 - 130 Steady.svg
Abstention
Inscrits/participation

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Législatives au Pérou: claque pour le fujimorisme, vers un Parlement éclaté », sur lepoint.fr, (consulté le 27 janvier 2020).
  2. « Au Pérou, Martin Vizcarra a désormais les mains libres pour mener sa politique », sur www.lesechos.fr (consulté le 31 janvier 2020).
  3. (es) Redacción El Comercio Perú, « Martín Vizcarra firma decreto convocando a elecciones generales para abril del 2021 », sur El Comercio Perú, elcomercio.pe, (consulté le 18 août 2020).
  4. (es) « Pedro Cateriano: conoce la hoja de vida del nuevo jefe del Gabinete Ministerial », sur andina.pe,
  5. (en) Empresa Peruana de Servicios Editoriales S. A. Editora Perú, « Peru: Cateriano calls for national unity after Cabinet fails confidence vote », sur andina.pe (consulté le 6 août 2020).
  6. « Le Pérou, durement touché par l’épidémie, doit faire face également à une crise politique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  7. (es) Carlos Noriega (Perú), « Vizcarra juramenta un nuevo gabinete ministerial y llama a la unidad », sur RFI, rfienespanol, (consulté le 7 août 2020).
  8. « Au Pérou, le Parlement déclenche une procédure de destitution du président Vizcarra », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 13 septembre 2020).
  9. « Pérou: le président Martin Vizcarra échappe à une procédure de destitution », sur RFI, RFI, (consulté le 20 septembre 2020).
  10. « Pérou : la justice annonce une enquête pour corruption contre le président Martin Vizcarra », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  11. « Au Pérou, le Parlement tente à nouveau de destituer Martin Vizcarra », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  12. « Au Pérou, le Parlement approuve la destitution du président Martin Vizcarra », sur France 24, FRANCE24, (consulté le 10 novembre 2020).
  13. « Pérou : le président destitué par le Parlement à la suite d’accusations de corruption », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 10 novembre 2020).
  14. (es) « Manuel Merino anuncia gabinete de “consenso y unidad nacional” », sur www.elcomercio.pe, (consulté le 10 novembre 2020).
  15. (en) [{@type:Person, « 'All of Peru is fired up': protesters fill streets after ousting of president », sur the Guardian, (consulté le 14 novembre 2020).
  16. « Le Pérou, ce pays qui dévore ses présidents », sur Libération.fr, Libération, (consulté le 14 novembre 2020).
  17. « Pérou : le président destitué par le Parlement à la suite d’accusations de corruption », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 14 novembre 2020).
  18. (es) Redacción El Comercio Perú, « Mario Vargas Llosa: “Clarísimamente el flamante Congreso ha violado la Constitución” », sur El Comercio Perú, elcomercio.pe, (consulté le 14 novembre 2020).
  19. « Trois morts lors de manifestations appelant à la démission du nouveau président », sur L'Orient-Le Jour,
  20. (es) https://www.facebook.com/FRANCE24.Espanol, « El Congreso peruano pide la "renuncia inmediata" de Manuel Merino a la presidencia », sur France 24, FRANCE24.Espanol, (consulté le 15 novembre 2020).
  21. (pt) « Presidente interino do Peru, Manuel Merino renuncia após série de protestos », sur www.cnnbrasil.com.br (consulté le 15 novembre 2020).
  22. (es) « Manuel Merino renuncia como presidente de Perú tras menos de una semana en el poder », BBC News Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2020)
  23. « Le Pérou se trouve un président par intérim », sur Les Echos, (consulté le 16 novembre 2020).
  24. (es) « Constitution », sur www.constituteproject.org (consulté le 18 août 2020).
  25. (es) « ResoluciónN.°015-2011-JNE », sur cdn.www.gob.pe (consulté le 1er février 2020).
  26. Inter-Parliamentary Union, « IPU PARLINE database: PEROU (Congreso de la República), Texte intégral » (consulté le 5 octobre 2019)
  27. « Peru: Leyes Electorales / Electoral Laws » (consulté le 5 octobre 2019)
  28. a et b « Decreto Ley » (consulté le 5 octobre 2019)
  29. a et b (en) Holly K. Sonnel, « Update: Peru Prepares to Vote on Anti-Corruption Reform », sur as-coa.org (consulté le 17 février 2020)
  30. Empresa Peruana de Servicios Editoriales S. A. EDITORA PERÚ, « Publican resolución del JNE sobre elecciones al Congreso del 26 de enero del 2020 » (consulté le 5 octobre 2019)