Élections générales néo-brunswickoises de 2018

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections générales néo-brunswickoises de 2018
Type d’élection Législative
Postes à élire 49 députés
Blaine Higgs 2019 (cropped).jpg PCNB – Blaine Higgs
Voix 121 300
31,89 %
 −2,8
Sièges obtenus 22  +1
Premier Brian Gallant (cropped).jpg ALNB – Brian Gallant
Voix 143 791
37,80 %
 −4,9
Sièges obtenus 21  −6
Kris Austin (cropped).jpg AGNB – Kris Austin
Voix 47 860
12,58 %
 +10,4
Sièges obtenus 3  +3
David Coon Cropped.jpg PVNB – David Coon
Voix 45 186
11,88 %
 +5,3
Sièges obtenus 3  +2
Carte électorale
Carte
Premier ministre
Sortant Élu
Brian Gallant
Association libérale
Blaine Higgs
PCNB

Les élections générales néo-brunswickoises de 2018 ont eu lieu le pour élire les 49 députés à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick.

Deux tiers partis, L'Alliance des gens et le Parti vert, ont fait des percées en faisant élire trois députés chacun, et en maintenant la balance du pouvoir. En effet, le scrutin a pour résultat un parlement minoritaire, pour la première fois depuis 1920 dans la province.

Le Parti libéral du Nouveau-Brunswick du premier ministre sortant Brian Gallant réunit 37,8 % des suffrages mais n'obtient que 21 sièges, alors que le Parti progressiste-conservateur de Blaine Higgs, avec 31,9 % des voix, en obtient 22.

Après plusieurs semaines de négociations, Blaine Higgs est élu Premier ministre avec le soutien de l'Alliance des gens.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'Association libérale du Nouveau-Brunswick (plus connue sous le nom de Parti libéral), sort d'un mandat avec gouvernement majoritaire dirigé par Brian Gallant. Le Premier ministre sortant se représente. Les deux autres partis représentés à l'Assemblées sont les progressistes-conservateurs du Nouveau-Brunswick, dirigés par Blaine Higgs, et les Verts du Nouveau-Brunswick, dont le chef David Coon a été élu lors des élections de 2014, devenant le premier député vert de l'histoire de la province.

Le Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick, qui avait obtenu son meilleur score historique en 2014 (12,98 %) mais aucun siège, est dirigé par Jennifer McKenzie (en). Le cinquième parti estimé est l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, parti populiste créé en 2010.

À partir de , aucun sondage ne prévoit une défaite des libéraux, qui amélioreraient nettement leur score comparativement à 2014.

Assemblée législative sortante[modifier | modifier le code]

Parti politique Dirigeant Députés
2014 diss.
     Libéral Brian Gallant 27 24
     Progressiste-conservateur Blaine Higgs 21 21
     Vert David Coon 1 1
Alliance des gens Kris Austin Nv 0
     Indépendant 1 1
Vacant 0 2
Total 49 49

Circonscriptions clefs[modifier | modifier le code]

Sondages[modifier | modifier le code]

Moyenne des sondages d'opinion du Nouveau-Brunswick du 22 septembre 2014 à la dernière date possible des prochaines élections le 24 septembre 2018. Chaque ligne correspond à un parti politique.

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des législatives néo-brunswickoises de 2018[1]
Nouveau-Brunswick Assemblée législative 2018.svg
Parti Votes % +/– Sièges +/–
Parti progressiste-conservateur 121 300 31,89 en diminution 2,75 22 en augmentation 1
Association libérale 143 791 37,80 en diminution 4,92 21 en diminution 6
Alliance des gens 47 860 12,58 en augmentation 10,44 3 en augmentation 3
Parti vert 45 186 11,88 en augmentation 5,27 3 en augmentation 2
Nouveau Parti démocratique 19 039 5,00 en diminution 7,98 0 en stagnation
KISS NB 366 0,10 Nv 0 Nv
Indépendants 2 821 0,74 en diminution 0,15 0 en stagnation
Votes valides 380 363 99,63
Votes blancs et invalides 1 412 0,37
Total 381 775 100 - 49 en stagnation
Abstention 186 896 32,87
Inscrits / participation 568 671 67,13

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le Parti libéral du Nouveau-Brunswick du premier ministre sortant Brian Gallant réunit 37,8 % des suffrages mais n'obtient que 21 sièges, quand le Parti progressiste-conservateur avec 31,9 % des voix en obtient 22. L'Alliance des gens et le Parti vert en obtiennent seulement trois chacun avec pourtant le tiers environ du résultats de chacune des deux premières formations. Le gouvernement sera donc forcément minoritaire, le premier depuis 1920.

Au Québec, selon le chef du Parti québécois Jean-François Lisée, les résultats de l'élection constituent « une publicité » en faveur de l'instauration d'un système de scrutin proportionnel mixte, comme le proposent conjointement la Coalition avenir Québec (CAQ), le Parti québécois (PQ), Québec solidaire (QS) et le Parti vert du Québec (PVQ)[2].

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]