Élections générales irlandaises de 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections générales irlandaises de 2016
157 des 158 députés du Dáil Éireann
(Majorité absolue : 79 députés)
Type d’élection législatives
Corps électoral et résultats
Inscrits 3 305 110Voir et modifier les données sur Wikidata
Votants 2 151 293Voir et modifier les données sur Wikidata
EPP Summit 18 June 2009 cropped.jpg Fine Gael – Enda Kenny
Voix 544 140
25,47 %
 −10,6
Sièges obtenus 50  −26
Micheál Martin.jpg Fianna Fáil – Micheál Martin
Voix 519 536
24,31 %
 +6,9
Sièges obtenus 44  +24
Gerry Adams 2013.jpg Sinn Féin – Gerry Adams
Voix 295 319
13,82 %
 +3,9
Sièges obtenus 23  +9
Joan Burton July 2014 (cropped).jpg Parti travailliste – Joan Burton
Voix 140 898
6,60 %
 −12,8
Sièges obtenus 7  −30
Résultats des principaux partis par comté.
Carte
Composition du Dáil Éireann.
Diagramme
Taoiseach
Sortant Élu
Enda Kenny
Fine Gael
Enda Kenny
Fine Gael

Les élections législatives irlandaises de 2016 ont lieu le , à la suite de la dissolution du 31e Dáil Éireann, chambre basse de l'Oireachtas, par le président Michael D. Higgins, après une demande en ce sens du Taoiseach, Enda Kenny.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les résultats économiques de l'Irlande s'améliorent depuis 2013 (croissance de 7 % en 2015[1], forte baisse du chômage, passant de 15 % en 2012 à 8,9 % en octobre 2015[2]). Néanmoins le pays reste très fortement marqué par les retombées sociales de la crise financière de 2008 à 2011.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Les élections générales irlandaises se tiennent suivant un scrutin proportionnel plurinominal avec scrutin à vote unique transférable[3]. Elles ont lieu dans 40 circonscriptions électorales et concernent 157 des 158 sièges. En effet, le Ceann Comhairle, qui préside le Dáil Éireann, est automatiquement réélu, conformément à l'article 16, alinéa 6, de la Constitution.

Depuis 2012, les partis politiques doivent présenter un minimum de 30 % de femmes et de 30 % d'hommes, sous peine d'être privés de la moitié de leurs financements[4]. Tous les partis, à l'exception de Irlande démocratie directe, respectent cette exigence pour les élections de 2016[5].

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Partis Chef de file Résultats en 2011 Sièges lors de
la dissolution
Fine Gael Enda Kenny
(Taoiseach)
36,1 %
76 sièges
66
Parti travailliste Joan Burton
(Tánaiste, ministre de la Protection sociale)
19,5 %
37 sièges
33
Fianna Fáil Micheál Martin 17,5 %
20 sièges
21
Sinn Féin Gerry Adams 9,9 %
14 sièges
14
Alliance anti-austérité–Le Peuple avant le profit - 2,4 %
4 sièges[6]
4
Renua Ireland Lucinda Creighton - 3
Sociaux-démocrates Stephen Donnelly
Catherine Murphy
Róisín Shortall
- 3
Workers and Unemployed Action Séamus Healy 0,4 %
1 siège
1
Indépendants - 12,1 %
14 sièges
19

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondages en vue des élections générales de février 2011 à février 2016.

Résultats[modifier | modifier le code]

Irish general election results 26-02-16.svg
Parti Voix % +/- Sièges +/-
Fine Gael 544 140 25,5 Decrease2.svg 10,6 49 Decrease2.svg 27
Fianna Fáil 519 356 24,3 Increase2.svg 6,9 44 Increase2.svg 25
Sinn Féin 295 319 13,8 Increase2.svg 3,9 23 Increase2.svg 9
Parti travailliste 140 898 6,6 Decrease2.svg 12,8 7 Decrease2.svg 30
Alliance anti-austérité-Le Peuple avant le profit 84 168 3,9 Increase2.svg 1,7 6 Increase2.svg 2
Sociaux-démocrates 64 094 3,0 Increase2.svg 3,0 3 Increase2.svg 3
Parti vert 57 999 2,7 Increase2.svg 0,9 2 Increase2.svg 2
Renua Ireland 46 552 2,2 Increase2.svg 2,2 0 Steady.svg
Indépendants pour le changement 31 365 1,5 Increase2.svg 1,5 4 Increase2.svg 4
Indépendants & divers 345 062 16,3 Increase2.svg 5,7 18 Increase2.svg 11
Ceann Comhairle 1 Steady.svg
Suffrages exprimés 2 132 895 99,14
Votes blancs et invalides 18 398 0,86
Total 2 151 293 100 - 158 Decrease2.svg 8
Abstentions 1 153 817 34,91
Inscrits / participation 3 305 110 65,09


Analyse[modifier | modifier le code]

La coalition au pouvoir perd 23,4 points de suffrages, passant de 55,5 % à 32,1 %, et perd ainsi la majorité absolue. C'est une sanction pour les deux partis la composant : le Fine Gael perd 10,6 points (de 36,1 % à 25,5 %) et le Parti travailliste qui perd 12,8 points (de 19,4 % à 6,6 %). Pour Romaric Gaudin de La Tribune, la construction d'une majorité stable va être très difficile et une « grande coalition » entre le Fine Gael et le Fianna Fáil semble probable[61].

On constate une nette progression des forces de gauche opposées aux politiques d'austérité (Sinn Féin, AAA-PBP, Indépendants pour le changement, WUAG).

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les députés nouvellement élus se réunissent pour la première fois le pour élire le nouveau Ceann Comhairle, le premier à être élu par un vote à bulletin secret. Seán Ó Fearghaíl du Fianna Fáil est élu et succède à Seán Barrett du Fine Gael.

Le même jour, Enda Kenny échoue à se faire reconduire dans ses fonctions de Premier ministre, ne recevant les suffrages que des 50 députés de son parti et des sept députés du Parti travailliste, alors que 94 députés s'opposent à sa candidature et cinq s’abstiennent. Il présente alors sa démission[62].

Les leaders du Fianna Fáil, Micheál Martin, du Sinn Féin, Gerry Adams et de Alliance anti-austérité–Le Peuple avant le profit, Richard Boyd Barrett présentent également sans succès leur candidature au poste de Premier ministre, recevant respectivement 43, 23 et 9 votes en leur faveur[63].

Enda Kenny reste en poste pour gérer les affaires courantes jusqu'à ce qu'un nouveau gouvernement soit nommé. Finalement, le 30 avril suivant, il parvient à négocier un accord avec le Fianna Fáil et est réélu Premier ministre le 6 mai[64].

Après l'introduction de quotas de genre, trente cinq sièges sont maintenant détenus par des femmes ce qui porte leur proportion au sein du Dáil à 22 % contre 15 % lors de la législature précédente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Crise : comment l'Irlande s'est-elle remise à flot ? », sur francetv info, (consulté le 4 février 2016).
  2. (en) « Ireland Unemployment Rate », sur tradingeconomics.com (consulté le 4 février 2016).
  3. (en) « Proportional representation », sur www.citizensinformation.ie (consulté le 11 janvier 2019).
  4. (en) « Electoral (Amendment) (Political Funding) Act 2012 Section 42 », sur irishstatutebook.ie (consulté le 20 février 2016).
  5. (en) « Candidates for the 2016 General Election (by constituency) », sur adriankavanaghelections.org (consulté le 20 février 2016).
  6. Candidatures séparées du Parti socialiste et du Peuple avant le profit.
  7. (en) « Poll: Fine Gael hold steady, Labour on wane ».
  8. [1]
  9. (en) « Broker sees Green as a good buy ».
  10. (en) « Exclusive: Fianna Fail make major gains on Fine Gael in latest poll - Independent.ie ».
  11. [2]
  12. (en) Pat Leahy, « Election 2016: Fine Gael get ahead in final stretch of campaign - BusinessPost.ie ».
  13. [3]
  14. (en) « Joan Burton says Labour ‘up for a fight’ after poor poll result ».
  15. [4]
  16. (en) « Is this the Enda the road for Fine Gael? Coalition support eroding as election day looms », .
  17. [5]
  18. (en) « Fine Gael and Labour slump by five points as Sinn Fein rise - BusinessPost.ie ».
  19. [6]
  20. (en) « Support for Fine Gael and Labour falls in opinion poll ».
  21. [7]
  22. a et b (en) « Mixed messages for all parties in new polls ».
  23. [8]
  24. [9]
  25. (en) « Pre-election poll shows nuanced opinion - Independent.ie ».
  26. [10]
  27. (en) « New Irish Times/Ipsos MRBI poll brings bad news for Coalition ».
  28. (en) Pat Leahy, « Fianna Fail down as coalition holds steady ahead of election - BusinessPost.ie ».
  29. (en) Pat Leahy, « Polls show abrupt stop in steady rise of Fine Gael support - BusinessPost.ie ».
  30. (en) « Polls show support for Fianna Fáil on the rise », .
  31. [11]
  32. (en) « Poll shows increase in support for FG and Labour », .
  33. [12]
  34. [13]
  35. (en) « Irish Times poll: Fine Gael on course to be biggest party ».
  36. (en) Pat Leahy, « EXCLUSIVE RED C Poll: Kenny's rise continues - BusinessPost.ie ».
  37. (en) « Poll shows Labour support falls as FG and SF rise two points », .
  38. (en) « Poll shows five point increase for Fine Gael ».
  39. (en) « Budget bounce for Fine Gael as support at highest level in three years - Independent.ie ».
  40. (en) « Support up for Fine Gael, drops for Labour - poll », .
  41. (en) « Poll shows drop in support for Fine Gael », .
  42. (en) « Coalition lacks enough support to retain power ».
  43. (en) « Opinion poll suggests increase in Govt support », .
  44. (en) « Poll suggests support for Labour Party drops », .
  45. (en) « Significant drop in support for Fine Gael - poll », .
  46. (en) « Support for Independents rises in latest poll », .
  47. (en) « Poll finds increase in support for Independents », .
  48. a et b (en) « Polls indicate drop in support for Labour and SF », .
  49. [14] « Copie archivée » (version du 12 juin 2018 sur l'Internet Archive)
  50. (en) « Significant increase in support for Fianna Fáil », .
  51. [15]
  52. (en) « Poll shows growth in support for Government parties », .
  53. (en) « Poll bounce for Fine Gael as support continues to rise ».
  54. (en) « Poll suggests drop in Govt parties support », .
  55. [16]
  56. (en) « Drop in support for SF and Independents - poll », .
  57. (en) « Opinion poll reveals more support for the Government », .
  58. [17] « Copie archivée » (version du 12 juin 2018 sur l'Internet Archive)
  59. (en) « Fine Gael support bounces back after 12-year low in last poll ».
  60. (en) Rónán Duffy, « Support for the government has SHOT UP since Christmas ».
  61. « Elections en Irlande : le gouvernement sanctionné », sur La Tribune, (consulté le 1er mars 2016).
  62. « Le premier ministre d’Irlande échoue à se faire reconduire et présente sa démission », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 11 mars 2016).
  63. (en-US) « Kenny tenders resignation after first Dáil meeting », sur The Irish Times, (consulté le 11 mars 2016).
  64. « Irlande : le premier ministre réélu, après plus de deux mois de blocage », Le Monde, 6 mai 2016