Élections régionales de 2010 en Midi-Pyrénées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections régionales de 2010 en Midi-Pyrénées
Martin Malvy 6 - Airbus public demonstration in Toulouse 0367 2007-03-06.jpg Martin Malvy – Parti socialiste
Voix au 1er tour 415 096
40,93 %
Voix au 2e tour 705 430
67,77 %
Conseillers élus 69
Brigitte Barèges.jpg Brigitte Barèges – UMP
Voix au 1er tour 220 624
21,75 %
Voix au 2e tour 335 512
32,23 %
Conseillers élus 22
Président
Sortant Élu
Martin Malvy Martin Malvy
La région Midi-Pyrénées

Les élections régionales ont eu lieu les 14 et [1].

Mode d'élection[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin est fixé par le Code électoral. Il précise que les conseillers régionaux sont élus tous les six ans[2].

Les conseillers régionaux sont élus dans chaque région au scrutin de liste à deux tours sans adjonction ni suppression de noms et sans modification de l'ordre de présentation. Chaque liste est constituée d'autant de sections qu'il y a de départements dans la région[3].

Si une liste a recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour, le quart des sièges lui est attribué. Le reste est réparti à la proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne. Une liste ayant obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés ne peut se voir attribuer un siège[3].

Sinon on procède à un second tour où peuvent se présenter les listes ayant obtenu 10 % des suffrages exprimés[3]. La composition de ces listes peut être modifiée pour comprendre les candidats ayant figuré au premier tour sur d’autres listes, sous réserve que celles-ci aient obtenu au premier tour au moins 5 % des suffrages exprimés et ne se présentent pas au second tour[4]. À l’issue du second tour, les sièges sont répartis de la même façon[3].

Les sièges étant attribués à chaque liste, on effectue ensuite la répartition entre les sections départementales, au prorata des voix obtenues par la liste dans chaque département[5].

Contexte régional[modifier | modifier le code]

La région Midi-Pyrénées est historiquement et traditionnellement considérée comme de gauche, et tout particulièrement comme l'un des principaux bastions du radical-socialisme. Les premiers présidents du conseil régional avant son élection au suffrage universel direct en 1986 (étant composé alors des parlementaires et de représentants des conseils généraux et des principales municipalités) furent les socialistes Alain Savary de 1973 à 1981 puis Alex Raymond de 1981 à 1988.

Mais la région Midi-Pyrénées a aussi une histoire importante avec le courant centriste, qui se manifeste depuis les années 1970, animé notamment par le maire de Toulouse Pierre Baudis puis par son fils et successeur Dominique Baudis. Ainsi, le conseil régional connut une majorité de centre droit jusqu'en 1998. Les deux premiers présidents élus furent Dominique Baudis (UDF-CDS) de 1986 à 1988 puis Marc Censi (UDF-PR puis DL) de 1988 à 1998.

Depuis 1965, et à l'exception de l'élection de 1969 qui a vu s'affronter au second tour deux candidats de droite et du centre et de celle de 2002 où cette fois-ci s'opposaient le président sortant de droite Jacques Chirac et le dirigeant du Front national Jean-Marie Le Pen, seuls le Tarn-et-Garonne (qui a voté à droite majoritairement au second tour à chaque scrutin depuis 1995, tandis qu'il fut le seul département de la région à placer en tête Jean-Marie Le Pen au premier tour en 2002) et l'Aveyron (qui a voté pour le candidat de droite au second tour à chaque élection sauf en 1988) n'ont pas donné gagnant à chaque fois le candidat socialiste à la présidentielle. Cinq des neuf départements dans lesquels Lionel Jospin étaient arrivés en tête lors de l'élection présidentielle de 2002 se trouvaient en Midi-Pyrénées (la Haute-Garonne, les Hautes-Pyrénées, le Gers, le Tarn et l'Ariège, c'est d'ailleurs dans ce dernier qu'il a engrangé son meilleur score avec 23,73 % des voix). En 2007, Ségolène Royal arrive en tête au premier tour dans six des huit départements (tous sauf l'Aveyron et le Tarn-et-Garonne) et obtient son meilleur score dans l'Ariège avec 35 % des suffrages exprimés. Au second tour, ces mêmes département l'ont préféré à Nicolas Sarkozy pour accéder à la présidence de la République, avec des scores supérieurs à 55 % dans le Lot (56,43 %), les Hautes-Pyrénées (57,37 %) et l'Ariège (59,46 %, son meilleur score de France métropolitaine), ou proche dans la Haute-Garonne (54,47 %). Et les deux autres départements ne donnent la victoire que de peu au candidat de l'UMP, en dessous de son résultat national : l'Aveyron avec 50,83 % des suffrages, le Tarn-et-Garonne un peu plus largement avec 53 % des voix. En tout, la région Midi-Pyrénées pour Ségolène Royal à 31,11 % au premier tour et 53,29 % au second, contre respectivement 26,29 % et 46,71 % pour Nicolas Sarkozy[6].

Aux élections régionales de 1998, elle fait partie des huit régions sur 22 en France métropolitaine à être gagnées par la gauche. Les listes PS-PRG-PCF (à quoi s'ajoutent les Verts dans l'Aveyron, dans la Haute-Garonne et dans le Tarn, ils avaient monté des listes distinctes dans les cinq autres départements) du député-maire socialiste de Figeac (Lot) arrivent ainsi en tête dans cinq des huit départements avec un score cumulé régionalement de 38,86 % des suffrages exprimés et 41 sièges sur 91, devançant assez nettement les 31,5 % et 34 élus obtenu par l'union UDF-RPR du président sortant Marc Censi (à quoi il faut ajouter 4 autres élus divers droite ou dissidents de l'UDF). Toutefois, la gauche plurielle n'a pas, du fait du mode de scrutin (à un tour et sans prime au vainqueur), de majorité absolue, tandis que le FN, avec 8 sièges, fait figure, comme dans les autres conseils régionaux issus de cette élection, de pivot[7],[8]. Réélu dans un premier temps avec les voix du FN président du conseil régional le 23 puis le , Marc Censi démissionne les deux fois immédiatement en signe de refus du soutien de l'extrême-droite et offre donc le perchoir régional à Martin Malvy qui est finalement élu à la majorité relative au troisième tour le par 44 voix (les 41 de la gauche plurielle, les deux de la LCR et une des deux CPNT) contre 38 à l'UDF radical ariègeois, député-maire de Pamiers, André Trigano, et 9 au frontiste Bernard Antony.

Aux régionales suivantes de 2004, la victoire de Martin Malvy et de sa liste PS-PRG-PCF est plus nette : il s'offre le deuxième meilleur score de France métropolitaine (derrière les 46,29 % de la liste de Ségolène Royal en Poitou-Charentes, en sachant que cette dernière avait uni derrière elle toute la gauche plurielle tandis que Martin Malvy dut faire face à une liste des Verts au premier tour) et le troisième de l'ensemble du pays (après également les 44,29 % de Victorin Lurel en Guadeloupe) du premier tour (avec 41,39 % des suffrages exprimés contre 19 % seulement à la liste UMP du député-maire de Millau dans l'Aveyron Jacques Godfrain, 11,77 % au FN Louis Aliot et 10,15 % à l'UDF Michel Valdiguié). Au deuxième tour, il obtient, avec 57,6 % des suffrages et 52 élus sur 81 contre 30,43 % et 21 sièges à l'union des listes UMP et UDF, et 12,06 % et 8 conseillers régionaux au FN, non seulement la majorité absolue qui lui manquait lors de son premier mandat, mais en plus le troisième score métropolitain (derrière les 62,02 % de Jean-Paul Denanot dans le Limousin et les 58,79 % de Jean-Yves Le Drian en Bretagne) et le quatrième national (derrière les 58,23 % de Victorin Lurel en Guadeloupe également).

Aux élections municipales de 2008, les communes de Graulhet (Tarn, avait été gagnée par l'UMP en 2001), de Saint-Gaudens (Haute-Garonne, commune gouvernée par la droite de 1947 à 1989 et depuis 2001) et surtout de Rodez (préfecture de l'Aveyron, fief de la droite depuis 1935 et dont le maire depuis 1983 n'était autre que l'ancien président de la région Marc Censi) basculent à gauche dès le premier tour. Au second tour, c'est notamment Toulouse, qui avait un maire de centre droit ou de droite depuis 1971, qui retourne au bout de 37 ans à la gauche puisque le député-maire socialiste de Ramonville-Saint-Agne Pierre Cohen (qui change ainsi de commune d'élection) et sa liste de gauche plurielle y bat, relativement de peu, le maire sortant UMP Jean-Luc Moudenc avec 1 209 voix et 0,84 points d'avance (50,42 % des voix et 52 élus contre 49,58 % et 17 sièges). Cahors (préfecture du Lot, bastion radical-socialiste qui avait été remportée en 2001 par l'UDF), Millau (Aveyron, au centre ou à droite de 1947 à 1977 et depuis 1995, le maire sortant depuis 1995 n'était autre que Jacques Godfrain, tête de liste UMP aux régionales de 2004) et Muret (Haute-Garonne, à droite de 1953 à 1989 et depuis 1995) sont également conquises ou reconquises par la gauche. Après ce scrutin, seules trois des huit préfectures, Montauban en Tarn-et-Garonne (avec l'UMP Brigitte Barèges), Tarbes dans les Hautes-Pyrénées (avec l'UMP radical Gérard Trémège) et Albi dans le Tarn (avec le divers droite Philippe Bonnecarrère) sont conservées par la droite.

Martin Malvy semble donc en bonne position pour conserver la région, et cela même s'il n'est pas soutenu, contrairement à 1998 et 2004, par le PCF qui fait partie pour le premier tour de la liste du Front de gauche menée par l'ancien membre de la LCR et désormais l'un des dirigeants et fondateurs de la Gauche unitaire Christian Picquet. De plus, comme en 2004, les Verts font cavalier seuls au premier tour à travers Europe Écologie associée au Mouvement écologiste indépendant, sous la conduite de l'ancien vice-président du Parlement européen Gérard Onesta. La liste du mouvement centriste est quant à elle menée par Arnaud Lafon maire de Castanet-Tolosan. Arnaud Lafon a été le plus jeune maire de France d'une commune de plus de 10 000 habitants - il avait alors 25 ans - et a été réélu lors des dernières élections municipales en 2008.

Il est à noter que lors des européennes de , la liste Europe Écologie menée par José Bové dans la circonscription Sud-Ouest avait réuni en Midi-Pyrénées 16,42 % des suffrages exprimés et celle du Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon 8,06 % des voix, tandis que le PS mené par Kader Arif était tombé à 18,99 %, laissant la première place à la liste de la majorité présidentielle de l'ancien maire de Toulouse Dominique Baudis et ses 26,76 % des voix. Le taux de participation n'était toutefois que de 47,24 %[9]. Un sondage de l'institut CSA réalisé du 7 au sur un échantillon de 1 009 personnes donne la liste Malvy en tête au premier tour avec 39 % des intentions de vote contre 25 % à la liste Majorité présidentielle de la députée-maire UMP de Montauban Brigitte Barèges, et victorieuse au second tour tant en cas de duel avec cette dernière par 69 % contre 31 % que lors d'une triangulaire qui verrait la liste Europe Écologie de Gérard Onesta se maintenir contre elle, avec 50 % des voix contre 30 % à la liste Barèges et 20 % à Onesta. L'étude montre également que le président sortant bénéficie d'une notoriété et d'une popularité assez forte, avec seulement 23 % des personnes interrogées déclarant ne pas le connaître et 57 % affirmant non seulement le connaître mais en plus avoir une bonne opinion de lui. En revanche, selon cette enquête, ces deux principaux concurrents montrent à ce moment-là un certain déficit auprès de l'opinion publique régionale : Brigitte Barèges apparaît inconnue de 66 % des sondés, et Gérard Onesta de 72 % d'entre eux. Avec 5 % des intentions de vote au premier tour, la liste du FN ne serait pas en situation de se qualifier pour le second tour : toutefois, le sondage à ce moment-là proposait Louis Aliot comme tête de liste, comme en 2004, alors que c'est finalement un autre conseiller régional du parti d'extrême-droite, Frédéric Cabrolier, qui a été désigné. Il en était de même pour le Front de gauche qui, avec à sa tête la vice-présidente sortante communiste du conseil régional Marie-Pierre Vieu (un temps pressentie pour prendre la première place de la liste) au lieu de Christian Picquet, arrivait également à 5 % d'intentions de vote, soit la limite minimum pour être en position de fusionner pour le second tour. Enfin, le dernier enseignement du sondage montre que, pour 38 % des personnes y ayant répondu, l'enjeu principal de la campagne reste l'emploi dans une région touchée par un taux de chômage de 9,1 % au troisième trimestre 2009 (égal à la moyenne de la France métropolitaine et le huitième, ex-æquo avec celui de Poitou-Charentes, des 22 régions de métropole)[10],[11].

Candidats[modifier | modifier le code]

Tous les candidats[modifier | modifier le code]

Têtes de liste départementale[modifier | modifier le code]

Listes Ariège Aveyron Haute-Garonne Gers Lot Hautes-Pyrénées Tarn Tarn-et-Garonne
Liste Torremocha (LO)
Michel Laserge
Martine Guiraud
Sandra Torremocha
Tristan Lalanne
Élisabeth Podgorny
François Meunier
Chantal Tressens
Richard Blanco
Liste Martin (NPA & alliés)
Denis Steel
Maxime Gaillac
Myriam Martin
Gaël Schultz
Jean-Luc Morestin
Sylvie Bacqué
Antoine Dequidt
Sébastien Tési
Liste Picquet (FG & alliés)
Lyliane Cassan

(PCF)
Guilhem Sérieys

(PG)
Charles Marziani

(PCF)
Maurice Salles

(PCF)
Anne Laporterie

(PG)
Marie-Pierre Vieu

(PCF)
Jeanne Jimenez

(PCF)
Marie-Claude Bouyssi

(Altermondialiste)
Liste Malvy (PS & alliés)
Marc Carballido

(PS)
Marie-Lou Marcel

(PS)
Martin Malvy

(PS)
Jean-Louis Guilhaumon

(PS)
Marie-Odile Delcamp

(PS)
Bernard Plano

(PS)
Gérard Poujade

(PS)
Sylvia Pinel

(PRG)
Liste Onesta ( & alliés)
François Calvet

(Agriculteur bio)
Marie-Françoise Vabre

(Militante associative)
Gérard Onesta

(Verts)
Fatma Adda

(Verts)
Alain Ciekanski

(Les Amis de la Terre)
Nathalie Nowak

(Militante associative)
Guillaume Cros

(Verts)
Annie Bonnefont

(Verts)
Liste Lafon (MoDem)
Krysthel Collet
Jean-Marie Daures
Arnaud Lafon
Victoire Crispel
Jean-Claude Tassain
Pierre Lagonelle
Laurence Pujol
Thierry Faget
Liste Barèges (Majorité Présidentielle)
Philippe Calleja

(UMP)
Jean-Claude Luche

(UMP)
Brigitte Barèges

(UMP)
Christiane Pieters

(UMP)
Monique Martignac

(UMP)
Gérard Trémège

(UMP-Rad)
Jacques Thouroude

(UMP)
Thierry Deville

(ex-PRG)
Liste Cabrolier (FN)
Armand Delamare
Jean-Pierre Auregan
Frédéric Cabrolier
Vanessa Assenne
Jean-Marie Durand
Jean-Pierre Atoch
Jean-Paul Piloz
Thierry Viallon

Sondages[modifier | modifier le code]

Intentions de vote[modifier | modifier le code]

Avertissement : Les résultats des intentions de vote ne sont que la mesure actuelle des rapports de forces politiques. Ils ne sont en aucun cas prédictifs du résultat des prochaines élections. La marge d'erreur de ces sondages est de 4,5 % pour 500 personnes interrogées, 3,2 % pour 1000, 2,2 % pour 2000 et 1,6 % pour 4000[15].

Premier tour[modifier | modifier le code]

Listes CSA
7-9 nov. 2009[16]
BVA
22-23 fevr. 2010[17]
TNS Sofres
26 fevr-[18]
IFOP
2-3 mars 2010[19]
Liste Torremocha (LO)
2 %
1 %
2 %
0,5 %
Liste Martin (NPA)
2 %
2 %
2,5 %
3 %
Liste Picquet (FG)
5 %
6 %
5 %
5,5 %
Liste Malvy (PS et alliés)[20]
39 %
37 %
40 %
40 %
Liste Onesta (-AEI)
17 %
17 %
16 %
13 %
Liste Lafon (MoDem)
5 %
3 %
4,5 %
6 %
Liste Barèges (Maj.présidentielle)
25 %
25 %
21 %
23 %
Liste Cabrolier (FN)
5 %
9 %
9 %
9 %
N’expriment pas d’intentions de vote
---
7 %
---
---
Personnes interrogées
1009
801
800
708

Second tour[modifier | modifier le code]

Listes CSA
7-9 nov. 2009[16]
CSA
7-9 nov. 2009[16]
BVA
22-23 fevr. 2010[17]
TNS Sofres
26 fevr-[18]
TNS Sofres
26 fevr-[18]
IFOP
2-3 mars 2010[19]
IFOP
2-3 mars 2010[19]
Liste Malvy (PS-PC- et alliés)[20]
50 %
69 %
46 %
53 %
69 %
52 %
65 %
Liste Barèges (Maj.présidentielle)
30 %
31 %
32 %
27 %
31 %
33 %
35 %
Liste Onesta (-AEI)
20 %
---
22 %
20 %
---
15 %
---
N’expriment pas d’intentions de vote
---
---
6 %
---
---
---
---
Personnes interrogées
1009
1009
801
800
800
708
708

Résultats[modifier | modifier le code]

Régionaux[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Midi-Pyrénées
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Martin Malvy* PS et alliés 415 096 40,93 705 430 67,77
69
75,82
Gérard Onesta - MEI 136 543 13,46
Christian Picquet FG - Mouvement politique d'éducation populaire (M'PEP) - R&S 70 077 6,91
Brigitte Barèges Majorité présidentielle 220 624 21,75 335 512 32,23
22
24,17
Frédéric Cabrolier FN 95 689 9,44  
Arnaud Lafon MoDem 38 290 3,78
Myriam Martin NPA - MOC 29 319 2,89
Sandra Torremocha LO 8 548 0,84
 
Inscrits 2 038 106 100,00 2 038 033 100,00  
Abstention 983 383 48,25 929 481 45,61  
Votants 1 054 723 51,75 1 108 552 54,39  
Blancs et nuls 40 513 3,84 67 610 6,10  
Exprimés 1 014 210 96,16 1 040 942 93,90  

* liste du président sortant

Départementaux[modifier | modifier le code]

Ariège[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Midi-Pyrénées pour le département de l'Ariège
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Marc Carballido* PS et alliés 24 823 42,95 42 107 72,85
4
80,00
François Calvet - MEI 8 131 14,07
Liliane Cassan FG - Mouvement politique d'éducation populaire (M'PEP) - R&S 5 473 9,47
Philippe Calleja Majorité présidentielle 10 043 17,38 15 695 27,15
1
20,00
Armand Delamare FN 4 985 8,63  
Denis Seel NPA - MOC 2 150 3,72
Krysthel Collet MoDem 1 566 2,71
Michel Laserge LO 625 1,08
 
Inscrits 114 538 100,00 114 511 100,00  
Abstention 54 126 47,26 51 655 45,11  
Votants 60 412 52,74 62 856 54,89  
Blancs et nuls 2 616 2,28 5 054 8,04  
Exprimés 57 796 50,46 57 802 91,96  

* liste du président sortant

Aveyron[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Midi-Pyrénées pour le département de l'Aveyron
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Marie-Lou Marcel* PS et alliés 44 407 38,65 72 241 60,66
7
70,00
Marie-France Vabre - MEI 13 801 12,01
Guilhem Sérieys FG - M'PEP - R&S 6 797 5,92
Jean-Claude Luche Majorité présidentielle 32 766 28,52 46 848 39,34
3
30,00
Jean-Pierre Aubregan FN 7 969 6,94  
Jean-Marie Daures MoDem 4 899 4,26
Maxime Gaillac NPA - MOC 3 430 2,99
Martine Guiraud LO 828 0,72
 
Inscrits 218 067 100,00 218 043 100,00  
Abstention 97 236 44,59 91 161 41,81  
Votants 120 831 55,41 126 882 58,19  
Blancs et nuls 5 934 2,72 7 793 6,14  
Exprimés 114 897 52,69 119 089 93,86  

* liste du président sortant

Haute-Garonne[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Midi-Pyrénées pour le département de la Haute-Garonne
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Martin Malvy* PS et alliés 156 269 40,74 270 736 69,50
28
75,68
Gérard Onesta - MEI 60 395 15,75
Charles Marziani FG - M'PEP - R&S 24 902 6,49
Brigitte Barèges Majorité présidentielle 75 172 19,60 118 790 30,50
9
24,32
Frédéric Cabrolier FN 38 215 9,96  
Arnaud Lafon MoDem 15 111 3,94
Myriam Martin NPA - MOC 10 467 2,73
Sandra Torremocha LO 3 040 0,79
 
Inscrits 807 554 100,00 807 569 100,00  
Abstention 413 124 51,16 396 485 49,10  
Votants 394 430 48,84 411 084 50,90  
Blancs et nuls 10 859 1,34 21 558 5,24  
Exprimés 383 571 47,50 389 526 94,76  

* liste du président sortant

Gers[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Midi-Pyrénées pour le département du Gers
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Jean-Louis Guilhaumon* PS et alliés 30 759 42,71 50 223 66,18
5
83,33
Fatma Adda - MEI 8 409 11,68
Maurice Salles FG - M'PEP - R&S 4 706 6,53
Christiane Pieters Majorité présidentielle 16 522 22,94 25 667 33,82
1
16,67
Vanessa Assenne FN 6 045 8,39  
Victoire Crispel MoDem 2 965 4,12
Gaël Schutz NPA - MOC 2 045 2,84
Tristan Lalanne LO 569 0,79
 
Inscrits 141 192 100,00 141 158 100,00  
Abstention 65 675 46,51 60 334 42,74  
Votants 75 517 53,49 80 824 57,26  
Blancs et nuls 3 497 2,48 4 934 6,10  
Exprimés 72 020 51,01 75 890 93,90  

* liste du président sortant

Lot[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Midi-Pyrénées dans le département du Lot
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Marie-Odile Delcamp* PS et alliés 34 737 47,69 53 498 71,66
5
83,33
Alain Ciekanski - MEI 8 926 12,25
Anne Laporterie FG - M'PEP - R&S 5 188 7,12
Monique Martignac Majorité présidentielle 14 616 20,06 21 153 28,34
1
16,67
Jean-Marie Durand FN 4 685 6,43  
Jean-Claude Tassain MoDem 2 162 2,97
Jean-Luc Morestin NPA - MOC 2 073 2,85
Élisabeth Podgorny LO 457 0,63
 
Inscrits 133 147 100,00 133 147 100,00  
Abstention 57 240 42,99 53 922 40,50  
Votants 75 907 57,01 79 225 59,50  
Blancs et nuls 3 063 2,30 4 574 5,77  
Exprimés 72 844 54,71 74 651 94,23  

* liste du président sortant

Hautes-Pyrénées[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Midi-Pyrénées pour le département des Hautes-Pyrénées
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Bernard Plano* PS et alliés 34 701 40,52 62 198 70,07
6
75,00
Nathalie Nowak - MEI 9 813 11,46
Marie-Pierre Vieu FG - M'PEP - R&S 8 904 10,40
Gérard Trémège Majorité présidentielle 18 307 21,38 26 573 29,93
2
25,00
Jean-Pierre Atoch FN 6 647 7,76  
Pierre Lagonelle MoDem 3 482 4,07
Sylvie Bacqué NPA - MOC 2 866 3,35
François Meunier LO 911 1,06
 
Inscrits 177 109 100,00 177 149 100,00  
Abstention 87 809 49,58 82 060 46,32  
Votants 89 300 50,42 95 089 53,68  
Blancs et nuls 3 669 2,07 6 318 6,64  
Exprimés 85 631 48,35 88 771 93,36  

* liste du président sortant

Tarn[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Midi-Pyrénées dans le département du Tarn
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Gérard Poujade* PS et alliés 56 360 39,93 96 538 66,21
9
75,00
Guillaume Cros - MEI 16 967 12,02
Jeanne Jimenez FG - M'PEP - R&S 9 002 6,38
Jacques Touroude Majorité présidentielle 31 432 22,27 49 274 33,79
3
25,00
Jean-Paul Piloz FN 16 565 11,73  
Laurence Pujol MoDem 5 407 3,83
Antoine Dequidt NPA - MOC 4 004 2,84
Chantal Tressens LO 1 424 1,01
 
Inscrits 277 826 100,00 277 803 100,00  
Abstention 129 908 46,76 121 375 43,69  
Votants 147 918 53,24 156 428 56,31  
Blancs et nuls 6 757 2,43 10 616 6,79  
Exprimés 141 161 50,81 145 812 93,21  

* liste du président sortant

Tarn-et-Garonne[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Midi-Pyrénées dans le département de Tarn-et-Garonne
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
Sylvia Pinel* PS et alliés 33 043 38,29 57 889 64,75
5
71,43
Annie Bonnefont - MEI 10 115 11,72
Marie-Claude Bouyssi FG - M'PEP - R&S 5 102 5,91
Thierry Deville Majorité présidentielle 21 767 25,23 31 512 35,25
2
28,57
Thierry Viallon FN 10 582 12,26  
Thierry Faget MoDem 2 698 3,13
Sébastien Tési NPA - MOC 2 287 2,65
Richard Bianco LO 696 0,81
 
Inscrits 168 673 100,00 168 653 100,00  
Abstention 78 265 46,40 72 489 42,98  
Votants 90 408 53,60 96 164 57,02  
Blancs et nuls 4 118 2,44 6 763 7,03  
Exprimés 86 290 95,45 89 401 92,97  

* liste du président sortant

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué d'Alain Marleix, secrétaire d'État chargé des Collectivités territoriales, le 4 novembre 2009
  2. Code électoral, article L336
  3. a b c et d Code électoral, article L338
  4. Code électoral, article L346
  5. Code électoral, article L338-1
  6. Résultats officiels de l'élection présidentielle de 2007 dans la région Midi-Pyrénées, site du ministère de l'intérieur
  7. Résultats officiels des élections régionales de 1998 en Midi-Pyrénées, site du ministère de l'Intérieur
  8. « REGIONALES 1998. RESULTATS. MIDI-PYRENEES », Libération, 17/03/1998
  9. Résultats officiels des élections européennes de 2009 en Midi-Pyrénées, site du ministère de l'Intérieur
  10. Taux de chômage localisés trimestriels par région (en moyenne trimestrielle - données CVS), INSEE
  11. J.-C. S., « Régionales. Martin Malvy : le premier sondage CSA le donne favori », La Dépêche du Midi, 04/12/2009
  12. Myriam Martin sur France 3
  13. https://www.ladepeche.fr/article/2010/02/02/767517-Albi-Le-Front-de-gauche-en-campagne.html
  14. Gérard Onesta tête de liste écolo aux régionales en Midi-Pyrénées Toulouse 7.com
  15. Quelle est la marge d’erreur d’un sondage ?
  16. a b et c « Régionales. Martin Malvy : le premier sondage CSA le donne favori »
  17. a et b « Intention de vote en Midi-Pyrénées »
  18. a b et c « Sondage : Malvy même sans les Verts »
  19. a b et c « Sondage Ifop-Midi Libre : la gauche donnée gagnante en Midi-Pyrénées »
  20. a et b Le Parti radical de gauche et le Mouvement républicain et citoyen

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]