Élection présidentielle mongole de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élection présidentielle mongole de 2021
(1er tour)
(2d tour)
Président
Sortant
Khaltmaagiyn Battulga
PD

L'élection présidentielle mongole de 2021 devrait se dérouler en afin d'élire le Président de Mongolie.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les précédentes élections en 2017 sont marquées par le recours pour la première fois dans le pays à un deuxième tour pour départager les deux candidats arrivés en tête, aucun n'ayant remporté la majorité au premier tour. Khaltmaagiyn Battulga du Parti démocrate l'emporte au second tour sur Miyeegombyn Enkhbold avec 50,61 % des suffrages[1]. L'élection passe très près d'être annulée selon la loi électorale mongole qui prend en compte les votes blancs, Battulga n'obtenant la majorité qu'avec moins de 8 000 voix.

Arrivée en troisième place en manquant le second tour de 1 849 voix, Sainkhuugiin Ganbaatar refuse de reconnaitre les résultats, affirmant que des fraudes ont eu lieu et que plus de 35 000 bulletins ont été ajoutés au total. Son parti, le PRPM, exige un recompte des voix dans la circonscription de Bayan-Ölgii[2]. Le recompte a lieu en présence d'observateurs et valide les résultats initiaux[3].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le président est directement élu par les citoyens de Mongolie au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat renouvelable une seule fois. Cependant, seuls les partis politiques représentés au parlement, le Grand Khoural d'État peuvent soumettre des candidats. Par la suite, le président élu doit démissionner de tout parti politique avant son investiture, car il représente l'unité du peuple. Le président peut être destitué par le parlement s'il est reconnu coupable par la majorité des deux tiers de ses membres d'abuser de ses pouvoirs ou d'avoir violé son serment.

Les élections présidentielles mongoles ont la particularité de tenir réellement compte des votes blancs, en tant que votes valides entrant en compte dans le décompte des voix et de leur pourcentage (articles 97.9 et 99.2 de la loi électorale mongole). Or, un candidat devant réunir la majorité absolue des suffrages (50% +1 voix) pour être élu, il est possible qu' aucun candidat n'atteigne le seuil requis, même au second tour. Un tel résultat conduit alors à la tenue de nouvelles élections (article 8.6.2) pour laquelle l'ensemble des partis doivent présenter des nouveaux candidats[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]