Élection présidentielle ivoirienne de 1990

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élection présidentielle ivoirienne de 1990
28 octobre
Corps électoral et résultats
Inscrits 4 408 810
Votants 3 049 133
69,2 %
Houphouet-Boigny.jpg Félix Houphouët-Boigny – PDCI
Voix 2 445 365
81,68 %
IC Gbagbo Motta eng 195.jpg Laurent Gbagbo – FPI
Voix 548 441
18,32 %
Président
Sortant Élu
Félix Houphouët-Boigny
PDCI
Félix Houphouët-Boigny
PDCI

L'élection présidentielle ivoirienne de 1990 s'est déroulée le .

Contexte[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Cette élection intervient au moment où le pays traverse une crise économique, qui dure depuis la fin des années 1980. L'économie ivoirienne stagne, même, chute. Cette crise est due essentiellement à la chute du cours des matières premières, notamment le cacao et le café, combinée à la crise de la dette des États africains, qui contraint le pays à une politique d'austérité très dure à la demande des institutions de Bretton Woods. Il s'agit de la première de l'histoire du pays, car, Félix Houphouët-Boigny, le président en exercice, n'a jamais été élu lors d'une élection démocratique. Cette élection est organisée dans un contexte de fin de Guerre froide où de nombreux États autoritaires se voient contraints de démocratiser leurs pays.

Démocratique[modifier | modifier le code]

Entre 1960 et 1985, le président de la république est élu à sa propre succession puisque le pays est dirigé par un parti unique. Donc, il y a toujours la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Mais, en 1982, Laurent Gbagbo fonde le Front populaire ivoirien et en 1990, Francis Wodié crée le Parti ivoirien des travailleurs. Le président Boigny est obligé de faire une élection démocratique à laquelle s'oppose seulement Laurent Gbagbo.

Candidatures[modifier | modifier le code]

Seules deux candidatures ont été déposées, celle du président sortant et de Laurent Gbagbo, l'un des nombreux opposants au régime, fondateur du Front populaire ivoirien enfermé entre 1992 et 1993 et candidat aux élections présidentielles ivoiriennes de 2000 (élu) et 2010.

Campagne présidentielle[modifier | modifier le code]

Elle se déroule entre avril et octobre 1990. Le président sortant affirme qu'il peut encore apporter à la Côte d'Ivoire tandis que Laurent Gbagbo affirme pouvoir apporter un souffle nouveau. Le président annonce également qu'il nommera un premier ministre à l'issue du scrutin présidentiel.

Résultats détaillés[modifier | modifier le code]

Premier tour
le
Nombre % des
inscrits
% des
votants
Inscrits 4 408 810
Votants 3 049 133 69,20 %
   suffrages exprimés 2 993 806 98,50 %
   bulletins blancs ou nuls 55 327 1,50 %
Abstentions 1 359 677 30,80 %
Candidat
Parti politique
Voix % des
exprimés
  Félix Houphouët-Boigny
Parti démocratique de Côte d'Ivoire
2 445 365 81,68 %
  Laurent Gbagbo
Front populaire ivoirien
548 441 18,32 %

Après l'élection[modifier | modifier le code]

Le président sortant est réinvesti et nomme Alassane Ouattara premier ministre à l'issue du scrutin. Cependant, on soupçonne le président sortant de fraudes et de corruption. La Côte d'Ivoire connaît encore quelques difficultés, et son président décède subitement le 7 décembre 1993. Henri Konan Bédié, président de l'Assemblée nationale, assure l'intérim et Alassane Ouattara démissionne de ses fonctions.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]