Élection présidentielle iranienne de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élection présidentielle iranienne de 2021
Président
Sortant
Hassan Rohani
Parti de la modération et du développement

L'élection présidentielle iranienne de 2021 se déroule le afin d'élire le président de la république islamique d'Iran.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le président sortant Hassan Rohani.

Le président de la République islamique d'Iran est le plus haut fonctionnaire élu au suffrage direct du pays, le chef du pouvoir exécutif et le deuxième poste le plus important après le guide suprême. Ses prérogatives sont similaires à celles des chefs de gouvernement d'autres pays, à l'exception du contrôle des forces armées, du système judiciaire, de la télévision d'État et de quelques autres organisations gouvernementales clés qui sont sous le contrôle du Guide de la Révolution.

L'élection présidentielle de mai 2017 voit la réélection dès le premier tour avec 57,14 % des voix d'Hassan Rohani, conservateur modéré issu du Parti de la modération et du développement et soutenu par le camp des réformistes. Ayant accompli deux mandats, Rohani est inéligible à sa succession en 2021.

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le président de la République islamique d'Iran est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de quatre ans renouvelable une seule fois[1].

Tout citoyen iranien né en Iran, croyant en Dieu et en la religion officielle de l'Iran — l'Islam —, qui a toujours été fidèle à la Constitution et qui est âgé de plus de 21 ans peut s'inscrire comme candidat à la présidentielle. L'Agence de surveillance des élections (EMA), gérée par le Conseil des gardiens de la constitution, examine les candidatures et sélectionne ceux considérés comme aptes à se présenter aux élections. Le Conseil des gardiens n'annonce pas publiquement la raison du rejet de certains candidats, bien que ces raisons soient expliquées à chaque candidat individuellement. Les candidatures de femmes ont toujours été exclues par le Conseil[2],[3].

Candidatures[modifier | modifier le code]

Pour être effectives, les candidatures doivent être validées par le Conseil des Gardiens de la Constitution. Lors de l'élection de 2017, la liste des candidats définitifs avaient été rendues publiques en avril, pour une élection en juin.

Candidatures déclarées[modifier | modifier le code]

Les candidats suivant se sont déclarés dans la presse :

  • Hossein Dehghan est un ancien officier de carrière du Corps des gardiens de la révolution, qui a servi dans l'armée de l'air du CGRI. Il a également été ministre de la Défense et de la Logistique des Forces armées de 2013 à 2017 dans l'administration de Hassan Rohani. Sa candidature a été annoncée pour la première fois le [4].
  • Fereydoun Abbassi Davani membre du parlement iranien depuis 2020, il a annoncé sa candidature le 3 février 2021[5].
  • Hassan Sobhani (en) est ancien membre de l'Assemblée consultative islamique (1996–2008). Il est économiste et s'est présenté à l'élection présidentielle de 2017 mais n'a pas été approuvé. Il a annoncé sa candidature le 13 février 2021[6],[7].
  • Mohammad Gharazi est ancien ministre de l'information et des communications et de la technologie (1985–1997) et ancien ministre du pétrole (1981–1985). Candidat à l'élection présidentielle de 2013 durant laquelle il a remporté 446 000 voix, il annonce sa candidature le 15 février 2021[8].
  • Mostafa Kavakebian (en) est un ancien membre du Madjles (2016-2020) et (2008-2012). Il est le candidat dédié du Parti de la démocratie. Sa candidature a été annoncée le 19 février 2021[9].

Personnalités ayant exprimé un intérêt[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant renoncé à être candidates[modifier | modifier le code]

  • Mohammad Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères (depuis 2013), a annoncé à deux reprises en 2018 et 2019 qu'il ne se présenterait pas aux élections[15],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « constitution », sur www.wipo.int (consulté le 26 décembre 2020).
  2. « First female candidate registered for Iranian presidential elections - Trend.Az » [archive], sur en.trend.az, (consulté le 28 décembre 2020)
  3. (en) « Iran’s ban on female presidential candidates contradicts Constitution | Amnesty International » [archive], sur Amnesty, (consulté le 28 décembre 2020)
  4. (en) The New Arab Staff, « Controversial Khamenei aide Hossein Dehghan announces bid to become Iran's next president », sur alaraby (consulté le 28 décembre 2020)
  5. « Abbasi: je suis candidat à la présidentielle et je suis indépendant »
  6. (fa) « کاندیدای جدید انتخابات ریاست جمهوری ۱۴۰۰ کیست؟ », sur خبرآنلاین,‎ (consulté le 22 février 2021)
  7. « Hassan Sobhani a annoncé sa candidature »
  8. (fa) « محمد غرضی برای سومین‌بار اعلام کاندیداتوری کرد », sur خبرآنلاین,‎ (consulté le 22 février 2021)
  9. (fa) « کواکبیان نامزد اختصاصی حزب مردم‌سالاری در انتخابات ۱۴۰۰ شد » (consulté le 22 février 2021)
  10. (fa) « گزارش| اعلام آمادگی عجیب آخوندی برای 1400؛ لودریسم هم به انتخابات آمد!- اخبار سیاست ایران - اخبار سیاسی تسنیم - Tasnim », sur خبرگزاری تسنیم - Tasnim (consulté le 28 décembre 2020)
  11. (fa) « حاجی ‌بابایی برای انتخابات 1400 اعلام آمادگی کرد », sur پایگاه خبری جماران (consulté le 22 février 2021)
  12. (en) « A Maverick Iranian Lawmaker Says He Might Run For President In 2021 », sur RFE/RL (consulté le 28 décembre 2020)
  13. « Uranium iranien : "Le but est de pousser Biden à revenir dans l'accord sur le nucléaire" », sur IRIS (consulté le 8 janvier 2021)
  14. « Mohammad Ghalibaf en piste pour la présidentielle iranienne de 2021 », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 8 janvier 2021)
  15. (en) « Iran's Zarif 'Has No Goals For Next Presidential Election' - Spokesman », sur RFE/RL (consulté le 28 décembre 2020)
  16. (en) 10, « Zarif says he will not run for president in 2021 elections », sur IRNA English, (consulté le 28 décembre 2020)