Élections générales albertaines de 2004

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections générales albertaines de 2004
83 sièges de l'Assemblée législative
Type d’élection Élections législatives provinciales
Ralph-Klein-Szmurlo.jpg Progressiste-conservateur – Ralph Klein
Voix 417 092
46,8 %
 −15,1
Sièges obtenus 62  −12
Kevintaft.jpg Parti libéral – Kevin Taft
Voix 261 471
29,4 %
 +2,1
Sièges obtenus 16  +9
Brian-Mason-May-24-2015.jpg NPD – Brian Mason
Voix 90 897
10,2 %
 +2,2
Sièges obtenus 4  +2
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Alberta Alliance – Randy Thorsteinson
Voix 77 506
8,7 %
Sièges obtenus 1
Premier ministre de l'Alberta
Sortant Élu
Ralph Klein
Progressiste-conservateur
Ralph Klein
Progressiste-conservateur

L'élection générale albertaine de 2004, soit la 26e élection générale dans la province canadienne de l'Alberta depuis sa création en 1905, se déroule le 22 novembre 2004 afin d'élire les députés de la 26e législature à l'Assemblée législative de l'Alberta.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'élection est déclenchée par le premier ministre Ralph Klein le 25 octobre 2004, en avance de la date limite en mars 2006. L'élection se déroule conjointement avec l'élection de mise en nomination sénatoriale.

Il n'y a pas grand suspense ; tous s'attendènt à un quatrième victoire majoritaire consécutive pour Klein, la dixième pour le Parti progressiste-conservateur.

Peu après l'émission des brefs, la mère de Klein meurt et tous les partis cessent leur campagne électorale pendant plusieurs jours. Après le redémarrage de la campagne électorale, Klein évite de faire des annonces politiques et ne se présente que rarement aux évènements de campagne. Un commentateur surnomme la campagne « Kleinfeld : la campagne à propos de rien du tout[1] » en référence à la comédie télévisée Seinfeld. Le Parti libéral, qui espère conserver les cinq sièges qu'il possède et regagner les deux sièges perdus à cause de démissions, commence à avoir du momentum et devient plus optimiste.

À la fin, les conservateurs sont réélus, malgré avoir perdu 11 sièges et 15 % des voix. Le Parti libéral réussit à plus que doubler sa représentation en faisant élire 17 députés ; il domine à Edmonton et fait des gains importants à Calgary. Le Nouveau Parti démocratique de l'Alberta (NPD) conserve ses deux sièges et en remporte deux de plus, tous à Edmonton. Le Parti vert fait des gains importants au niveau du vote populaire, passant de 0,3 % lors de l'élection de 2001 à 2,8 %, terminant troisième dans certaines circonscription. Il ne réussit pas à remporter de sièges, toutefois. Le Parti Crédit social termine troisième dans quelques circonscriptions, et son chef se place à égalité pour la deuxième position dans Rocky Mountain House. Les chefs conservateur, libéral, et néo-démocrate sont tous facilement réélus.

Résultats[modifier | modifier le code]

Parti Chef # de
candidats
Sièges Voix
2001 Dissolution Élus % Diff. # % % Diff.
     Progressiste-conservateur Ralph Klein 83 74 73 61/621 -15,1 % 417 092 46,8 % -15,1 %
     Libéral Kevin Taft 82 7 5 17/161 +220 % 261 471 29,4 % +2,1 %
     NPD Brian Mason 83 2 2 4 +100 % 90 897 10,2 % +2,1 %
     Alberta Alliance Randy Thorsteinson 83 * 1 1 - 77 506 8,7 % *
     Vert George Read 49 - - - - 24 588 2,8 % +2,5 %
     Crédit social Lavern Ahlstrom 42 - - - - 10,874 1,2 % +0,7 %
     Separation Bruce Hutton 12 * - - - 4 680 0,5 % -0,37 %²
     Alberta Party Bruce Stubbs 4 * - - - 2 485 0,3 % *
     Indépendant 10 - - - - 1 009 0,1 % -0,9 %
     Communiste Naomi Rankin 2 - - - - 98 < 0,1 % ~ 0 %
Vacant * 2
Total 450 83 83 83 - 890 700 100 %

Notes :

* Le Alberta Alliance et le Alberta Party n'ont pas participé à l'élection de 2001.
1 Un dépouillement judiciaire modifie le résultat dans Edmonton Castle Downs. Le libéral Chris Kibermanis est défait par le progressiste-conservateur Thomas Lukaszuk.
2 Les résultats du Separation Party sont comparés aux résultats du Alberta First Party.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Kleinfeld: the campaign about nothing

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]