Élections législatives libyennes de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections législatives libyennes de 2012
200 députés du Congrès général national
Mahmoud Jibril - World Economic Forum Special Meeting on Economic Growth and Job Creation in the Arab World cropped GNC.png Alliance des forces nationales – Mahmoud Jibril
Voix 714 769
48,1 %
Sièges obtenus 39
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Parti de la justice et de la construction – Mohamed Sowan
Voix 152 521
10,3 %
Sièges obtenus 17
Megariaf cropped GNC.jpg Parti du front national – Mohamed Youssef el-Megaryef
Voix 60 592
4,1 %
Sièges obtenus 3
Carte
Premier ministre
Sortant Élu
Abdel Rahim al-Kib
Indépendant
Ali Zeidan
Parti national pour le développement et le bien-être

Les élections législatives libyennes de 2012, connues pour être la première élection démocratique en Libye, permet de désigner 200 membres du Congrès général national chargés de remplacer le Conseil national de transition.

C'est le quatrième scrutin de ce genre organisé depuis le début du printemps arabe, après l'élection de la Assemblée constituante en Tunisie de 2011, les législatives et la présidentielle de 2012 en Égypte. Sur le plan national, l'élection se déroule neuf mois après la fin de la révolution qui a chassé Mouammar Kadhafi du pouvoir, et dans le cadre de tensions régionales fortes dans le pays, principalement à cause d'un conflit armé dans le sud du pays entre tribus arabes et toubous, de même que les pressions des partisans du fédéralisme, notamment en Cyrénaïque.

Après avoir été annoncées en , les élections sont reportées au , pour des raisons logistiques selon la Commission électorale[1],[2],[3],[4].

Contexte[modifier | modifier le code]

Révolution[modifier | modifier le code]

Manifestation à El Beïda le 22 juillet 2011.
Article détaillé : Première guerre civile libyenne.

La révolution libyenne, qui s'est rapidement transformée en conflit armé, s'est déroulée entre le 15 février et le et a fait près de 50 000 morts.

Lors de la guerre civile qui s'est déroulée en Libye et avant la chute de Mouammar Kadhafi, des membres du Conseil national de transition annoncent que des élections libres se tiendront dans le pays[5],[6]. Après le décès de Kadhafi, le président du CNT Moustapha Abdel Jalil annonce que le pays sera régi selon les principes de l'islam[7], instaurant de fait la charia[8] ; et dans la foulée, un nouveau cabinet gouvernemental est mis en place pour diriger la Libye en attendant de futures élections[9].

Tensions et conflits internes[modifier | modifier le code]

Sur le plan national, l'élection se déroule dans le cadre de tensions régionales fortes dans le pays, principalement à cause d'un conflit armé dans le sud du pays entre tribus arabes et toubous qui a fait des centaines de morts, de même que les pressions des partisans du fédéralisme, notamment en Cyrénaïque qui a proclamé son autonomie.

La révolution a entrainé la création de nombreuses milices lourdement armées et le Conseil national de transition (CNT), qui dirige théoriquement le pays, négocie pour obtenir leur adhésion à l'Armée de libération nationale ou alors l'abandon de leurs armes.

Loi électorale[modifier | modifier le code]

Un projet de loi électorale indique que la représentation des femmes au sein de la future assemblée sera limitée avec 10 % des sièges qui leur sont réservés[10]. La loi devait être adoptée le 22 janvier, mais certains articles sont réexaminés comme le quota de femmes élues qui serait abandonné[11]. Le , le CNT adopte la loi électorale mais abandonne le projet de quota[12].

Le , le Conseil national de transition adopte une loi sur les partis qui interdit les formations politiques fondées sur des considérations religieuses ou tribales[13]. Finalement, le CNT abroge un article de la loi le , car étant dénoncée comme une stratégie d'exclusion par les représentants des islamistes radicaux et des fédéralistes pour s'organiser politiquement[14].

Finalement, 80 sièges seront réservés aux partis politiques et 120 aux candidats « indépendants ». L'âge minimal pour se présenter est de 21 ans. Ni les membres de l'ancien régime de Kaddhafi, ni les membres du Conseil national de transition ne sont autorisés à se présenter. Pour assurer la parité hommes-femmes, chaque parti doit alterner les hommes et les femmes sur sa liste, et si un homme est tête de liste à Tripoli, une femme doit l'être ailleurs[15].

Partis et candidats en lice[modifier | modifier le code]

Pour les 120 sièges réservés aux candidats individuels, il y a exactement 2500 candidats, parmi lesquels seulement 85 femmes. Les 80 sièges restants réservés aux partis politiques sont brigués par 1202 candidats, parmi lesquels 540 femmes et 662 hommes[15].

Principales formations en lice pour le scrutin
Parti Chef de file Idéologie
Alliance des forces nationales Mahmoud Jibril.jpg Mahmoud Jibril Libéralisme
Parti de la justice et de la construction Mohamed Sowan Islam politique, conservatisme
Parti de la patrie Ali al-Sallabi Islam politique, conservatisme
Parti du front national Megariaf cropped GNC.jpg Mohamed Youssef el-Megaryef Libéralisme, progressisme, sécularisme
Parti centriste national Ali Tarhouni cropped GNC.jpg Ali Tarhouni Centrisme, démocratie, modération religieuse

Campagne[modifier | modifier le code]

Un peu moins de 2,9 millions de Libyens, soit environ 80 % des citoyens habilités à voter, se sont enregistrés sur les listes électorales[15].

Pour cette première élection[16], les islamistes sont donnés comme les favoris du scrutin[17],[18],[19]. Néanmoins, en l'absence de sondages, et sans la moindre expérience électorale après quarante-deux ans de dictature, il est difficile d'assurer ce qui peut sortir des urnes[20].

Déroulement du scrutin[modifier | modifier le code]

Le , un hélicoptère transportant du matériel électoral dans l'est de la Libye est attaqué et fait un mort parmi les personnes siégeant dans l'appareil[21],[22],[23].

Le jour du scrutin, un manifestant hostile à la tenue d'élections est abattu lors d'un échange de tirs à Ajdabiya, alors qu'il tentait de dérober une urne dans un bureau de vote[24]. Plusieurs bureaux de votes n'ont pas ouvert dans l'est de la Libye à cause de perturbations provoquées par des militants autonomistes réclamant une meilleure répartition des sièges de l'assemblée entre les régions[25]. Des incidents ont lieu autour de plusieurs bureaux de vote[26].

Selon les résultats préliminaires annoncés par la Commission électorale dans la soirée, le taux de participation au scrutin a atteint 60 %[27],[28].

Résultats[modifier | modifier le code]

Les résultats préliminaires donnent les libéraux en tête[29],[30],[31]. Les islamistes sont les grands perdants du scrutin[32].

Le 17 juillet, la commission électorale annonce les résultats. L'Alliance des forces nationales de Mahmoud Jibril emporte 39 des 80 sièges réservés aux partis, suivie par le Parti de la justice et de la construction, avec 17 sièges, puis par le Parti du front national avec 3 sièges. Le Parti de la patrie, le Parti centriste national et le Parti Wadi Al-Hayah pour la démocratie et le développement obtiennent 2 sièges chacun. Quinze autres partis obtiennent un siège chacun[33],[34].

Résultats des élections de 2012 au Congrès général national
Parties Votes % Sièges
Alliance des forces nationales (AFN) 48,8 39
Parti de la justice et de la construction (PJC) 21,3 17
Parti du front national (PFN) 3,8 3
Parti Wadi Al-Hayah pour la démocratie et le développement (PWA) 2,5 2
Parti de la patrie (PP) 2,5 2
Parti centriste national (PCN) 2,5 2
Parti National Libyen (PNL) 1
Ar-Resalah 1
Arrakeeza 1
Al-Watan pour le développement 1
Al-Watan et le développement 1
Al-Asala et la rénovation 1
Al-Asala et le développement 1
Parti Al-Ummah Al-Wasat 1
Parti National Labaika (PNL) 1
Parti National de Wadi ash-Shati (PN-WS) 1
Parti de la jeunesse central 1
Parti libyen pour la liberté et le développement (PLD) 1
Alliance de partis nationaux (APN) 1
Libye Al-Amal' (LILP) 1
Parti Al-Hekma 1
Indépendants 120
Votes exprimés 1 484 723 84,13 %
Votes blancs et nuls 280 117 15,87 %
Votants (participation : 61,58 %) 1 764 840 100 % 200
Inscrits 2 865 937
Électeurs potentiels (estimation) 3 400 000
Source: Libya Herald

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les élections en Libye reportées, Le Figaro, 9 juin 2012.
  2. La Libye reporte ses élections, L'Express, 9 juin 2012.
  3. La Libye votera le 7 juillet, L'Express, 10 juin 2012.
  4. Benghazi, défi des élections libyennes, Le Point, 28 juin 2012.
  5. Libye : le CNT promet des élections libres sur Europe 1, le 29 mars 2011.
  6. La France prête à débattre d'une aide militaire aux insurgés libyens sur Libération, le 29 mars 2011.
  7. Libye : « l'islam, principale source de législation", dit le président du CNT, Le Point, 12 septembre 2011.
  8. La Libye, un pays « fondamentalement conservateur et tribal » sur Libération, le 24 octobre 2011.
  9. Libye : le CNT annonce un nouveau gouvernement sur L'Express, le 22 novembre 2011.
  10. En Libye, une place limitée aux femmes au sein de la future Assemblée, Le Monde, 4 janvier 2012.
  11. L'adoption de la loi électorale reportée en Libye, Le Point, 22 janvier 2012.
  12. Libye : loi électorale adoptée, quota pour les femmes abandonné, Le Point, 28 janvier 2012.
  13. Les partis religieux interdits en Libye, Le Figaro, 25 avril 2012.
  14. La Libye autorisera les partis religieux, Le Figaro, 2 mai 2012.
  15. a, b et c (en) Explainer: How the Libyan election works, Al Jazeera English, 3 juillet 2012.
  16. Les Libyens aux urnes pour un scrutin historique, Le Point, 7 juillet 2012.
  17. Législatives en Libye : les islamistes favoris, Le Point, 6 juillet 2012.
  18. Les islamistes libyens croient aux élections, Le Figaro, 6 juillet 2012.
  19. Bachir Al-Kupti, le très prudent chef des Frères libyens, Le Monde, 7 juillet 2012.
  20. La Libye à l'heure de la démocratie, Le Figaro, 5 juillet 2012.
  21. Libye/tir sur un hélicoptère : un mort, Le Figaro, 6 juillet 2012.
  22. Législatives en Libye : tirs contre un hélicoptère transportant des urnes, Le Point, 6 juillet 2012.
  23. Tir sur un hélicoptère transportant du matériel électoral en Libye : un mort, Le Monde, 6 juillet 2012.
  24. Un homme abattu devant un bureau de vote en Libye, Le Monde, 7 juillet 2012.
  25. Libye : le vote perturbé dans l'est, Le Figaro, 7 juillet 2012.
  26. Vote : une personne tuée en Libye, Le Figaro, 7 juillet 2012.
  27. Élection en Libye : 60 % de participation, Le Figaro, 8 juillet 2012.
  28. Libye : les Libéraux se disent en tête dans "la plupart des circonscriptions", Libération, 8 juillet 2012.
  29. Libye : les libéraux se disent en tête, Le Figaro, 8 juillet 2012.
  30. Libye : les libéraux annoncent être en tête dans la plupart des régions, Libération, 8 juillet 2012.
  31. La Libye appliquera la charia, Le Figaro, 9 juillet 2012.
  32. Libye : comment les islamistes ont perdu les législatives, Le Figaro, 18 juillet 2012.
  33. (en) National Forces Alliance sweeps party lists as election results finally announced, Libya Herald, 17 July 2012.
  34. (en) Libya election – Party Results, Libya Herald, 18 July 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]