Éhuns

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éhuns
Éhuns
Le centre du village et la salle du clocher.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Saint-Loup-sur-Semouse
Intercommunalité Communauté de communes du Triangle Vert
Maire
Mandat
Jean-Louis Courtoy
2014-2020
Code postal 70300
Code commune 70213
Démographie
Population
municipale
240 hab. (2016 en diminution de 6,98 % par rapport à 2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 25″ nord, 6° 18′ 47″ est
Altitude Min. 254 m
Max. 407 m
Superficie 5,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Éhuns

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Éhuns

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Éhuns

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Éhuns

Éhuns est une commune française située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière Lanterne, un affluent de la Saône.

Communes limitrophes d’Éhuns
Breuches
Villers-lès-Luxeuil Éhuns Baudoncourt
Visoncourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune appartenait à la terre de Luxeuil-les-Bains (mentionné en 1299).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1973 du canton de Saint-Sauveur[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée au canton de Saint-Loup-sur-Semouse.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Pays de Saulx, créée le et qui regroupait 17 communes et environ 3 700 habitants.

Dans le cadre des dispositions de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales[2], qui prévoit toutefois d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale de 2011 a prévu la fusion des communautés de communes :
- du Pays de Saulx,
- des grands bois
- des Franches Communes (sauf Amblans et Genevreuille),
et en y rajoutant la commune isolée de Velorcey, afin de former une nouvelle structure regroupant 42 communes et environ 11 200 habitants[3].

Cette fusion est effective depuis le et a permis la création, à la place des intercommunalités supprimées, de la Communauté de communes du Triangle Vert, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
18XX 18XX Jeanparis[5]    
1878 1884 Charles Edmond Mathis   Agriculteur
1884 1886 Joseph Jeanparis    
1886 1888 Aristide Renaudin    
1888 1953 Charles Edmond Mathis[6] radical-socialiste Agriculteur
Député de la Haute-Saône (1910 → 1919)
Conseiller général de Luxeuil-les-Bains (1901 → 1910)
Mort en fonctions à 101 ans après 71 ans de mandat municipal
1953 1957 Jean Mathis   Fils de Ch.-E. Mathis
1957 1983 Louis Mathis   Petit-fils de Ch.-E. Mathis
1983 En cours
(au 10 juin 2016)
Jean-Louis Courtoy SE Réélu pour le mandat 2014-2020[7],[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune d’Éhuns comptait 240 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
208216261263293303296304287
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
272254259262236223227215189
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
180190181150156137145117127
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
132120124147185232254257260
2013 2016 - - - - - - -
252240-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[10].

  • Nombreux vestiges gallo-romains, dit « Camp de César », ruines de villas, sépultures ;
  • Retranchements et armes brisées du XVe ou XVIe siècle ;
  • Curieuse fontaine du XIXe ;

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Edmond Mathis (21 février 1852 - 30 octobre 1953)[11],[12], surnommé « le roi d'Éhuns », maire de la commune pendant 72 ans (de 1878 à 1884 et de 1888 à 1953), député de 1910 à 1919, décédé en fonction à 101 ans, inscrit au Livre des records. Son petit-fils Jean Mathis fut maire à son tour de 1953 à 1957, puis un autre petit-fils, Louis, de 1957 à 1983.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  3. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 22 août 2016), p. 5.
  4. « Histoire : Les maires d'Éhuns », Le blog d'EHUNS (consulté le 24 août 2016).
  5. Inscription dans la salle du clocher.
  6. « Edmond, Charles Mathis (1852 - 1953) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale
  7. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  8. « Éhuns : Jean-Louis Courtoy par la grande porte », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « la liste de celui qui entame son 6e mandat de premier magistrat a fait un carton, malgré une liste d’opposition avec quelque 70 % des suffrages ».
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Recherches sur critères », Clochers de France.
  11. Liste des anciens députés titulaires d’un ou plusieurs mandats au cours des IIIe et IVe Républiques
  12. Dictionnaire des Parlementaires français 1889-1940