Église wallonno-néerlandaise de Hanau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église wallonno-néerlandaise
Image illustrative de l’article Église wallonno-néerlandaise de Hanau
Église wallonne
Présentation
Nom local Wallonisch-Niederländische Kirche
Culte réformé
Type Église
Rattachement Paroisse wallonno-néerlandaise, l'Église évangélique réformée indépendante à Hanau
Début de la construction 1600
Fin des travaux 1608
Site web http://www.wng-hanau.de/
Géographie
Pays Allemagne
Land Hesse
Ville Hanau
Coordonnées 50° 07′ 53″ nord, 8° 55′ 01″ est

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Église wallonno-néerlandaise

L'église wallonno-néerlandaise de Hanau était une église double affectée à la confession réformée. Elle a été construite entre 1600 et 1608 à la suite de la décision du comte Philippe-Louis II de Hanau-Münzenberg en 1597 de fonder à Hanau un nouveau quartier, Hanauer Neustadt ou Neustadt Hanau, pour des réfugiés de France et des Pays-Bas espagnols.

Le bâtiment[modifier | modifier le code]

Plan de l'église.
Ruines de l'ancienne église wallonne, détruite au cours de la Seconde Guerre mondiale.
Monument érigé en 1897 à la mémoire de Philippe-Louis II de Hanau-Münzenberg par l'Église wallonno-néerlandaise de Hanau.

L'église a été probablement construite sur le modèle de la Koepelkerk de Willemstad aux Pays-Bas, ville qui, comme Neustadt Hanau, avait été fondée à cette époque comme une ville nouvelle planifiée. L'église wallonno-néerlandaise de Hanau était dominée par des toits en forte pente au-dessus des deux moitiés d'églises. L'église wallonne plus grande avait douze côtés, l'église néerlandaise, plus petite, avait la forme d'un octogone. Les deux bâtiments communiquaient l'un avec l'autre. La forme architecturale de cette église double était le résultat du bilinguisme dans la communauté des réfugiés (néerlandophones et francophones) qui tenaient cependant à exprimer leur liaison confessionnelle par la connexion étroite des deux églises. Au centre du mur mitoyen entre les deux églises se trouvait une tour octogonale. À l'intérieur, elles étaient aménagés de la façon simple propre aux églises réformés.

Communauté[modifier | modifier le code]

La communauté est restée indépendante jusqu'à aujourd'hui et ne fait pas partie de l'Église du pays de Hanau. Initialement cette séparation d'avec l'Église locale du comté de Hanau-Münzenberg, pourtant réformée elle aussi, était due à la différence linguistique. La communauté wallonno-néerlandaise ne participa pas non plus par la suite à l'union de Hanau, d'où il résulta une différence confessionnelle : elle resta réformée tandis que l'église locale devenait réformée-luthérienne. Au cours du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, l'allemand s'imposa de plus en plus comme la langue de culte. Après la Seconde Guerre mondiale, les services religieux ne furent plus célébrés qu'en allemand.

Destruction et reconstruction[modifier | modifier le code]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'église double fut détruite jusqu'aux murs extérieurs par des attaques aériennes, comme tout le centre de la ville de Hanau. Seule la demi-église la plus petite, l'ancienne église néerlandaise fut reconstruite après la guerre. La plus grande, l'église wallonne resta en ruines en tant que mémorial. Dans les années 1980 on y incorpora, à la hauteur du rez-de-chaussée et à peine visible de l'extérieur, un centre communautaire et une diaconie, solution élégante qui reçut le prix pour la protection des monuments de la Hesse.

Pasteurs de l'église[modifier | modifier le code]

Onze pasteurs remplirent le cadre de l'église entre 1594 et 1700. Ils y exerçaient parfois leur fonction à deux, voire à trois.

  • Théophile Blévet (1594-1595) ;
  • Frédéric Billet (1595-1621) ;
  • Charles de Nielles (1599-1604) ;
  • Jacques Caron (1599-1606) ;
  • Clément Dubois (1609-1640) ;
  • Mathieu Royer (1624-1662) ;
  • Clément Royer (1653-1670), fils du précédent ;
  • Pierre Philippe (1663- ?) ;
  • Jacques Crégut (1668-1723) ;
  • David Ancillon (1685-1686) ;
  • Charles Légier (1690- ?).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Magnus Backes: Hessen = Georg Dehio, Handbuch der Deutschen Kunstdenkmäler - Hessen. Munich 1982, p. 388.
  • Werner Kurz : « Mutter » der Wallonisch-Niederländischen Kirche. In: Hanauer Anzeiger 8. septembre 2007, p. 33.
  • Une église réformée au 17 siècle ou Histoire de l'Église wallonne de Hanau depuis sa fondation jusqu'à l'arrivée dans son sein des Réfugiés Français, d'après des documents inédits et impartiaux par J.B.Leclercq, docteur en Théologie et pasteur de l'église wallonne, Hanau, imprimerie des orphelins, 1868 ; Fac-similé et traduction allemande par le Consistoire de la communauté Wallo-néerlandaise de Hanau - auf Deutsch übersetzt durch das Consistorium der Wallonisch-Niederländischen Gemeinde - Hanau 1996 Die Geschichte der Wallonischen Kirche von Hanau von ihrer Gründung an bis zum Eintreffen der Französischen Réfugiés.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :