Église réformée de Roumanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église réformée de Roumanie
image illustrative de l’article Église réformée de Roumanie
Église réformée de la paroisse de Turda-Poiana
Généralités
Courant Calvinisme
Territoire Roumanie
Affiliation Église réformée hongroise
Fondation
Origine et évolution
Chiffres
Divers
Statut fiscal Drapeau de la Roumanie Roumanie : église officielle

L'Église réformée de Roumanie (en hongrois : Romániai Református Egyház ; en roumain : Biserica Reformată din România) est la représentation de l'Église calviniste en Roumanie. La majorité de ses fidèles sont issus de la communauté magyare de Roumanie (94 %[1]) et le hongrois en est ainsi de facto la langue liturgique. La majorité des paroisses de cette église est située en Transylvanie où un édit de tolérance a été mis en place en 1565[2]. Selon le recensement de la population de 2011, 600 932 personnes soit 3,0 % de la population appartiennent à l'Église réformée[3].

Le culte est organisé autour de deux évêchés : l'Évêché réformé de Piatra Craiului et l'Évêché réformé de Transylvanie, siégeant respectivement à Oradea et Cluj-Napoca.

Les réformés de Roumanie (2002)

La communauté calviniste de Roumanie dirige, avec l'Église unitarienne hongroise et les deux églises luthériennes du pays (l'Église luthérienne évangélique de Roumanie et l'Église évangélique de la Confession d'Augsbourg), l'Institut de théologie protestante de Cluj.

Évêché de Transylvanie[modifier | modifier le code]

Évêché de Piatra Craiului[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ro) « Tab14. Populaţia stabilă după etnie şi religie – categorii de localităţi », sur Institutul Național de Statistică din România (consulté le 2 septembre 2015)
  2. Andrei Oțetea (dir.) Istoria lumii în date, Editura Enciclopedică Română, Bucharest 1992, 616 p.
  3. (ro) « Tab13. Populaţia stabilă după religie – judeţe, municipii, oraşe, comune », sur Institutul Național de Statistică din România (consulté le 2 septembre 2015)