Église orthodoxe russe hors frontières - Autorité suprême provisoire de l'Église

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église orthodoxe russe hors frontières
synode du métropolite Agathange
Fondateur(s) Agathange (Pachkovski)
Primat actuel Agathange (Pachkovski)
Siège New York (de jure),
Odessa (de facto)
Territoire primaire Ukraine, Russie, Europe orientale, États-Unis, Amérique du Sud, Australie, France
Extension territoriale diaspora russe
Rite byzantin
Langue(s) liturgique(s) slavon, langues locales (de la diaspora)
Calendrier julien

L'Église orthodoxe russe hors frontières - Synode du métropolite Agathange (le nom d'origine: Église orthodoxe russe hors frontières - Autorité suprême provisoire de l'Église, russe : Временное Высшее Церковное Управление Русской Православной Церкви Заграницей) est une Église orthodoxe non canonique née d'un schisme de l'Église orthodoxe russe hors frontières en 2007 avec le refus de la communion eucharistique et de l'unité canonique avec le Patriarcat de Moscou.

Histoire[modifier | modifier le code]

Or Moscou, après la dislocation de l'URSS, encouragea, dans l'Église orthodoxe russe hors frontières, un mouvement d'union avec le Patriarcat de Moscou, mouvement initialement mené par Mgr Lavr (Skurla) qui en 2001 succéda au Primat de l'époque, après des intrigues qui mettent à la retraite son prédécesseur, le Métropolite Vitaly (Oustinov), opposé à l'union. Après six années de controverses et de luttes d'influence, le 17 mai 2007, sur proposition de Vladimir Poutine, la hiérarchie de l'Église hors-frontières décida de signer dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, en présence effective du président russe, un Acte d'union canonique et eucharistique avec le patriarche de Moscou Alexis II (Ridigher).

Arguant que l'actuel pouvoir en place en Russie n'est que nominalement différent de celui de l'URSS et reste « sergianiste », c'est-à-dire inféodé au pouvoir du Kremlin, le synode réuni par le métropolite Agathange Pachkovski refusa cet acte et se sépara de l'EORHF, formant sa propre juridiction : l'Autorité provisoire suprême de l'Église orthodoxe russe hors frontières (russe : Временное Высшее Церковное Управление Русской Православной Церкви Заграницей), mais perdant ainsi la canonicité.

Le primat actuel de l'Église est Agathange (Mikhail Ivanovich Pashkovskiy), Métropolite de New-York et d'Amérique orientale, Archevêque d'Odessa et de Tauride, avec le titre de Premier Hiérarque (depuis 2007).

Biographie du Métropolite Agathange[modifier | modifier le code]

Agathange (né Mikhail Ivanovitch Paсhkovski) est né le 22 novembre 1956 à Odessa et est ukrainien. Il est devenu moine le 31 août 1991 avec le nom d'Agathange (Agafangel) en l'honneur de saint Agathange (Preobrajenski) le Confesseur, Métropolite de Iaroslavl. Il a été ordonné diacre le 1er septembre 1991, et prêtre le 8 septembre de la même année à Moscou par Lazare (Jurbenko), archevêque de Tambov de l'Église orthodoxe russe hors frontières. En 1992, il est à la tête d'une paroisse à Odessa. Le 27 mars 1994, il est ordonné évêque à Souzdal et devient évêque de Simferopol et le reste jusqu'en 1996. En 2003, il devient évêque d'Odessa et de Tauride. En mai 2007 il refuse de signer l'union avec le Patriarcat de Moscou, maintient l'indépendance de l'Église russe hors-frontières et perpétue l'Église des Métropolites Antoine, Anastase, Philarète et Vitaly.

En décembre 2007 avec l'aide de l'Église orthodoxe de Grèce - Saint-Synode en résistance, il procède à l'ordination de deux nouveaux évêques. Il est élevé à la dignité de Métropolite en novembre 2008.

Organisation[modifier | modifier le code]

Synode[modifier | modifier le code]

  • Métropolite Agathange (Pachkovski), de New York et de l'Amérique orientale, Archevêque d'Odessa et de Tauride (président du synode)
  • Archevêque Jean (Zaitsev) de Buinsk et de la Volga.
  • Archevêque George (Kravtchenko) de Bolhrad et d'Odessa (Secrétaire du Synode des Évêques)
    • Évêque Anthime (Tudos)
  • Évêque Athanase (Savitski), de Vologda et Veliki Oustioug.
  • Évêque Grégoire (Petrenko), de São Paulo et l'Amérique du Sud. (Vice-président du synode)
  • Évêque Cyrille (Kravetz), de Voronège et du sud de la Russie.
  • Évêque Nikon (Iost), de Ichime et de Sibérie
  • Évêque Nicolas (Modebadze), de Poti, responsable des paroisses géorgiennes.
  • Évêque Anastase (Sourjik), l'évêque de Vladivostok et de l'Extrême (depuis octobre 2016[1] en provenance de l'Église orthodoxe russe en exil)
  • Évêque Jean (Smelic) de Melbourne et d'Australie[2]

A la retraite[modifier | modifier le code]

  • Évêque Joseph (Grebinko), de Washington (Président Vicaire du Synode des Évêques)

Les anciens évêques[modifier | modifier le code]

  • Évêque Denis (Alfiorov), de Novgorod et de Tver.
  • Évêque Irénée (Klippenstein), de Lyon et d'Europe occidentale.

Mouvements centrifuges et schismes[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, Église orthodoxe russe hors frontières - District de la diaspora de l'Église orthodoxe russe[3]

  • Archevêque Andronik (Kotliaroff), d'Ottawa et du Canada, Archevêque de Syracuse et de Saint-Nicolas[4]
  • Archevêque Sophrony (Musienko), de Saint-Pétersbourg et de Russie du Nord[5]
    • Évêque Andrei (Erastov) depuis juin 2017[6], de Melbourne et d'Australie[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]