Église gallicane, tradition apostolique de Gazinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le christianisme image illustrant la France
Cet article est une ébauche concernant le christianisme et la France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (novembre 2016).
Motif : l'utilisateur qui a apposé ce bandeau n'a pas précisé le motif de la pose.
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau

LÉglise gallicane, tradition apostolique de Gazinet[1] est une Église chrétienne fondée en 1916 et issue d'une dissidence de l'Église vieille-catholique[2].

Historique[modifier | modifier le code]

L’Église gallicane dite de Gazinet naît le par la déclaration de constitution de l'Association cultuelle Saint-Louis[3]. Son siège initial est à Gazinet en Gironde, où une guérisseuse Maman Mathieu avait fait construire une église que le clergé local refusait de desservir. Louis-Marie François Giraud, qui avait été ordonné prêtre le par Joseph-René Vilatte et qui fréquentait Maman Mathieu, après avoir fréquenté Ernest Houssay dit l’Abbé Julio qui l'avait consacré évêque le , accepte de servir comme évêque de la communauté[4].

En 1921, Mgr Giraud consacre Mgr Pierre Gaston Vigué comme coadjuteur pour l'Union des Églises catholiques et orthodoxes d'Occident. Dès 1922, la communauté publie Le Gallican[5] et développe d'autres lieux de cultes comme à Tours en 1922, Bordeaux en 1936 ou Paris en 1943[3].

La mort de Maman Mathieu en 1923 blesse profondément Mgr Giraud et tous les fidèles, mais la vie de la communauté continue à prospérer. En 1928, Louis-Marie François Giraud est fait Archevêque d'Almyre par le primat de l'Église orthodoxe chaldéenne. En 1929, Mgr Giraud consacre Mgr Bernard Isidore Jalbert-Ville comme coadjuteur pour l'Église gallicane. En 1941, Mgr Giraud consacre un second coadjuteur Mgr Lescouzères, en raison des problèmes de santé de Mgr Jalbert-Ville[6].

En 1944, le Régime de Vichy interdit l'Église gallicane du Gazinet et ses archives sont dispersées[7]. L'Église renaît cependant après-guerre et en novembre 1945, Mgr Giraud publie une Profession de foi dite de Gazinet (rééditée en 1985 et 1994) qui reste encore une norme pour cette Église[8].

À la mort de Mgr Giraud en 1950, un temps de division a lieu au sein de l'Église, la publication du Gallican est stoppée. La majorité élit alors Mgr Jalbert-Ville comme patriarche. Mgr Lescouzères dont le fort tempérament n'avait pas fait l'unanimité dans le clergé et les fidèles, continua à s'occuper de sa paroisse de Pessac-Le Monteil[2].

Après la mort de Mgr Jalbert-Ville, c'est Mgr Irénée Poncelain d'Eschevannes qui préside aux destinées de cette Église[9]. Il fait reparaître le journal Le Gallican jusqu'à sa mort en 1970[10].

Cette Église a changé plusieurs fois de dénomination au cours de son histoire. Elle s'est parfois appelée : Église gallicane[11] ; Église catholique apostolique et gallicane, Église catholique apostolique française[12] ; Église catholique française[13] ; Église catholique traditionnelle, Église catholique gallicane autocéphale, Église catholique gallicane[14].

C'est avec l'élection de Mgr Patrick Truchemotte, que l'Église connaît un vrai renouveau jusqu'en 1986, année de sa mort[15].

Anciens évêques[modifier | modifier le code]

En 1928, Louis-Marie-François Giraud, évêque gallican et archevêque d'Almyre est proclamé patriarche de l’Église gallicane. Ses successeurs :

  • Mgr Bernard-Isidore Jalbert-Ville (1950-1957)
  • Mgr Irénée Poncelain d'Eschevannes (évêque en 1955 - primat en 1957 et patriarche en 1966)
  • Mgr Patrick Truchemotte (évêque-primat en 1970 et patriarche en 1975)

Évêque actuel[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Luz, Le soufre & l'encens : enquête sur les Eglises parallèles et les évêques dissidents, C. Vigne, (ISBN 2841930211, OCLC 681486089, lire en ligne)
  2. a et b Émile Appolis, « Le vieux-catholicisme en France », Paris Imprimerie nationale - Extrait des Actes du 81° Congrès des Sociétés Savantes Rouen-Caen 1956, vol. 1,‎ , p. 773-787[1]
  3. a et b Christian Mériot, « L'église catholique, apostolique et gallicane ou l'Essor d'un courant catholique non-romain dans le Bordelais », Bordeaux : Centre d'études et de recherches ethnographiques,‎ , p. 29[2]
  4. Émile Appolis, « En marge de la Séparation : les associations cultuelles schismatiques », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 49, no 146,‎ , p. 47-88[3]
  5. Journal Le Gallican (1922-1950) - (ISSN 1143-6883) - Notice BnF n° : FRBNF34421931 [4]
  6. a et b Émile Poulat, « Teyssot (Thierry) Eglise gallicane. Histoire et actualité [compte rendu] », Archives de sciences sociales des religions,‎ 1994 volume 88 numéro 1 p. 130[5]
  7. Christian Mériot, « L'église catholique, apostolique et gallicane ou l'Essor d'un courant catholique non-romain dans le Bordelais », Bordeaux : Centre d'études et de recherches ethnographiques,‎ , p. 30[6]
  8. BnF Gallica - Notices établies par la Bibliothèque Nationale Française
  9. Christian Mériot, « L'église catholique, apostolique et gallicane ou l'Essor d'un courant catholique non-romain dans le Bordelais », Bordeaux : Centre d'études et de recherches ethnographiques,‎ , p. 32[7]
  10. Le Gallican autocéphale - (ISSN 1143-6875) - Notice BnF n° : FRBNF34421928 [8]
  11. Journal Le Gallican de juin 1937
  12. Émile Appolis, « Une petite secte d'aujourd'hui : l'Église catholique, apostolique et gallicane », Paris Imprimerie nationale - Extrait des Actes du 77e Congrès des Sociétés Savantes Grenoble,‎ , p. 573-589[9]
  13. Émile Appolis, « Le vieux-catholicisme en France », Paris Imprimerie nationale - Extrait des Actes du 81e Congrès des Sociétés Savantes Rouen-Caen 1956, vol. 1,‎ , p. 782-784[10]
  14. Christian Mériot, « L'église catholique, apostolique et gallicane ou l'Essor d'un courant catholique non-romain dans le Bordelais », Bordeaux : Centre d'études et de recherches ethnographiques,‎ , p. 33[11]
  15. a et b L'Église catholique gallicane : du 1er au 20e siècle, Thierry Teyssot, préface de Mgr Patrick Truchemotte, GOPAV, Viels-Maisons, Faire savoir, 1985 (ISBN 2-87618-030-8) - Notice BnF n° : FRBNF34837464 [12]
  16. Notice de personne BnF n° : FRBNF12039405

Liens externes[modifier | modifier le code]