Église fondamentaliste de Jésus-Christ des saints des derniers jours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Église Fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours
FLDS Eldorado hi.jpg
Le ranch Yearning for Zion à Eldorado (Texas). Le ranch est saisi par les autorités en 2014
Histoire
Fondation
(Council of Friends)
Colorado City
HildaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Prédécesseurs
Council of Friends (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Successeurs
Church of Jesus Christ (Original Doctrine) Inc. (en), Centennial Park group (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Cadre
Sigle
(en) FLDSVoir et modifier les données sur Wikidata
Zone d'activité
Type
Siège
Pays
Organisation
Membres
10 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateur
Lorin C. Woolley (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Prophète
Warren Jeffs (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata

L’Église fondamentaliste de Jésus-Christ des saints des derniers jours (anglais : Fundamentalist Church of Jesus Christ of Latter-day Saints) est un mouvement issu du mormonisme, né aux États-Unis en 1954 dans sa forme actuelle. Au début des années 2000, le mouvement compterait environ 10 000 fidèles, bien que le nombre de fidèles soit à la baisse ces dernières années[1],[2].

Bien que ce mouvement soit généralement désigné comme « mormon fondamentaliste », il n'est pas affilié à l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que cette organisation ait une histoire relativement longue, elle n'acquit une existence légale que dans les années 1980.

Le Conseil des Amis[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

En 1912, Lorin C. Woolley publia un article sur une révélation que lui aurait faite le prophète John Taylor en 1886, selon laquelle lui-même, son père et trois autres personnes avaient été choisies pour pouvoir perpétuer le mariage plural dans l'église afin que, selon les termes de ce document, « pas une année ne passe sans qu'il n'y ait d'enfant né dans le principe du mariage plural »[trad 1].

Resté seul dans ce conseil, il nomma en 1929 six autres personnes pour créer un Conseil des amis, aussi nommé Conseil de prêtrise ; cette organisation avait pour seul but de célébrer des mariages pluraux, et les fidèles se considéraient toujours comme appartenant à l'église officielle, bien qu'à titre irrégulier[Note 1],[3],[4],[5],[6].

Il réussit à rassembler des mormons en désaccord avec les manifestes de 1890 et 1904 ayant stoppé la célébration de nouveaux mariages pluraux.

À sa mort en 1934, il est remplacé par J. Leslie Broadbent, qui mourra six mois plus tard, en février 1935, d'une pneumonie. Sa mort sera l'occasion d'un conflit de succession, Elden Kingston prétendant qu'il aurait dû recevoir une promotion au sein de ce conseil ; il fondera plus tard, en 1941, le clan Kingston (en)[7],[8],[9].

En 1935, John Y. Barlow fut nommé pour remplacer Broadbent.

Établissement à Short Creek[modifier | modifier le code]

En 1935, le Conseil des Amis, à la recherche d'un lieu reculé où pratiquer le mariage plural et "construire une branche du Royaume de Dieu", choisit d'envoyer des fidèles à Short Creek, menés par Joseph Lyman Jessop, bien situé car à cheval sur la frontière entre l'Utah et l'Arizona, ce qui permettait d'échapper plus facilement aux autorités[10],[11].

Cette même année, le , les 21 résidents furent excommuniés, après des années de dialogue, par l'église mormone officielle pour avoir prêché et pratiqué la polygamie après qu'ils eurent refusé de signer des déclarations contre le mariage plural[12],[13].

En 1944, un raid fut effectué sur Short Creek par le FBI et la police de l'Utah, avec la coopération de l'église officielle[14].

En 1949, Barlow mourut, remplacé par Joseph W. Musser.

En 1951, la décision de Musser de nommer Rulon Allred comme apôtre fut source de dissensions de la part d'autres membres du conseil de prêtrise se sentant contournés. Les critiques de Musser concernant les mariages de mineurs ou bien ceux arrangés déplurent également à Short Creek. Le cas de Joseph Lyman Jessop, qui protesta contre le mariage arrangé par les dirigeants de sa fille Christine à Louis Barlow, fut également une pomme de discorde[15],[16].

En 1953, Short Creek fait l'objet d'un raid, sur la partie située en Arizona, par la garde nationale de cet état, sous ordre du gouverneur John Howard Pyle dans le cadre d'"une intervention policière capitale contre cette insurrection" et une "conspiration ignoble" qui exploite des "esclaves blancs" et soumet des jeunes filles "à une caricature du mariage". Tous les habitants, sauf six, qui n'étaient pas des fondamentalistes, sont arrêtés (soit 36 hommes, 86 femmes et 263 enfants), les adultes étant inculpés de bigamie, atteinte sexuelle, adultère, corruption de mineurs ou concubinage notoire, dans ce qui constitue la plus grande rafle de civils en temps de paix dans le pays. Des accusations de malversation et de détournement de fonds publics furent également faites[Note 2]. 150 enfants seront placés en foyer. La sympathie du public se tourne très vite vers les fondamentalistes, qui invoquaient la liberté religieuse ainsi que le caractère sacré du foyer et de la vie privée, et Pyle perd rapidement tout soutien, causant sa défaite électorale en 1954. Les accusations les plus graves sont abandonnées, ne laissant que celles de concubinage ou bien de bigamie[10],[17],[18],[19],[20].

Les conséquences de ce raid seront, d'une part, que les autorités des deux états dans lesquels est située Short Creek ne vont plus engager d'action directe contre les fondamentalistes et les polygames et, d'autre part, que l'église et ses membres seront encore moins ouverts sur le monde extérieur.

Crise de succession et fin de l'union[modifier | modifier le code]

En 1954, refusant la direction d'Allred, nommé successeur par Musser, les fondamentalistes de Short Creek nommèrent LeRoy Johnson comme dirigeant, les fondamentalistes au Mexique et à Salt Lake City restant fidèles à Allred, qui fonda les frères unis apostoliques (en).

Le mandat de Johnson[modifier | modifier le code]

LeRoy Johnson eut une importance capitale tant dans l'histoire de la congrégation que dans la mémoire des fidèles, gouvernant le groupe jusqu'à sa mort en 1986[21]. « Oncle Roy » fut l'objet d'une admiration de la part de ses disciples, dont certains pensaient même qu'il ne mourrait jamais, ce qui fit que rien n'était préparé pour sa succession.

C'est sous son mandat que fut développée la doctrine du one man rule (« règne d'un seul homme »), selon laquelle le dirigeant devrait avoir un pouvoir absolu, sans aucune intervention du Conseil de prêtrise, dont les membres ne furent plus remplacés ; cette règle causa la scission, en 1984, par des membres qui fonderont le groupe de Centennial Park.

Johnson inaugura également la « loi de placement » relative aux mariages.

Montée en puissance de la famille Jeffs[modifier | modifier le code]

Warren Jeffs.

En 1987, cette organisation prit une existence légale à la suite de conflits de propriétés à Short Creek[Note 3]. Son premier dirigeant fut Rulon Jeffs (en) (1909-2002), comptable du groupe, qui élimina définitivement, avec l'aide du maire Dan Burlow, le Conseil de prêtrise[22].

Depuis 2002, l'Église fondamentaliste de Jésus-Christ des saints des derniers jours est dirigée par Warren Jeffs, qui succède à son père, à la suite d'un conflit de succession contre d'autres candidats tels que Winston Blackmore. Il avait contre lui plusieurs rivaux, parmi eux Winston Blackmore, alors dirigeant de la branche canadienne.

Jeffs se mit alors à rendre les règles encore plus strictes: il fit saisir les armes de ses fidèles, interdit à ses fidèles d'inscrire leurs enfants dans les écoles publiques, ordonna à la plupart de ses disciples de venir vivre à Short Creek, interdit la presse, le cinéma, certains ouvrages et créa un God Squad de fidèles chargés de faire appliquer ses décrets.

En 2003, après qu'un monument a été érigé pour commémorer le cinquantième anniversaire du raid de 1953 sans son autorisation, il fulmina contre la ville, la déclarant maudite, et ordonna la destruction du monument[23].

En février 2004, il excommunia 21 des hommes les plus éminents de Short Creek, parmi eux le maire Dan Barlow, et réassigna leurs épouses et leurs enfants.

Placé sur la liste des dix fugitifs les plus recherchés du FBI, Warren Jeffs est arrêté le pour abus sexuels sur mineurs et complicité de viol. En 2011 il est condamné au Texas à la réclusion à vie pour viols sur mineures[24] ; il continue cependant de gouverner sa secte depuis sa cellule[25].

Doctrines et pratiques[modifier | modifier le code]

Mariage[modifier | modifier le code]

Ce mouvement pratique le mariage plural (polygamie), considérant que l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (principal mouvement mormon) a eu tort d'y mettre un terme en 1890 et en 1904. Warren Jeffs affirma que « les seuls dignes d’atteindre les hautes sphères de gloire du royaume céleste, les seuls dignes de devenir des dieux et des déesses, des rois et des reines célestes, sont ceux qui sont introduits dans le mariage pluriel par le prophète de Dieu[26]» et que nul ne pouvait atteindre le plus haut degré du paradis s'il n'avait au moins trois épouses[27].

Le mariage ne peut être fait que selon les directives du prophète, censé avoir reçu des révélations divines pour déterminer les couples à s'unir : c'est la "loi de placement". Le prophète peut aussi "réassigner" les épouses et les enfants, étant considérés appartenir à la prêtrise en tant que corps, d'hommes considérés comme indignes ce qui fut utilisé par Warren Jeffs pour punir des rivaux et récompenser des alliés[28],[29],[30].

Économie[modifier | modifier le code]

Le "plan d’efforts uni" (United Effort Plan) fut fondé en 1942 pour mettre en application la loi de consécration (en) : il s'agissait de la mise en propriété collective de tous les biens immeubles des fidèles, tels que maisons, boutiques et fermes pour réaliser l'ordre uni (en). Cette fiducie était contrôlée par l'église, et les biens étaient loués aux fidèles, expulsant les apostats et les excommuniés. À partir des années 2000, la fiducie possédait autour de 700 maisons ainsi que des boutiques et des champs à Short Creek, et avait également des biens en Colombie-Britannique, fournis par les fidèles locaux; elle possédait même des parcs, une station de pompiers ainsi qu'un zoo[31],[32].

L'UEP fut saisi en 2005 pour empêcher le prophète Warren Jeffs d'en dilapider les fonds, ainsi que pour protéger les résidents des conséquences des poursuites des "garçons perdus" contre leur exclusion. Les dirigeants de la fiducie ont décidé de liquider le capital, vendant les maisons aux résidents ou bien à des personnes extérieures, et certains membres de la FLDS ont monté une résistance contre de tels plans, refusant d'avoir affaire à une UEP gérée par des apostats et des excommuniés (refus de payement des loyers et des taxes d'habitation); de plus, la liquidation ne pourra pas être complète car elle est légalement impossible à effectuer au Canada[32].

La secte possède aussi plusieurs entreprises dans divers domaines, prospères et utilisant une main d’œuvre disciplinée et à bas couts, dont certaines ont remporté des contrats avec le gouvernement fédéral, même au cours de la cavale de Jeffs[33]. L'armée et la NASA font partie de leurs clients.

Pour financer la cavale de Jeffs, les exigences financières devinrent de plus en plus lourdes, allant parfois jusqu'à une cotisation hebdomadaire de 1000 dollars par adulte dans un foyer.

Ces dernières années, en plus de la dîme, certains fidèles se sont vu demander de verser ce qu'il restait de leurs revenus une fois que les factures ont été payées pour que la secte le redistribue entre les fidèles[34].

Depuis 1957, les membres adultes, des leurs 18 ans, comment une "mission de travail" de deux ans, une sorte de service civil durant lequel ils travaillent dans les entreprises de la secte, entretenus par leurs familles.

Relations avec le monde extérieur[modifier | modifier le code]

L'église n'est pas favorable en général aux relations avec les « gentils »[Note 4], et la nécessité du secret lié au fait que la polygamie fut, jusqu'en 2020 dans l'Utah, un crime, ne fit que renforcer ces tendances[35].

Les fidèles sont incités à se distinguer, par leurs costumes, du monde extérieur: ainsi, tous se voient interdire le port de manches courtes et de vêtements découvrant les genoux, et le port de chemises longues et de pantalon pour les hommes, et par les femmes de robes d'un style ayant été décrit comme rappelant La Petite Maison dans la prairie, est fortement encouragé, surtout depuis Jeffs.

Keep Sweet[modifier | modifier le code]

Keep Sweet ("Restez gentil") est l'un des slogans du groupe pour que les adhérents mettent de côté les évènements négatifs au cours de leur vie.

Changements doctrinaux causés par l'emprisonnement de Warren Jeffs[modifier | modifier le code]

Depuis 2003 et la cavale puis l'emprisonnement de Warren Jeffs, plusieurs changements sont intervenus.

Plus aucun mariage, que ce soit célibataire ou plural, n'a été autorisé, et il a été décidé que ce moratoire ne cessera qu'à la libération de Warren. De plus, les relations sexuelles au sein des foyers déjà existants furent interdites, et les mariages existants dissous.[36]

De plus, Jeffs décida, en 2012, que la reproduction au sein du groupe serait limitée à 15 "porteurs de semences", les maris devant les aider physiquement à féconder leurs épouses; la plupart des fidèles quittèrent l'église à la suite de cela[37].Jeffs émit également plusieurs prédictions apocalyptiques de sa cellule.

Cependant, Jeffs exerce relativement moins de contrôle sur son groupe qu'avant d'aller en prison.

En aout 2022, Warren Jeffs demanda à certains anciens membres de revenir avec leurs enfants[38].

Localités où l'Église fondamentaliste s'est implantée[modifier | modifier le code]

Ce groupe est principalement présent en Utah, Arizona, Colorado, Nevada et en Colombie-Britannique.

Short Creek[modifier | modifier le code]

Route menant à Hildale dans l'Utah.

Ces deux villes voisines sont le siège de l'Église fondamentaliste, où elle est née. Environ 95 % des 7 500 habitants étaient membres de l'Église.

Cependant, depuis l'arrestation de Warren Jeffs, l'église a perdu du pouvoir dans la localité. La police fut réorganisée après qu'il ait été établi qu'elle n'était qu'un instrument de l'église[Note 5],[39].

Bountiful[modifier | modifier le code]

La localité a été fondée en 1947 par des fondamentalistes menés par Harold Blackmore (fils du député John Blackmore, lui-même exclu cette même année de l'église mormone pour avoir défendu le mariage plural) voulant pratiquer la polygamie loin des autorités[40],[41],[42],[43].

En 1991, à la suite d’enquêtes sur des abus sexuels, la Gendarmerie royale du Canada recommanda que Winston Blackmore et James Oler soient inculpés pour polygamie; le parquet refusa, craignant un conflit avec les clauses de liberté religieuse de la Charte canadienne des droits et libertés qui aurait abouti à légaliser la polygamie au Canada[44].

En 2002, dans le cadre des luttes de succession consécutive à la mort de Rulon Jeffs, Winston Blackmore fut déposé et remplacé par James Oler. Blackmore a alors fondé un groupe dissident, revendiquant 700 membres, aux règles relativement plus libérales[45],[46].

Cette même année, à la suite de plaintes d'anciens adeptes tels due Debbie Palmer, des enquêtes furent menées sur des accusations de bigamie et d'abus sexuels, portées par d'anciens membres[47],[48],[49],[50].

Blackmore entreprit alors plusieurs actions pour améliorer son image auprès du public: il envoya des enfants de son groupe dans les écoles publiques, organisa un "forum sur la polygamie" (au cours duquel il admit que certaines de ses épouses étaient mineures) et promit que nul ne pourrait se marier avant 16 ans, âge porté à 18 pour les mariages pluraux[51],[52].

Environ 500 habitants de Bountiful sont membres de l'Église[53],[54].

Après que la loi interdisant la polygamie ait été jugée constitutionnelle, en 2018, Oler et Blackmore furent tous deux reconnus coupables de polygamie et condamnés à une assignation à résidence; il s’agissait des premières condamnations pour polygamie depuis 1899 et 1906 dans l'histoire légale canadienne[55].

En 2020 le parquet annonça cesser toute investigation active sur Bountiful, évoquant la difficulté de trouver des preuves et des témoignages[56].

En 2006, la secte avait projeté de s'implanter au Saskatchewan, mais les autorités ont montré un accueil peu enthousiaste à cette perspective[57],[58],[59],[60].

Texas[modifier | modifier le code]

Warren Jeffs avait décidé d'établir une partie de ses disciples à Eldorado (Texas), dans le ranch YFZ (Yearning for Zion, "Envie de Sion"). Il y fit également construire un temple[61].

À la suite d'un appel anonyme de Rozita Swinton, qui s'était passer pour une "Sarah", 16 ans, mineure promise à un mariage forcé, la police vint faire une descente pour enquêter sur des allégations d'abus sexuels et de mariages forcés, et évacua 437 enfants pour les placer[62],[63],[64].

Bien que l'appel ait été un canular, les autorités ont découvert que deux filles avaient 12 ans, 3 avaient 13 ans, 2 avaient 14 ans et 5 en avaient 15 lors de leurs mariages; sept de ces filles avaient plus d'un enfant. Onze hommes furent arrêtés pour bigamie et agressions sexuelles. Après des recours, les enfants furent remis de nouveau à leurs familles, avec interdiction de quitter l'état tant que l’enquête continuerait. Une seule mineure, Merrianne Jessop, qui avait été mariée à Warren Jeffs à 12 ans, fut conservée sous l'autorité des services sociaux mais fut ensuite placée chez sa tante, dans le ranch, qui était restée membre du groupe[65],[23],[66].

L'église utilisa les maladresses des autorités (envoi de policiers dans des blindés, déclarations erronées) pour créer une vague de sympathie pour les mères du ranch, ce qui compliqua certaines des mesures des services sociaux[Note 6].

Des documents relatant les différents mariages et unions de la secte furent également saisis dans une chambre forte du temple, ce qui permit de condamner plusieurs personnes pour bigamie ou viols, tels que Merril Jessop ou bien Warren Jeffs lui-même[66].

En 2014, le ranch Yearning for Zion est saisi par les autorités texanes, qui avaient déterminé que ce lieu avait pour but d’être utilisé pour commettre des infractions,[67].

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Il y a d'autres implantations mineures de l'église.

De plus, Warren Jeffs avait projeté de créer d'autres refuges secrets, à l'abri des autorités, à la suite de procédures dans l'Utah et l'Arizona par rapport à la bigamie et aux atteintes aux mineurs. Il voulait aussi se préparer pour la fin des temps[68].

  • Pringle (Dakota du Sud) : un nouveau camp est en cours de construction près de Pringle dans le comté de Custer, fait qui inquiéta les autorités locales car aucune naissance ni décès n'y avaient été déclarés[69],[70]. En la propriété fut saisie pour payer des dommages et intérêts à trois anciens membres que la secte avait fait arrêter illégalement à Colorado City, et ces trois anciens membres s'en portèrent acquéreurs[71],[72]. En mai 2022 cette propriété fut mise aux enchères[73].
  • Boise City (Oklahoma) : en juillet 2014, quelques dizaines de personnes membres de l'Église vinrent s'établir dans la localité[74].
  • Mancos (Colorado)[75],[76]

Controverses[modifier | modifier le code]

Cette église est la cible de nombreuses critiques.

Situation des mineurs[modifier | modifier le code]

Mariages de jeunes filles mineures[modifier | modifier le code]

L'église fut critiquée pour avoir marié de jeunes filles mineures au cours de mariages pluraux. Elle fut également accusée de se livrer à un trafic de jeunes filles entre ses établissements américains et canadiens[77].

La prise du pouvoir de Warren Jeffs a entrainé l'augmentation du nombre de mariages d'enfants ainsi qu'une baisse de l'âge moyen du mariage chez les femmes : en 1953, l'âge moyen d'une mariée était de 16 ans, ce qui servit au gouverneur Pyle à justifier son raid, avant de passer à 19 en 1988 à cause des nouvelles opportunités éducatives et professionnelles[78],[79].

À la suite du raid sur le ranch YFZ, la secte promit de ne plus procéder à des mariages où les âges seraient inférieurs aux lois locales, soit 16 ans pour le Texas[80].

Lors des audiences au Canada sur la constitutionnalité des lois sur la polygamie, le parquet démontra que la communauté de Bountiful avait un taux largement supérieur (entre 2 et 7 fois) de grossesses adolescentes par rapport au reste de la province[81].

Expulsions de jeunes hommes[modifier | modifier le code]

Pour assurer l'excédent en femmes nécessaire à la polygamie, ainsi que pour privilégier les notables de la communauté tout en éliminant les éléments perturbateurs et potentiels dissidents, à partir des années 2000 plusieurs jeunes hommes, âgés de moins de 20 ans, furent excommuniés sous des prétextes divers (écoute de musique rock, port de chemises à manches courtes, etc.), puis chassés de la communauté: ils furent appelés les "garçons perdus" (lost boys)[82],[83],[84],[85].

Au cours d'un sermon en 1997, Warren Jeffs affirma que "on m'a instruit que tout jeune homme qui ne laissera pas nos filles tranquilles sera chassé et ne sera pas autorisé à être parmi nous, même avant qu'il ne détruise la fille[86],[trad 2]."

Éducation[modifier | modifier le code]

L'église fut accusée de n'être pas favorable à l'instruction et de privilégier le travail infantile ou bien les mariages précoces.

Les établissements scolaires de la secte furent également critiqués pour leurs bas niveau d'instruction. En particulier, l'église promeut le créationnisme et affirme que l'homme n'est jamais allé sur la Lune.

Travail[modifier | modifier le code]

L'église fut accusée d'exploiter le travail des enfants, ce qui permettait à ses firmes de pouvoir remporter plusieurs appels d'offres[33].

De plus, des flux de travailleurs des deux sexes ont été établis entre les États-Unis et le Canada, ainsi qu'entre Bountiful et le reste du Canada[87].

Les condition de travail pour ces jeunes sont souvent pénibles, voire dangereuses.

Fraudes[modifier | modifier le code]

Bien que LeRoy Johnson et d'autres dirigeants tels que Marion Hammon se soient opposé à accepter la moindre aide gouvernementale, se méfiant d'un gouvernement toujours prêt à poursuivre les polygames, sous le règne de Warren Jeffs l'église se mit à supporter officieusement le concept de "saigner la bête"[trad 3], soit de s'efforcer de prendre le plus de subventions et d'allocations du gouvernement (par exemple en déclarant ses épouses comme mères isolées) tout en payant le moins d’impôts possible[88].

Racisme et intolérance[modifier | modifier le code]

L'organisation est considérée comme « une secte suprémaciste blanc, homophobe, anti-étatiste et totalitaire » par le SLPC[89],[90]: en effet, sa théologie décrit les Noirs comme les descendants maudits de Caïn à travers lesquels le Diable agit sur la Terre[91],[92].

En 1978, à la suite de la décision de l'église officielle d'accorder la prêtrise aux hommes de toute race, le prophète Johnson affirma que Spencer W. Kimball était sous influence démoniaque et que le diable lui était apparu dans le temple de Salt Lake City lors de cette révélation. Il affirma également que la "grande et abominable église" prédite par le prophète Néphi n'était plus l'Église catholique mais la LDS[93].

En 1995, lors d'un cours destiné aux candidats à la prêtrise, Warren Jeffs donna la description suivante de Caïn: "Il a été maudit avec une peau noire et est le père du peuple nègre… Il a un grand pouvoir, et peut apparaitre et disparaitre… Il est utilisé par le diable, en tant que mortel, pour faire le mal… Si vous, jeunes gens, deviez vous marier avec un nègre, vous ne pourriez pas appartenir à la prêtrise, même si vous vous repentiez. Vous ne pourriez pas rester dans cette œuvre[trad 4]." A une autre occasion, il affirma que "la race noire est le peuple qui a toujours permis au diable d’amener le mal sur Terre[trad 5]."

En 1996, Warren Jeffs dit que "les juifs étaient des apostats. Ils savaient que l'évangile était vrai et le haïssaient. Le Seigneur ne laissera pas les apostats prospérer. Ils doivent s'écrouler. A la fin, il seront anéantis, comme leurs descendants[94],[trad 6]."

Warren Jeffs affirma également la chose suivante sur les Amérindiens: "Quand les gens désertent, ils deviennent sombres, dégoutants et bas, comme les Lamanites sur cette terre. Nous savons que les indiens devinrent comme des animaux, sombres, dégoutants et bas, parce que leurs pères ont apostasié[45],[trad 7]."

Lors d'un sermon en 2001, Warren Jeffs affirma que "les gens étaient devenus tellement mauvais que les hommes commencèrent à se marier à des hommes et les femmes à des femmes. C'est le pire acte que vous puissiez commettre, à part le meurtre. C'est comme un meurtre. A chaque fois que les gens commettent ce pêché, le Seigneur les détruit[trad 8]."

Consanguinité[modifier | modifier le code]

À cause de la fermeture de la secte à de nouveaux entrants, Short Creek souffre d'une consanguinité majeure, avec 80% de la population descendent de deux des fondateurs de la ville. Le nombre de cas d'acidurie fumarique dans cette localité est supérieur au nombre de cas dans le reste du monde[95],[96],[97],[98]. Cette situation a entrainé l'existence d'un cimetière de nourrissons[99],[100].

Expiation par le sang[modifier | modifier le code]

En 1997, Rulon Jeffs dit à ses fidèles que “c'est aimer notre voisin comme nous-mêmes: s'il a besoin d'aide, aidez-le; et s'il veut le salut et qu'il soit nécessaire de verser son sang sur la terre pour qu'il soit sauvé, versez-le[trad 9].” Les prêches sur le sujet devinrent plus nombreux sous son fils Warren: il dit que le gouvernement l'interdit pour l'instant mais qu'ils pourront la mettre en application dans le futur pour les cas d'adultère[101].

Un ancien membre, Robert Richter, affirma que Warren lui avait demandé de travailler sur plusieurs projets secrets tel que des thermostats pour un four crématoire qui opérerait à des températures suffisamment hautes pour détruire tout ADN[101].

Il y eut des cas ou des dissidents furent menacés d'expiation par le sang:

  • Lorsque Benjamin Bistline, un ancien membre qui résidait toujours à Short Creek, écrivit son livre The Polygamists sur l'histoire de Short Creek, il reçut des menaces de mort[101]
  • Lorsque Warren Jeffs accepta de la libérer de son premier mari, Elissa Well rapporta qu'il lui dit qu'elle était tellement mauvaise que la seule manière d'être sauvée était de se faire trancher la gorge comme expiation[102].

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

En 2017, plusieurs leaders de la FLDS dont parmi eux Lyle Jeffs, frère de Warren, furent condamnés ou plaidèrent coupable pour fraude relative au détournement d'allocations du Supplemental Nutrition Assistance Program: ils avaient demandé aux adeptes touchant ces aides de les remettre aux dirigeants pour qu'ils puissent théoriquement être utilisés par le système d'assistance interne du groupe; il s'est avéré qu'une partie de ces fonds furent utilisés au bénéfice personnel des dirigeants[103],[104],[105],[106].

En 2018, au Canada, Brandon James Blackmore et Emily Ruth Gail Blackmore furent tous deux condamnés pour avoir amené une mineure du Canada aux États-Unis sous les ordres de Warren Jeffs[56].

En , l'église, des responsables ainsi que l'entreprise Paragon Contractors furent condamnés à verser près d'un million de dollars pour avoir fait travailler des enfants sans les payer entre 2008 et 2012 dans des champs de noix de pécan[107],[108].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Benjamin Bistline, The Polygamists : A History of Colorado City, Arizona, USA, Agreka Books, , 2e éd. (1re éd. 1998), 432 p.
  • (en) Carolyn Jessop et Laura Palmer, Escape, USA, Broadway Books,
  • (en) Elissa Wall, Stolen Innocence : My Story of Growing Up in a Polygamous Sect, Becoming a Teenage Bride, and Breaking Free of Warren Jeffs, New York, William Morrow, , 448 p.
  • (en) Daphne Branham, The Secret Lives of Saints : Child Brides and Lost Boys in a Polygamous Mormon Sect, USA, Vintage Canada, , 496 p.
  • (en) Sam Brower, Prophet's Prey : My Seven-Year Investigation into Warren Jeffs and the Fundamentalist Church of Latter-Day Saints, New York, Bloomsbury USA,
  • (en) Rachel Jeffs, Breaking free : How I escaped polygamy, the FLDS cult, and my father, Warren Jeffs, USA, HarperCollins,

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Keep Sweet: Prie et obéis ("Keep Sweet: Pray and Obey"), série publiée sur Netflix en 2022[109]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. LeRoy Johnson, parmi d'autres fidèles, affirmait alors appartenir à la "division fondamentaliste de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours" (Fundamentalist division of the Church of Jesus Christ of Latter-day. Saints).
  2. Par exemple, une centrale électrique fut construite sur les fonds du district scolaire puis l'énergie produite fut distribuée aux résidents.
  3. La date de 1991 fut également avancée.
  4. Terme utilisé dans le mormonisme en général pour décrire les non-membres.
  5. Ainsi, lors de sa cavale, la police locale lui envoya une déclaration d’allégeance.
  6. Dès le 23 avril, le bureau du gouverneur Rick Perry avait reçu 560 appels opposés au raid contre 44 le supportant.

Traductions[modifier | modifier le code]

  1. (en) « no year passed by without children being born in the principle of plural marriage »
  2. (en) « I have been instructed that any young man who will not leave our girls alone is to be sent away and not allowed to be among us, even before they destroy the girl »
  3. (en) « bleeding the beast »
  4. (en) « He was cursed with a black skin and he is the father of the Negro people … He has great power, can appear and disappear … He is used by the devil, as a mortal man, to do great evils … If you, young people, were to marry a Negro, you could not be a priesthood person, even if you repented. You could not stay in this work. »
  5. (en) « The black race is the people through which the devil has always been able to bring evil unto the earth. »
  6. (en) « The Jews were apostate. They knew the gospel was true and hated it. The Lord will not allow apostates to prosper. They must go down. Eventually, they become nothing, as it is with their descendants. »
  7. (en) « When people fall away, they become dark and filthy and low, just like the Lamanites on this land. We know the Indians became just like animals, dark and filthy and low, because their forefathers apostatized. »
  8. (en) « The people grew so evil, the men started to marry the men and the women married the women. This is the worst evil act you can do, next to murder. It is like murder. Whenever people commit that sin, then the Lord destroys them. »
  9. (en) « This is loving our neighbor as ourselves; if he needs help, help him; and if he wants salvation and it is necessary to spill his blood on the earth in order that he may be saved, spill it. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Crisis of faith: FLDS migration to mainstream Mormonism; Oprah special details Warren Jeffs’ crimes » (consulté le )
  2. Philippe Berry, « Le gourou mormon polygame Warren Jeffs dans un état critique après avoir refusé de s'alimenter », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. (en) Brian C. Hales, Modern Polygamy and Mormon Fundamentalism: The Generations after the Manifesto, Greg Kofford Books, (lire en ligne), p. 324
  4. Nawal Issaoui, Les mouvements religieux minoritaires à l'épreuve du droit états-unien : étude des contours fluctuants de la liberté religieuse du XIXe siècle à nos jours (Thèse), Université Michel de Montaigne - Bordeaux III, , 202-203 p. (lire en ligne).
  5. (en) « Did John Taylor receive a revelation on September 27, 1886 that promised that “polygamy would never be abandoned?” », sur www.fairlatterdaysaints.org (consulté le ).
  6. (en) Deseret News, « Modern polygamy started in 1929 », sur Deseret News, (consulté le ).
  7. « Que sait-on de l’Ordre ? | UNADFI », sur www.unadfi.org (consulté le )
  8. (en) Stephen Lemons, « Blood Cult », Intelligence Report,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (en) Janet Bennion, Polygamy in Primetime: Media, Gender, and Politics in Mormon Fundamentalism, UPNE, (ISBN 978-1-61168-296-0, lire en ligne), p. 39
  10. a et b (en-US) « ARIZONA: The Great Love-Nest Raid », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne, consulté le )
  11. Marianne T. Watson, « Short Creek: "A Refuge for the Saints" », Dialogue: A Journal of Mormon Thought, vol. 36, no 1,‎ , p. 71–87 (ISSN 0012-2157, DOI 10.2307/45226924, lire en ligne, consulté le )
  12. (en) W. D. Stout, A History of Rockville, Utah, Рипол Классик,‎ (ISBN 978-5-88220-293-3, lire en ligne), p. 185
  13. (en) Craig L. Foster et Marianne T. Watson, American Polygamy: A History of Fundamentalist Mormon Faith, Arcadia Publishing, (ISBN 978-1-4396-6703-3, lire en ligne)
  14. (en-US) « 50 TAKEN IN RAIDS TO END POLYGAMY; Federal and Utah Authorities Join Against Sect Accused of Plural Marriages », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  15. Marianne T. Watson, « The 1948 Secret Marriage of Louis J. Barlow: Origins of FLDS Placement Marriage », Dialogue: A Journal of Mormon Thought, vol. 40, no 1,‎ , p. 83–136 (ISSN 0012-2157, DOI 10.2307/45227157, lire en ligne, consulté le )
  16. (en) Kevin Barney, « “A Diabolical, High Pressure Marriage” », sur By Common Consent, a Mormon Blog, (consulté le )
  17. « En 1953, déjà, le raid de Short Creek », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. (en-US) Gladwin Hill, « Arizona Raids Polygamous Cult; Seeks to Wipe Out Its Community; CULT OF POLYGAMY IN ARIZONA RAIDED », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  19. (en-US) « WIDER POLYGAMY CHARGED; Arizona Men Said to Have Had Wives in Other Countries », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  20. Paris-match, Paris-Match, (lire en ligne)
  21. (en-US) Times Wire Services, « LeRoy Johnson, Head of Arizona Polygamist Sect », sur Los Angeles Times, (consulté le )
  22. (en) A. B. C. News, « Modern Polygamy: Arizona Mormon Fundamentalists Seek to Shed Stereotypes », sur ABC News (consulté le )
  23. a et b (en) Katy Vine, « With God On Their Side », sur Texas Monthly, (consulté le )
  24. « USA: le gourou d'une secte reconnu coupable d'avoir violé deux jeunes filles », sur Centre Contre les Manipulations Mentales, (consulté le )
  25. (en-US) Stephen Carter, « How Warren Jeffs Maintains His Hold Over the FLDS », sur Sunstone Magazine, (consulté le )
  26. « Convicted Child Rapist Warren Jeffs Explains POLYGAMY » (consulté le )
  27. (en-US) Timothy Egan, « Polygamous Community Defies State Crackdown », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  28. Berry Knoll, « FLDS 101: FLDS Beliefs 101 - Arranged Marriages », sur FLDS 101, (consulté le )
  29. (en) Maxine L. Margolis, Women in Fundamentalism: Modesty, Marriage, and Motherhood, Rowman & Littlefield, (ISBN 978-1-5381-3403-0, lire en ligne), p. 88
  30. (en) Cardell Jacobson et Lara Burton, Modern Polygamy in the United States: Historical, Cultural, and Legal Issues, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-983132-6, lire en ligne)
  31. « Administering housing solutions and spurring economic growth », sur ueptrust.com (consulté le )
  32. a et b (en-US) « What’s next for a polygamous sect’s old land trust and why Utah should care », sur The Salt Lake Tribune (consulté le )
  33. a et b (en) Deseret News, « Low bids win jobs for polygamists », sur Deseret News, (consulté le )
  34. (en-US) « An FLDS follower dispels some myths, confirms some, too », sur The Salt Lake Tribune, (consulté le )
  35. (en) « Polygamy is essentially decriminalized in Utah under a bill signed into law », sur KSTU, (consulté le )
  36. (en) « Sex banned until Warren Jeffs' prison walls crumble, FLDS relatives say », sur Deseret News, (consulté le )
  37. (en) A. B. C. News, « Polygamist Leader Warren Orders Only 15 Men To Father FLDS Kids », sur ABC News (consulté le )
  38. (en) « New edict purportedly from FLDS leader Warren Jeffs raises alarm », fox13now,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. « Polygamous Utah Town Faces Unique Challenges Amid Pandemic », sur KSLTV.com, (consulté le )
  40. Katia Clarens, « Dans la famille mormon », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. « Hunting Bountiful », The Economist,‎ (ISSN 0013-0613, lire en ligne, consulté le )
  42. (en) Jeremy Hainsworth, « Deep background: the who, what, where of Bountiful », sur xtramagazine.com, (consulté le )
  43. (en-CA) « Bountiful timeline: A chronology, from 1843 to present day », sur vancouversun (consulté le )
  44. (en-CA) STEVE WEATHERBE, « The practice of polygamy », sur Maclean's, (consulté le )
  45. a et b (en-US) KE MACQUEEN, « THE BATTLE FOR BOUNTIFUL », sur Maclean's, (consulté le )
  46. (en-US) « Supreme Court bans BC polygamy group from using name of Mormon church | Globalnews.ca », sur Global News (consulté le )
  47. « Le Canada ouvre un débat sur la polygamie », sur LEFIGARO, (consulté le )
  48. Therry Théodore, « Le gouvernement enquête sur la secte polygame Bountiful », Presse Canadienne,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. « Le Canada perturbé par ses polygames », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. Marie-Andrée Pelland et Dianne Casoni, « Vicissitudes de l'identité sociale et allégations d'entorses aux lois chez un groupe de mormons polygames canadiens », Déviance et Société, vol. 34, no 1,‎ , p. 49 (ISSN 0378-7931 et 2296-4096, DOI 10.3917/ds.341.0049, lire en ligne, consulté le )
  51. Bet Duff-Brown, « Une école sauvée par une secte polygame », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. Marie-Andrée Pelland et Dianne Casoni, « Entre le retrait et la contestation. Réactions des mormons fondamentalistes à des allégations d’entorses aux lois », Criminologie, vol. 41, no 2,‎ , p. 213–245 (ISSN 0316-0041 et 1492-1367, DOI 10.7202/019438ar, lire en ligne, consulté le )
  53. « Dans le quotidien des mormones de Bountiful », sur www.vice.com (consulté le )
  54. https://www.ouest-france.fr/monde/canada/polygamie-deux-mormons-maries-30-femmes-condamnes-au-canada-5156472
  55. « Peines avec sursis pour deux polygames en Colombie-Britannique », sur La Presse, (consulté le )
  56. a et b https://www.fox13now.com/news/local-news/canadian-prosecutors-decline-further-charges-against-flds-enclave
  57. « Une secte américaine lorgne du côté de la Saskatchewan », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  58. « La Saskatchewan ne veut pas de polygames », Canoë,‎ (lire en ligne)
  59. « Sous enquête aux Etats-Unis, elle veut s’installer en Saskatchewan », sur cath.ch, (consulté le )
  60. (en) Deseret News, « Polygamists Canada-bound? », sur Deseret News, (consulté le )
  61. (en) Susy Buchanan, « Fundamentalist Church of Jesus Christ of Latter-Day Saints Relocates to Eldorado, Texas Ranch », Intelligence Report,‎ (lire en ligne, consulté le )
  62. « 219 femmes et enfants évacués d'une secte au Texas », sur LEFIGARO, (consulté le )
  63. « Pour le bien de 468 enfants... », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  64. (en) Deseret News, « Suspected FLDS 'Sarah' to get mental health treatment », sur Deseret News, (consulté le )
  65. « Les enfants de la secte polygame rendus à leurs parents », sur France 24, (consulté le )
  66. a et b (en) Katy Vine 1, « The Raid on YFZ Ranch, Ten Years Later », sur Texas Monthly, (consulté le )
  67. « La justice saisit le ranch d'une secte d'origine mormone », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le )
  68. Berry Knoll, « FLDS 101: FLDS Beliefs 101 - YFZ and other lands of refuge: The mission for the Redemption of Zion », sur FLDS 101, (consulté le )
  69. (en-US) Amelia McDonell-Parry et Amelia McDonell-Parry, « Lawmakers Going After FLDS Polygamy Compound in South Dakota », sur Rolling Stone, (consulté le )
  70. « Une loi contre la FLDS | UNADFI », sur www.unadfi.org (consulté le )
  71. (en) A. B. C. News, « Judge orders polygamous sect to sell South Dakota compound », sur ABC News (consulté le )
  72. (en-US) « Former FLDS members buy sect’s South Dakota compound », sur The Salt Lake Tribune, (consulté le )
  73. (en-US) « FLDS Pringle Compound for Sale: 140 Acres in Black Hills, Great Buildings and Watchtower, $6.9 Million! », sur Dakota Free Press, (consulté le )
  74. (en) Madison Alewel, « New fundamentalist Mormon neighbors cause concern for some residents in area town », sur https://www.newschannel10.com (consulté le )
  75. Deborah Frazier, « Polygamist sect buys property in Colorado », sur Rocky Mountain News, (consulté le )
  76. (en) « DGO | FLDS cult leader Warren Jeffs’ influence extends from prison to southwest Colorado », sur DGO (consulté le )
  77. (en) « Dozens of girls may have been trafficked to U.S. to marry », sur British Columbia, (consulté le )
  78. (en) Cardell Jacobson et Lara Burton, Modern Polygamy in the United States: Historical, Cultural, and Legal Issues, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-983132-6, lire en ligne)
  79. (en) Stuart A. Wright et Susan J. Palmer, Storming Zion: Government Raids on Religious Communities, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-991141-7, lire en ligne)
  80. (en-US) RICHARD STEWART et Dale Lezon, « Texas polygamist sect bans marriages with underage girls », sur Chron, (consulté le )
  81. https://www.theglobeandmail.com/news/british-columbia/cause-of-bountifuls-high-teen-pregnancy-rate-debated/article565715/
  82. Pascal RICHE, « Etats-Unis: les garçons perdus de la dissidence mormone », sur Libération, (consulté le )
  83. « ÉTATS-UNIS. La secte des polygames qui se méfient de leurs fils », sur Courrier international, (consulté le )
  84. (en) « The lost boys, thrown out of US sect so that older men can marry more wives », sur the Guardian, (consulté le )
  85. (en-US) Erik Eckholm, « Boys Cast Out by Polygamists Find Help », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  86. Berry Knoll, « FLDS 101: FLDS Beliefs 101 - Role of Women », sur FLDS 101, (consulté le )
  87. (en-CA) « FLDS Church Accused of Labour Trafficking », sur Edmonton Journal, (consulté le )
  88. (en-US) « Bleeding the Beast », sur Religion News Blog, (consulté le )
  89. (en) « Fundamentalist Church of Jesus Christ of Latter-Day Saints », sur Southern Poverty Law Center (consulté le ).
  90. (en) « The Prophet Speaks », sur Southern Poverty Law Center (consulté le )
  91. (en) Deseret News, « Racist remarks causing a big stir », sur Deseret News, (consulté le )
  92. (en) « Racism of Raided FLDS Cult Ignored », sur Southern Poverty Law Center (consulté le )
  93. Berry Knoll, « FLDS 101: FLDS Beliefs 101 - Gentiles or “outsiders” », sur FLDS 101, (consulté le )
  94. Berry Knoll, « FLDS 101: FLDS Beliefs 101 - Apostates », sur FLDS 101, (consulté le )
  95. « ETATS-UNIS. Une maladie génétique très rare touche des enfants mormons », sur www.estrepublicain.fr, (consulté le )
  96. « Endogamie et consanguinité | UNADFI », sur www.unadfi.org, (consulté le )
  97. (en) « Gene Disorder Complicates Sect Custody Fight », sur NPR.org, (consulté le )
  98. (en) Anne Catherine Miller et Katrina Karkazis, « Health Beliefs and Practices in an Isolated Polygamist Community of Southern Utah », Journal of Religion and Health, vol. 52, no 2,‎ , p. 597–609 (ISSN 1573-6571, DOI 10.1007/s10943-012-9593-x, lire en ligne, consulté le )
  99. (en) Ladd Egan, « Inside the complicated history of the Hildale infant graveyard », sur www.ksl.com, (consulté le )
  100. (en) « Tiny Tombstones: Inside the FLDS Graveyard for Babies Born from Incest », sur www.vice.com (consulté le )
  101. a b et c (en) Norma Najacht, « FLDS reinstituting blood atonement », Custer County Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  102. (en) Pat Reavy, « Ex-child bride seeking damages from FLDS leader for personal injury, prevention », sur Deseret News, (consulté le )
  103. (en) Brenda Nicholson, « SNAP Fraud and the FLDS Case: », sur Medium, (consulté le )
  104. (en-US) « Ex-polygamous sect leader Lyle Jeffs gets nearly 5 years in fraud case », sur The Arizona Republic (consulté le )
  105. Ann O'Neill CNN, « U.S.: Bishop feasts but kids go hungry », sur CNN (consulté le )
  106. « Fin de l’affaire des bons alimentaires | UNADFI », sur www.unadfi.org (consulté le )
  107. (en) Amy Simonson, « FLDS church, its bishop and a contractor ordered to pay nearly $1 million for making children work without pay for years », sur CNN, (consulté le )
  108. « La FLDS condamnée à payer 1 million d’euros pour avoir violé les lois sur le travail des enfants | UNADFI », sur www.unadfi.org (consulté le )
  109. Lehna Mahdjoub, « «Keep sweet : Prie et tais-toi», la glaçante affaire du gourou aux 468 enfants », sur leparisien.fr, (consulté le )