Église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste de Saulnot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste.
Église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste
Image illustrative de l'article Église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste de Saulnot
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Belfort-Montbéliard
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Ville Saulnot
Coordonnées 47° 33′ 40″ nord, 6° 38′ 01″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

(Voir situation sur carte : Haute-Saône)
Église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste

L'église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste est une église catholique située à Saulnot, en Haute-Saône. Elle se caractérise par sa couleur rose dû l’utilisation de grès vosgien et son clocher comtois rouge. Elle abrite cinq éléments mobiliers inscrits ou classés à la base Palissy.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est construite sur la commune française de Saulnot dans le sud-est du département de la Haute-Saône, en région de Bourgogne-Franche-Comté.

Elle est le chef-lieu de la paroisse de Sainte-Lucie[1], faisant partie du doyenné d'Héricourt, qui dépend du diocèse de Belfort-Montbéliard[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un église paroissiale est mentionnée au XIIe, elle est reconstruite en 1847 à l’exception du clocher. Avant la Révolution française, l'abbé de Luxeuil y exerce son droit de présentation. L'église de Saulnot est consacrée à la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste[3].

Un puits des houillères locales est creusé vers l'église de Saulnot en 1832[4].

L'église, endommagée lors des bombardements de septembre à novembre 1944[5], est reconstruite en 1946 en conservant le clocher comtois du XVIIIe siècle. Au pied de celle-ci se trouvent deux tombes dont celle du dernier seigneur de Saulnot (Georges Janneot). Cette église abrite un bénitier quadrangulaire des XIIe et XIIIe siècles[6].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église est construite avec du grès rose à grain fin jugée « assez tendre et de médiocre qualité » lors d'un teste de résistance de matériaux. Il est exploité sur la commune, dans une carrière exploitée par Messieurs Frahier et Bouvet. Le même matériaux est utilisé pour la construction du temple protestant de Bussurel[7].

L'édifice se caractérise également par son clocher comtois couvert de tuiles vernissées rouges.

Mobilier protégé[modifier | modifier le code]

L'église abrite cinq éléments mobiliers inscrits ou classés à la base Palissy :

  • une clôture de chœur en fer forgé de la fin du XVIIIe siècle (inscrite le )[8] ;
  • un ostensoir en argent doré de 1768 (classé le )[9] ;
  • un calice de 1706 (classé le )[10]  ;
  • un calice de 1779 (classé le )[11] ;
  • un pyxide des malades-chrismatoire en argent doré du milieu du XVIIIe siècle (classé le )[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Parroisse Sainte-Lucie », sur le site du diocèse de Belfort-Montbéliard.
  2. « Doyenné d'Héricourt », sur le site du diocèse de Belfort-Montbéliard.
  3. L. Suchaux 1866, p. 230.
  4. [PDF] R. Dormois et J.Ricours, Houille triasique sur le versant N.O. du Jura, BRGM, (lire en ligne).
  5. Georges Gaudron, Villes et villages dans la tourmente, 1939-1945, Impr. Municipale, , p. 166.
  6. « Saulnot », sur le site de la société commerciale Torop.Net.
  7. L. Suchaux 1866, p. 331.
  8. « Clôture de chœur (table de communion) », notice no PM70003380, base Palissy, ministère français de la Culture.
  9. « Ostensoir », notice no PM70001372, base Palissy, ministère français de la Culture.
  10. « Calice (1) », notice no PM70001371, base Palissy, ministère français de la Culture.
  11. « Calice (2) », notice no PM70001370, base Palissy, ministère français de la Culture.
  12. « Pyxide des malades-chrismatoire », notice no PM70001369, base Palissy, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • L. Suchaux, La Haute-Saône: dictionnaire historique, topographique et statistique des communes du département, (lire en ligne).