Église de l'Annonciation de Haute-Isle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église de l'Annonciation.
Église de l'Annonciation de Haute-Isle
Haute-Isle Église de l'Annonciation 166.JPG
Présentation
Type
Construction
Destination initiale
culte
Destination actuelle
culte
Propriétaire
commune
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'église de l'Annonciation est une église catholique troglodytique située à Haute-Isle, en France. C'est l'unique église de ce type en Île-de-France, ce qui fait son principal intérêt. Seulement le clocher est en maçonnerie, et même la façade extérieure n'est autre que la roche de craie laissée en place comme telle. La nef unique est entièrement excavée dans la roche. L'église est classée monument historique depuis 1926[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français du Val-d'Oise, sur la commune d'Haute-Isle, route de la Vallée (RD 913). Le cimetière établi en terrasse au pied de la falaise de craie précède l'église.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église est creusée dans la falaise de craie en 1670/1673 aux frais de Nicolas Dongois, seigneur du lieu, suite à l'érection du village en paroisse[2].

L'édifice est classé au titre des monuments historiques par arrêté du 4 juin 1926[1]. C'est l'unique exemple d'un édifice religieux troglodytique en Île-de-France depuis la destruction en 1749 de l'église de Mousseaux-sur-Seine[réf. nécessaire]. En soi, l'église de l'Annonciation ne présente aucun intérêt archéologique, son classement étant motivé par le caractère insolite du lieu de culte et de la rareté des églises troglodytiques[3]

Fermé au public en 1999 à cause de menaces d'éboulement, l'église fait l'objet d'un projet de restauration et de confortation de sa façade, abandonné à la demande des hautillois car dénaturant l'église et le site[4]. L'église est aujourd'hui rouverte et demeure l'un des lieux de culte du secteur pastoral de Magny-en-Vexin accueillant régulièrement les offices et cérémonies religieux. Elle devrait voir son mobilier restauré en 2012-2013[5].

Description[modifier | modifier le code]

Vue partielle.

Seul le petit clocher carré émerge du sol enherbé qui recouvre la falaise. Il est recouvert d'une pyramide de charpente et d'ardoise. L'église ne possède pas de façade à proprement parler ; contrairement à la plupart des boves aménagées comme habitations, fermées généralement par un mur. À l'intérieur, la nef unique est voûtée en berceau en plein cintre. Elle mesure 20 m de long, 20 m de large et 8 m de haut. L'éclairage est assurée par quatre fenêtres plein cintre taillées dans la roche, dépourvues de vitraux. Le chœur, creusé dans le prolongement de la nef, est clos d'une clôture en bois, provenant pense-t-on de la chapelle du palais de justice de Rouen. Le retable en bois sculpté du XVIIe siècle, remarquable, s'insère harmonieusement dans cet univers austère et minéral[3],[6].

Mobilier[modifier | modifier le code]

Seulement deux éléments du mobilier sont classés monuments historiques au titre des objets. Il s'agit du retable monument en bois remontant aux origines de l'église et modifié au XVIIIe siècle[7], et de la clôture du chœur en bois taillé et doré, également aussi ancienne que l'église[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église troglodytique de l'Annonciation », notice no PA00080088, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. « Histoire de l'église », sur Haute-Isle (site officiel) (consulté le 1er octobre 2012)
  3. a et b Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Haute-Isle, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 171-172.
  4. Le Courrier de Mantes : La restauration de l’église d'Haute-Isle controversée.
  5. Didier Rykner, « L’église troglodytique de Haute-Isle et son mobilier XVIIe », sur http://www.latribunedelart.com, (consulté le 1er octobre 2012).
  6. Jean-Loup Corbasson, Pascal Goutrat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Haute-Isle », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 553 (ISBN 2-84234-056-6).
  7. « Retable », notice no PM95000338, base Palissy, ministère français de la Culture.
  8. « Clôture du chœur », notice no PM95000337, base Palissy, ministère français de la Culture.