Église de Metekhi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église de Metekhi
Église de la dormition de la vierge
Église de la dormition surplombant la Mtkvari.
Présentation
Nom local მეტეხის ღვთისმშობლის შობის ტაძარი
Culte Catholicossat-Patriarcat de toute la Géorgie
Type église
Début de la construction XIIe siècle
Style dominant Architecture géorgienne médiévale
Géographie
Pays Géorgie
Ville Tbilissi
Coordonnées 41° 41′ 24″ nord, 44° 48′ 41″ est

Géolocalisation sur la carte : Tbilissi

(Voir situation sur carte : Tbilissi)
Église de Metekhi

Géolocalisation sur la carte : Géorgie

(Voir situation sur carte : Géorgie)
Église de Metekhi

L’église de la Dormition de la Vierge de Metekhi (en géorgien : მეტეხის ღვთისმშობლის შობის ტაძარი, metexis ḡvt'ismšoblis šobis tajari) est une église orthodoxe géorgienne située en surplomb de la Mtkvari (rive droite) en face de la vieille ville de Tbilissi.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église s'élève sur le lieu où Tbilissi aurait été fondé par Vakhtang Ier et remonte à l'an 455[1]. Détruite en 1235 lors de l'invasion mongole elle est reconstruite en 1289 sous le règne de Démétrius II[2]. Elle faisait partie de la forteresse royale dont les fortifications ont été détruites en 1937.

À l'époque soviétique l'église sert de théâtre. Elle est rendue au culte en 1988.

L'église à croix inscrite occupe une superficie de 20 × 16 mètres et a conservé son apparence initiale. Elle abrite le tombeau de Sainte Chouchanik[3].

Liens[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (de) Reiseskizzen aus Georgien : Tiflis, vol. 23, Stuttgart, Tübingen, coll. « Das Ausland: Wochenschrift für Länder- u. Völkerkunde », (lire en ligne), p. 42.
  2. (de) Vaxtang Beriże et Edith Neubauer, Die Baukunst des Mittelalters in Georgien, Vienne, Munich, Anton Schroll & Co, , 251 p. (ISBN 9783703105319), p. 133.
  3. (ru) P. Iosselian, Древніе памятники Тифлиса, vol. 5, Saint-Pétersbourg, coll. « Журналъ министерства внутреннихъ дѣлъ »,‎ (lire en ligne), p. 104.