Église de Greensted

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

The Church of St Andrew
Image illustrative de l’article Église de Greensted
Vue du sud-ouest de l'église de Saint-André, plus connue sous le nom d'église de Greensted
Présentation
Nom local (en) The Church of St Andrew
Début de la construction XIe siècle
Site web www.greenstedchurch.org.ukVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Région Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Province historique Angleterre de l'Est
Département Essex (comté anglais)
Ville Greensted
Coordonnées 51° 42′ 16″ nord, 0° 13′ 32″ est
Géolocalisation sur la carte : Angleterre
(Voir situation sur carte : Angleterre)
Église de Greensted

L'église de Greensted (Greensted Church ou The Church of St Andrew, Greensted-juxta-Ongar de son nom complet en anglais), est un édifice religieux encore en service situé dans le petit village de Greensted, à environ un mile à l'ouest de Chipping Ongar dans le comté d'Essex, en Angleterre. Cette église, monument classé niveau I au Royaume-Uni, est revendiquée comme la plus ancienne église en bois du monde et probablement le plus ancien bâtiment en bois d'Europe encore debout. Les murs en chêne sont souvent classés comme vestiges d'une église en bois debout primitive du milieu du XIe siècle selon les dernières estimations.

Histoire de l'église[modifier | modifier le code]

Le bâtiment classé niveau I se trouve à environ un mile à l'ouest du centre-ville de Chipping Ongar. Son titre complet est The Church of St Andrew, Greensted-juxta-Ongar mais elle est plus connue sous le nom de Greensted Church. Greensted est toujours une église fonctionnelle et organise des services chaque semaine.

Cette église est probablement un des plus ancien bâtiment en bois d'Europe encore debout bien qu'en partie seulement, car il reste peu de sections de sa structure en bois d'origine. Elle est considérée comme la plus ancienne église en bois du monde[1].

Une datation dendrochronologique a estimé sa construction à [2] mais une analyse plus récente a remis la date des bois à (+10/55 ans) soit au milieu du XIe siècle[3]. Des preuves archéologiques suggèrent qu'avant cette construction, il y a peut-être eu une autre église, ou un lieu saint, sur le même site. On pense que la construction de la première église permanente sur ce site a commencé peu de temps après que Cedd ne commence sa conversion du peuple saxon oriental vers 654. Les vestiges archéologiques de deux simples bâtiments en bois ont été découverts sous le sol actuel du choeur, et ils auraient été construits à la fin du VIe ou au début du VIIe siècle[4].

L'église est dédiée à St André ce qui suggère une fondation celtique pour le sanctuaire d'origine[5]. Le corps du roi Edmond le Martyr d'Est-Anglie (tué en 870, peut-être à Hoxne) y aurait reposé en , en route pour une réinhumation à Bury St Edmunds[6],[7]. Il y a de nombreux hommages à St Edmond dans l'église elle-même.

Certains des martyrs de Tolpuddle (en) ont obtenu des baux agricoles dans la région de Chipping Ongar après leur retour de l'exil forcé en Australie. L'un d'eux, James Brine, épousa Elizabeth, fille de Thomas Standfield, à l'église de Greensted le 20 juin 1839 ; l'acte de mariage est visible dans le présent registre[8]. Les Brines ont déménagé à London (Ontario) au Canada en .

L'église de Greensted figure sur un timbre-poste britannique émis en 1972[9].

Construction[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses autres églises, celle de Greensted a fait l'objet de nombreux travaux au cours des siècles. Le quotidien La Croix annonce en 1912 que l'élise fêtait son 900e anniversaire[10].

Éléments anglo-saxons et normands[modifier | modifier le code]

La nef est faite de grands troncs de chêne fendus[6],[10], ce qui était un mode de construction traditionnel saxon. La nef dispose de poutres pour la plupart d'origine et les recherches dendrochronologiques des années 1960 l'ont datée de 845. En 1995, cependant, cette date a été révisée à 1053 + 10–55 ans (entre 1063 et 1108)[11] Cette plage de dates est basée sur la date dendrochronologique du bois le plus jeune (1053), plus une tolérance standard de 10 à 55 ans pour les cernes d'aubier qui sont supposés avoir été érodés. Une description de dénombre 16 troncs du côté sud et 21 du côté nord[6]. L'église fait 29 pieds et 6 pouces de long pour 14 pieds de vide et 5 pieds 6 pouces de hauteur sur les côtés[12].

Un détail intéressant de la nef est le soi-disant "strabisme de lépreux" ou hagioscope du côté nord. On pensait autrefois que cette petite ouverture à travers le mur de chêne était un endroit où les lépreux qui, non autorisés à l'intérieur de l'église avec la population générale, étaient autorisés à recevoir une bénédiction du prêtre. Sa position à côté de la porte d'origine a conduit les chercheurs à conclure qu'il s'agissait d'une fenêtre utilisée pour voir qui s'approchait de l'église[13].

Dans le chœur, les semelles en silex du mur et le pilier piscine à l'intérieur du sanctuaire sont tout ce qui reste de toute œuvre normande. Près du porche, une grande pierre à chape marque le lieu de repos d'un chevalier inconnu.

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Le chœur d'origine était petit et construit en bois. Le chœur actuel en briques date de cette période de construction.

XVIIe au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'élément le plus visible de l'extérieur, la tour à bardage blanc a été ajoutée à l'époque Stuart (XVIIe siècle). L'une des cloches porte l'inscription "William Land made me 1618". Il existe tours médiévales en bois dans ce quartier de Greensted.

À cette époque, les trois lucarnes sont ajoutées à la nef pour la première fois, et le porche sud est ajouté. Un fragment de verre du XVe siècle peut être vu au centre de la fenêtre quadrilobe à l'extrémité ouest, mais il y a été placé lors de la restauration victorienne. Le plus ancien mémorial mural est dédié à Jone Wood, 1585.

Restauration victorienne[modifier | modifier le code]

Les travaux de reconstruction par les Victoriens au XIXe siècle ont ajouté des briques détaillées au bâtiment ainsi que, très probablement, une partie de la décoration la plus ornée à l'extérieur. Cette restauration a remplacé les trois lucarnes par six, et le porche a été reconstruit. D'autres modifications mineures ont été effectuée et un chaperon en pierre ajouté.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) H. Christie, O. Olsen et H. M. Taylor, « The wooden church of St Andrew at Greensted, Essex », Antiquaries Journal, vol. 59,‎ , p. 92-112
  • (en) « Church at Greensted, Essex », The Penny Magazine, vol. 13, no 757,‎ , p. 17-18 (lire en ligne)
  • « Une église en bois de 900 ans », La Croix, Paris, CroixBayard, vol. 33e année, no 9128,‎ , p. 5 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Clive Frewins, The Church Explorer's Handbook, Canterbury Press Ltd, (ISBN 1-85311-622-X), p. 16
  2. (en) « Church of St Andrew », sur Historic England (consulté le )
  3. (en) « News », British Archaeology, no 10,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « History: Greensted church », sur Greensted Church (consulté le )
  5. (en) Neale, Essex in History, Phillimore, , 108 p. (ISBN 9780850332926), p. 44
  6. a b et c The Penny Magazine 1844, p. 17.
  7. (en) Jennifer Westwood, Albion: a Guide to Legendary Britain, HarperCollins Canada, Limited, , 448 p. (ISBN 9780246117892, lire en ligne), p. 152
  8. (en) Allan Gallop, Six for the Tolpuddle Martyrs : The Epic Struggle for Justice & Freedom, Pen & Sword Books, (ISBN 9781526712523)
  9. (en) Stanley Gibbons Stamp Catalogue, vol. Part 1: British Commonwealth., London, Stanley Gibbons Publications Ltd., , p. 24
  10. a et b La Croix 1912, p. 5.
  11. (en) I. Tyers, Tree-ring analysis of timbers from the stave church at Greensted, Essex, Ancient Monuments Laboratory, coll. « Report » (no 14/96), (lire en ligne [archive])
  12. « Edifices religieux », Curiosités de l'archéologie et des beaux-arts, Paris, Paulin et Le Chevalier,‎ , p. 23 (lire en ligne)« une description de léglise de Greensted en Essex. ... c'est une église saxone »
  13. (en) « Greensted Church – The Oldest Wooden Church in the World », sur Historic UK (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :