Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari
Image illustrative de l'article Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari
Présentation
Nom local I Frari
Culte Catholique
Type Basilique
Début de la construction XIIIe siècle
Architecte Jacopo Celega
Style dominant Gothique
Site web http://www.basilicadeifrari.it/
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Vénétie
Ville Venise
Coordonnées 45° 26′ 12″ Nord 12° 19′ 35″ Est / 45.436805, 12.326446

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari

Géolocalisation sur la carte : Venise

(Voir situation sur carte : Venise)
Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari

La basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari, appelée communément I Frari, est une des principales églises de Venise. Elle est située sur le Campo dei Frari, dans le sestiere de San Polo. Dédiée à l'Assomption de Marie, elle a reçu le titre de basilique mineure.

Le sanctuaire renferme de très nombreuses œuvres d'art, notamment du Titien, et de nombreux monuments funéraires de grands hommes vénitiens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous les doges Jacopo Tiepolo (1229-1249) et Reniero Zeno (1253-1268), les frères franciscains avaient entrepris d'assainir le lac Badoer, un terrain marécageux dans le quartier de San Stefano Confessor (San Stin), et ils y construisirent la première église de Santa Maria Gloriosa ainsi que le monastère voisin.

Mais cette première église devint rapidement trop petite pour tous les fidèles qui accouraient pour entendre la messe. Aussi, à partir du , elle fut agrandie sur tout le campo jusqu'au canal qui le bordait.

Après quatre-vingts ans, la situation se répéta et l'on songea à modifier la structure architecturale en abattant la partie voisine du rio et en formant le campo des Frari. On creusa également un puits d'eau douce. Surtout, on fit pivoter l'axe de l'église en l'orientant vers le rio dei Frari, dans la direction du nord-nord-est.

Vers 1330, les travaux commencèrent sous la direction de Jacopo Celega (en), et furent poursuivis en 1396 par son fils Pier Paolo. La nouvelle église, la troisième érigée par les Franciscains, avait trois nefs, un transept et sept absides, mais grâce à la générosité de Giovanni Corner la chapelle de Saint Marc fut érigée en 1420, formant la huitième abside.

Le campanile, le plus élevé de la ville après celui de Saint Marc (80 mètres), fut achevé en 1396.

En 1478, la sacristie fut concédée à la famille Pesaro comme chapelle et lieu de sépulture. La neuvième abside de forme pentagonale fut alors construite.

Dans les années 1432-1434, l'évêque de Vicence, Pietro Miani, fit construire, pour sa sépulture personnelle, la chapelle de Saint Pierre au pied du campanile. La construction de l'église se poursuivit au ralenti de telle sorte que la façade ne fut achevée qu'en 1440 et l'autel en 1516 seulement. L'église fut consacrée le sous le nom de Santa Maria Gloriosa dei Frari.

Sous Napoléon Ier, la communauté religieuse des Frari, c'est-à-dire les Frères Mineurs Conventuels ou Cordeliers, fut dissoute et, comme les autres églises monastiques (San Stin, San Toma', San Polo, San Agostin), elle fut confiée à un prêtre diocésain.

En 1922, le patriarche Pietro La Fontaine accueillit à nouveau les Cordeliers de retour dans leur église que le Pape Pie XI éleva au rang de basilique mineure en 1926.

L'extérieur[modifier | modifier le code]

L'église est de style gothique italien, elle est construite en brique de couleur claire et fait près de 85 mètres de long sur près de 30 mètres de large. Elle est orientée nord-nord-est/sud-sud-ouest.

  • La façade, de style gothique tardif, est composée de trois parties. Quatre ouvertures éclairent cette façade, un oculus sur chacun des bas côtés et, sur la partie centrale, une très large rosace surmontée d'un autre oculus, les cercles de Pierre d'Istrie étant comme enchâssés dans la brique claire.
  • Au sommet du tympan du portail, un Christ ressuscité d'Alessandro Vittoria (1581) et sur les deux piliers finement travaillés qui l'encadrent, une Vierge à l'Enfant et Saint François de Bartolomeo Bon (vers 1450).
  • Sur le côté gauche un portail gothique avec deux monument funéraires : Sur le côté droit la pierre tombale de Pierio Valeriano et sur le côté gauche celle de son oncle Urban Bolzanio humaniste et helléniste du XVIe siècle.
  • Sur l'arrière de l'église, depuis l'entrée de la Scuola Grande de San Rocco, on aperçoit les neuf arrondis de la chapelle Saint Marc, des six absidioles qui encadrent le chœur et de la sacristie.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Plan de la Basilique

L'intérieur[modifier | modifier le code]

Le plan est en forme de croix latine et comporte trois nefs séparées entre elles par deux rangées de six grosses colonnes.

La nef principale comporte un chœur (11), situé avant la croisée du transept, délimité par deux orgues du XVIIIe siècle et constitué de cent vingt-quatre stalles de bois du sculpteur Marco Cozzi, datant de 1468. L'église est la seule à Venise à avoir conservé son jubé.

Le transept franchi et dans l'axe, s'ouvre la chapelle Majeure (12) de l'abside centrale, flanquée de trois absidioles de chaque côté. À l'extrémité gauche du transept se trouvent la chapelle Corner(7) ou San Marco et, à l'extrémité droite, la sacristie(22).

La contre façade (1)[modifier | modifier le code]

Partie gauche de la nef[modifier | modifier le code]

  • Monument à Canova (3)
En 1794, Antonio Canova a conçu et construit un modèle pour le tombeau du Titien, mais il y avait beaucoup de difficultés à lever les fonds nécessaires à la construction, de sorte que, en 1822, l'année de la mort de Canova, il était encore sous forme de projet. Canova a été enterré à Possagno, son pays natal, l'Académie des Beaux-Arts de Venise a décidé de construire un monument pour préserver l'urne de porphyre contenant le cœur de l'artiste; le travail a été entrepris par six de ses élèves et achevé en 1827.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le monument a été commandité par Leonardo Pesaro neveu du doge. Il fut construit de 1665 à 1669. Le doge avait laissé 12 000 ducats pour sa réalisation. Le Maître d’œuvre choisi fût Baldassare Longhena. Les nombreuses sculptures sont de Melchior Barthel de Dresde et Josse le Court, avec Francesco Cavrioli et Michele Fabris, connu sous le nom d’Ongaro le hongrois). On doit à Cavrioli les deux squelettes de bronze supportant les deux rouleaux, il était spécialisé dans ce domaine. Michele Fabris a sculpté les deux dragons, symboles d'éternité. Josse le Court était responsable des petits anges tenant le manteau du doge Pesaro, des armes de la famille, la statue de Giovanni Pesaro, et les quatre allégories enlacées: la Religion et de la Valeur, à gauche, la Concorde et de la Justice, à droite. Aux dessous : Intelligence, Noblesse, Richesse et Etude, qui font allusion aux exploits et aux mérites du doge. Les paires de chiffres représentant : Religion, et Constance puis Vérité et Justice ont été exécutés par Melchior Barthel.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Partie droite de la nef[modifier | modifier le code]

Le Titien avait souhaité être enterré dans la Basilique des Frari. Il à été inhumée dans le monument qui lui est consacré le 27 Août, 1576. Le monument est en marbre de Carrare il est due au travail des frères Luigi et Pietro Zandomeneghi, disciples de Canova. Le mausolée est situé au pied de la croix pour laquelle Titien a fait son dernier ouvrage, la Pietà , actuellement exposé à l'Académie.
Au centre du monument : la statue du Titien couronné de lauriers est accompagné par les allégories de la nature universelle , le génie de la connaissance, en plus de ceux de la peinture, de la sculpture, des arts graphiques et de l’architecture. A la base les statue de Charles Quint et de Ferdinand Ier d'Autriche, les deux empereurs pour lesquels il avait travaillé. Sur le fond cinq bas-reliefs rappellent les œuvres religieuses les plus importantes de l'artiste: l'Assomption au centre, Pierre de Vérone à la gauche, le martyre de Saint-Laurent à droite; dessus de l'entablement La Visitation droite et la Descente de la Croix à gauche. Au sommet du monument se dresse le lion de Saint-Marc avec le blason des Habsbourg. Le monument a été restauré en 1996.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Monument à Almerico d'Este

Monument à Almerico d'Este prince de Modène (vers 1666). Le monument est situé à la dans la partie droite de la nef au niveau du quatrième autel : Autel de Saint Joseph de Cupertino (28). Il est réalisé en marbre et bois doré. Il est attribué à Baldassare Longhena et Josse le Court. Almerico d’Este a commandé l’armée Vénitienne pendant la guerre de Candie (1645-1669) et est mort durant son commandement. Il a été honoré par des funérailles d'État dans l'église des Frari. Le tombeau a été réalisé aux frais du Sénat vénitien.

Chapelles absidiales de gauche[modifier | modifier le code]

Chapelle des milanais (8)
Première chapelle du transept gauche. En 1361 les frères franciscains ont attribués à la colonie Lombarde très importante à Venise, la jouissance d’une chapelle aux Frari, elle a depuis garder le nom vernaculaire de "chapelle des milanais". La chapelle a été restaurée et aménagée par la communauté lombarde et consacrée par l'évêque de Côme Antonio Rusconi en 1421.
  • Le tableau du retable (Sant'Ambrogio in trono tra angeli musicanti ed otto santi ) représentant Saint Ambroise a été initié par Alvise Vivarini et terminé par le peinture frioulan Marco Basaiti qu'il plaça l'inscription en latin: Quod Vivarine tua fatali sorte nequisti, Marcus Basitus nobile prompsit opus. 1503 sur un billet en trompe l’œil sous les anges musiciens. Au centre du tableau Ambroise de Milan assis sur un trône. A sa gauche, Grégoire le Grand, saint Augustin et saint Jérôme, à droite saint Jean-Baptiste, saint-Sébastien et saint Louis de Toulouse. Dans la partie supérieure du tableau le Christ couronne la Vierge Marie .
  • Au sol devant l'autel : la tombe de Claudio Monteverdi qui est mort à Venise en 1643.
  • Le tableau de la paroi de droite, signé par le peintre vénitien Giovanni Contarini, représente Ambroise de Milan qui chasse les ariens de Milan. Au-dessus est une œuvre du XVIIe siècle de Tizianello (petit-neveu du Titien), "Saint Carlo Borromeo Aumônier". Sur le mur gauche deux autres œuvres du Tizianello- " Saint Ambroise refuse à l'empereur Théodose l'entrée de l'église" (Ambroise de Milan a imposé une pénitence à l'empereur Théodose pour l'assassiner des Thessaloniciens) et "Saint Carlo Borromeo donne la communion aux malades de la peste ».
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les œuvres d'art[modifier | modifier le code]

  • Giovanni Bellini (La Vierge et l'Enfant Jésus avec les saints Nicolas de Bari, Pierre, Marc et Benoît - dans la sacristie)
  • Jubé (1475) de Bartolomeo Bon et Pietro Lombardi
  • Antonio e Paolo Bregno (tombe du Doge Francesco Foscari, attribution ; peut-être une œuvre de Niccolò di Giovanni Fiorentino)
  • Lorenzo Bregno (tombe de Benedetto Pesaro près de l'entrée de la sacristie ; tombe d'Alvise Pasqualino dans la paroi ouest)
  • Girolamo Campagna (statues de saint Antoine de Padoue et de sainte Agnès dans la nef)
  • Marco Cozzi (stalles du chœur)
  • Donatello (statue de saint Jean-Baptiste dans la Chapelle des Florentins, la première à droite ; il s'agit de la première œuvre vénitienne attestée de Donatello)
  • Tullio Lombardo (tombe de Pietro Bernardo dans la paroi ouest (attribution ; peut-être une œuvre de Giovanni Buora)
  • Antonio Rizzo (tombe du Doge Niccolò Tron dans le chœur)
  • Jacopo Sansovino (statue abîmée de saint Jean-Baptiste sur les fonts baptismaux dans la chapelle Corner)
  • Titien (L'Assomption 1516, le retable de l'autel principal, le plus important de Venise ; Madone de Ca' Pesaro sur la paroi nord de la nef)
  • Paolo Veneziano (Le Doge Francesco Dandolo et son épouse présentés à la Vierge par les saints François et Elisabeth de Hongrie dans la sacristie) et La Vierge et l'Enfant, 1339
  • Alessandro Vittoria (statue de saint Jérôme sur le mur méridional de la nef)
  • Alvise Vivarini (Le tableau du retable de saint Amboise dans la première chapelle du transept gauche: la chapelle des Milanais (8); probablement l'œuvre ultime de l'artiste)
  • Bartolomeo Vivarini (Le Triptyque de saint Marc (1474) dans la chapelle Corner ; Vierge et Enfant avec des saints, polyptyque de 1482 dans la troisième chapelle du chœur sud)
  • Giuseppe Nogari (Saint Joseph de Copertino en extase - dans la nef)
  • Giuseppe Porta (Présentation de Jésus au temple - dans la nef)
  • Niccolò Bambini (Le Massacre des Innocents - bras gauche du transept)

Monuments funéraires[modifier | modifier le code]

  • Le sénateur Pietro Bernardo († 1538)

In 1794 Antonio Canova designed and built a model for the tomb of Titian, but there were many difficulties in raising the necessary funds for the construction, so that in 1822, the year of Canova's death, it was still in draft form. Canova was buried in Possagno, his native country, the Academy of Fine Arts of Venice decided to build a monument to preserve the porphyry urn containing the heart of the artist; the work was undertaken by six of his students and completed in 1827.

  • Le Doge Francesco Dandolo (dans la salle capitulaire)
  • Le Doge Francesco Foscari († 1457)
  • Le capitaine de vaisseau Jacopo Marcello, commandant de la flotte vénitienne, mort à Gallipoli le 31 mars 1488, œuvre de Pietro Lombardo.
  • Le compositeur Claudio Monteverdi († 1643) (Chapelle des milanais (8))
  • Le Bienheureux Pacifico dei Frari (fondateur de l'église actuelle) de 1437.
  • Alvise Pasqualino († 1528), Procurateur de Venise
  • Le capitaine Benedetto Pesaro († 1503), capitaine général de la flotte vénitienne, mort à Corfou en 1503, monument de Lorenzo et Giambattista Bregno.
  • Le Doge Giovanni Pesaro
  • L'évêque Jacopo Pesaro († 1547)
  • Le condottiere Paolo Savelli (le premier monument équestre à Venise)
  • Le condottiere Almerico d'Este par Josse le Court
  • Le général Melchiorre Trevisan († 1500)
  • Le Doge Niccolò Tron
  • Le peintre Titien († 1576)

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :