Église Santa Maria Assunta (Venise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Santa Maria Assunta
Image illustrative de l'article Église Santa Maria Assunta (Venise)
La façade de l'église
Présentation
Nom local Chiesa dei Gesuiti
Culte Catholique
Type Église
Rattachement Compagnie de Jésus
Début de la construction 1715
Fin des travaux 1728
Architecte Domenico Rossi
Style dominant XVIIIe siècle
Géographie
Pays Italie
Région Vénétie
Ville Venise
Coordonnées 45° 26′ 36″ nord, 12° 20′ 21″ est

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Église Santa Maria Assunta

Géolocalisation sur la carte : Venise

(Voir situation sur carte : Venise)
Église Santa Maria Assunta

L'église Santa Maria Assunta (église de l'Assomption de la Vierge), plus connue sous le nom de Chiesa dei Gesuiti (parce que construite par les Jésuites) est un édifice religieux du XVIIIe siècle se trouvant à Venise (Italie) dans le sestiere de Cannaregio, non loin du quai des Fondamente Nove.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Bethléhemites[modifier | modifier le code]

Vers 1150-1155, les pères Crociferi (ou Crosechieri: Porte-Croix), ordre de bâtisseurs d'hôpitaux, avec l'aide de Pietro Gussoni et Cleto Grausoni édifient à cet endroit un monastère, un hôpital et une église dédiés à Santa Maria Assunta (l'Assomption de la Vierge ), qui est reconstruite après un incendie en 1214. Cette église est concédée en 1464 au cardinal Pietro Barbo en ensuite à Bessarione. Les crociferi sont ensuite expulsés par le Saint-Siège pour mauvaise conduite et remplacés par des franciscains, puis des chanoines du Saint-Esprit et des Servites.

À la suite d'un incendie 1514, l'ensemble doit être reconstruit et en 1586 Pie V restitue tous les biens aux Crociferi. Ceux-ci retombent dans leurs travers et Innocent X supprime 21 de leur 25 couvents, mais pas celui-ci, ce qu'Alexandre VII fait finalement en 1656, donnant les bien à la République de Venise en prises avec Candie.

Saint Ignace à Venise[modifier | modifier le code]

Saint Ignace de Loyola passe une première fois à Venise en 1523: il est pèlerin et s'y embarque pour la Terre sainte. Une dizaine d'années plus tard, ayant acquis la maitrise en théologie à Paris il est de retour à Venise et y est ordonné prêtre en juin 1537. Ceux qui, étudiants à Paris, ont formé avec lui un groupe d'amis dans le Seigneur l'y avaient rejoint. Ensemble ils désirent partir pour Jérusalem. À Venise, ils se font appeler compagnons de Jésus. Cependant, la guerre entre les Turcs et les Vénitiens empêche tout départ de navire vers la Terre sainte.

Après une année d'attente passée à servir dans les hôpitaux et à prêcher l'Évangile dans la lagune, les compagnons se rendent à Rome (comme ils se l'étaient promis) pour offrir leurs services au pape en 1538.

Après Saint Ignace[modifier | modifier le code]

En raison de l'opposition entre le Pape Paul V Borghèse et la Sérénissime, l'interdit est jeté sur la ville, empêchant tout acte religieux à Venise, ce qui provoque l'expulsion de Jésuites en 1606 et l'interdiction faite aux Vénitiens d'envoyer leurs enfants dans leurs écoles. Les Jésuites ne reviennent qu'en 1657.

Venise leur vend pour cinquante mille ducats un ancien oratoire de l'ordre supprimé des Crociferi (Porte-Croix), reçu du Pape Alexandre VII, pour remercier la ville de la longue guerre menée contre les Turcs. Le complexe se composait d'une église, d'un hôpital et d'un monastère.

Mais l'église des Porte-Croix n'est pas assez grande pour les activités apostoliques et pastorales des Jésuites et en 1715 ils la démolissent pour construire leur propre bâtiment. L'église, qui prend le nom de Santa Maria Assunta (Sainte Marie de l'Assomption) en l'honneur de la Vierge Marie, est financée par la famille Manin, d'origine friouline et patricienne depuis 1657. L'église est consacrée en 1728.

L'extérieur[modifier | modifier le code]

Les Jésuites jugèrent que Domenico Rossi, auteur de l'église de San Stae, était l'architecte idéal pour réaliser ce dont ils avaient besoin. D'un point de vue technique, les schémas imposés par le Concile de Trente ne rendirent pas la chose facile.

La façade est divisée en deux ordres : l'ordre inférieur s'appuie sur huit colonnes sur lesquels repose l'architrave mouvante et brisée du second ordre. Les colonnes soutiennent huit statues, qui avec les quatre statues situées dans les niches de chaque côté du porche, représentent les douze apôtres. Les statues placées dans les niches représentent Saint Jacques le Majeur, Saint Pierre, Saint Paul et Saint Matthieu l'Évangéliste.

Le tout est surmonté de l'œuvre de Giuseppe Torretti, l'Assomption de la Vierge Marie, placée sur le tympan. A été perdue récemment l'œuvre de Francesco Bonazza figurant un drap de marbre vert et blanc, placé devant la fenêtre centrale.

Le Campanile[modifier | modifier le code]

Le campanile est celui qui fut érigé pour l'église des Crociferi. L'unique ajout du XVIIIe siècle en est la salle des cloches.

L'intérieur[modifier | modifier le code]

Le plan de l'église est typique des églises jésuites, en croix latine, avec trois chapelles dans la nef, un transept et un chœur à fond plat flanqués de deux autres chapelles.

Les six chapelles de la nef communiquent entre elles par des passages autrefois réservés aux confessions. Le long de tout le couloir les corretti, grilles derrière lesquelles se tenaient les hôtes du monastère.

La nef se rétrécit devant l'autel, dédié à la Très Sainte Trinité, grâce à la présence de quatre pilastres qui soutiennent la voûte à la croisée.

De 1725 à 1731, l'église fut décorée de marbre de deux couleurs, le vert et le blanc, donnant l'impression d'étoffes précieuses tendues sur les parois et le sol. Les voûtes sont décorées de fresques de Louis Dorigny, dans le chœur Les Anges musiciens en gloire, datant de 1720; et de Francesco Fontebasso Abraham adorant les trois anges et la Vision de Saint Jean l'Évangéliste au plafond de la nef, de 1734.

Le chœur est décoré de statues de chérubins, d'angelots, d'anges et d'archanges de Giuseppe Torretti. L'autel est de Giuseppe Pozzo, surmonté d'une coupole blanche et verte portée par dix colonnes.

La contre-façade[modifier | modifier le code]

Le monument funéraire de la famille Da Lezze par Jacopo Sansovino (milieu du XVIe siècle). Ce monument existait déjà dans l'ancienne église de Crosechieri et fut reconstruite par les jésuites sur le site d'origine. Il résulte de deux commandes, respectivement 4 et 8 colonnes, présente sur les bustes des sarcophages de: Priam De Lezze (au centre, buste d'Alessandro Vittoria), Andrea De Lezze (à gauche, le travail de Giulio del Moro) et Giovanni Da Lezze (à droite, également deGiulio del Moro). C'est chronologiquement le premier exemple d'un monument érigé pour célébrer une famille patricienne dans Venise.

Le côté gauche de la nef[modifier | modifier le code]

Première chapelle - chapelle de saint Laurent
La chapelle est connu pour le tableau du retable : Le Martyre de saint Laurent chef-d'œuvre du Titien (1588). le tableau appartenait initialement à l'ancienne église de Crosechieri.

L'autel a été utilisé par la schola dei passamaneri.

Seconde chapelle - Chapelle de la Madone.
La chapelle est située dans les anciens murs du site identique: la « chapelle de la Vierge » de l'ancienne église de Crosechieri. Sur l'autel la statue de la Vierge et l'Enfant (avant 1604), le seul vestige de la chapelle précédente, est du sculpteur Andrea dall'Acquila.
La chaire
Entre la seconde et la troisième chapelle, on trouve la très belle chaire de Francesco Bonazza
La troisième chapelle - La chapelle du Sacré Cœur
La chapelle appartenait à la schola de devozion de l'Imacolata Concezio, comme le montre l'inscription placée sur la base des colonnes. Le siège de la schola est toujours visible sur le campo devant l'église. La tableau du retable : Sacré-Cœur de Jésus est une copie d'Alessandro Revera (seconde moitié du XIXe siècle) à partir de l'original de Pompeo Batoni.

Le transept gauche[modifier | modifier le code]

L'orgue
Il ne pressente que le buffet, seul son pendant droit est opérationnel.
Autel de L’assomption de Marie
Construit de 1723 à 1724 par Giuseppe Pozzo pour le compte de Paolo Querini, procurateur de San Marco. initialement l'emplacement était réserve à l'autel du jésuite Francesco Saverio, en face de l'autel du fondateur Ignace dans le transept droit. Les sculptures du fronton sont de, Giuseppe Torretti, et représentent la Modestie, et la Virginité et des angelots.
Le tableau du retable L'Assomption de Marie, est une œuvre de jeunesse du Tintoret, 1555. Initialement commandée à Véronèse, elle provient de l'église détruite des Crociferi où elle était sur le maître-autel.[1]. Dans le tableau les armes des Crosechieri sont placées au centre de la tombe en marbre.
Le Monument funèbre du Doge Pasquale Cicogna

encadrant la porte de la sacristie, il y a le monument funéraire du Doge Pasquale Cicogna (1585-1595), il est due Girolamo Campagne et date du début des années 1600. Le doge était particulièrement proche de Crosechieri, dont il était le patron munificence de leur hopital, et avait exprimé le désir d'être enterré dans leur église. Les inscriptions sur le monument qui rappelle la guerre de Candie (Crète), la peste à Padoue, la famine pour la République. Il commémore un incident de 1653 quand il a sauvé, de ses mains, la tranche bénie par le prêtre, enlevé par un coup de vent.

La Sacristie[modifier | modifier le code]

La sacristie accueille vingt tableaux de Palma le Jeune.
  • Au plafond le tableau central représente La chute de la Manne; Tableau de droite David reçoit du prêtre Achimélec les pains offerts dans le sanctuaire; Tableau de gauche Elie nourri par l'ange.
  • Aux murs
Mur de la porte d'entrée, au centre, Le Martyre de Saint Jean-Baptiste entre Saint Lanfranco Beccari et Saint Libère peint en 1610 peint initialement pour l'autel de la schola dei Varoteri mais remplacé par Saint Lanfranco Beccari entre Jean le Baptiste et saint Libère de Cima da Conegliano aujourd'hui au Fitzwilliam Museum à Cambridge.
côté gauche. Portrait en pied de sainte Hélène (mère de Constantin) et Sainte Hélène retrouve la vraie croix
côté droit. L'Empereur Héraclius rapporte la croix du Calvaire.
Mur de gauche : Portrait en pied de Cyriaque de Jérusalem ;Alexandre III confirme les Crucifix et leur donne la règle - Pie II donne les croix d'argent aux crucifères; Portait en pied de Lanfranco Beccari.
Mur de l'autel A droite de l'autel : Le serpent de bronze, puis un portrait en pied du troisième pape, Anacletus, tous deux entre 1592 et 1593. A gauche de l'autel Le pape San Cleto fonde l'Ordre des Crucifix - L'évêque de Saint-Cyrille de Jérusalem confirme l'Ordre. (1620 1622) .

Centre du transept[modifier | modifier le code]

Au plafond une fresque de Louis Dorigny Le triomphe du nom de Jésus, de 1732. Aux quatre coins ornant les pilastres les statues en marbre des Archanges Michel, Gabriel, Raphael et Sariel par Giuseppe Torretti.

Transept droit[modifier | modifier le code]

La chapelle d'Ignace de Loyola

Érigé au frais du procurateur de San Marco Vettor Grimani. Au centre le retable la statue du fondateur de la Compagnie de Jésus, saint Ignace qui montre les Constitutions de la Compagnie de Jésus. Sur les ailes du fronton de chaque côté de la grande statue La foi et la charité. Sur le face avant de l'autel, des bas-reliefs montrant de gauche à droite: saint Ignace donnant ces vêtements avec un pauvre; Ignace à Manrèse; La vision de La Storta.

L'orgue du transept droit

C'est le seul fonctionnel, son homologue controlatéral est factice.

Le chœur[modifier | modifier le code]

la chapelle absidiale de gauche est dédiée à saint joseph.
Le tableau du retable représente la mort de Joseph par Domenico Clavarino.
Le maître-autel
Dans la voûte, une fresque : Anges musiciens en gloire de Louis Dorigny 1732.
L'autel est dédié à la Sainte Trinité, il se compose d'un grand auvent avec dôme d'écailles blanches et vertes, qui repose sur dix colonnes torses de marbre vert.
Au-dessus du tabernacle somptueux incrusté de lapis lazuli, est dû au sculpteur baroque Giuseppe Pozzo. Au dessus est placé un groupe de marbre se composant du Père éternel et du Christ assis sur le globe et les mots sufficit sola fide (la foi est tout ce dont vous avez besoin) par Giuseppe Torretti. À partir d'une ouverture sous le dôme de la verrière, il apparaît en arrière-plan, les rayons du Saint-Esprit entourés par des esprits célestes.
Sur les côtés de l'autel: sur un piédestal, les Archanges Barachiel et Uriel par Giuseppe Torretti. L'archange Barachiel ( « Bénédiction de Dieu ») est placé sur le côté droit du tabernacle, et selon la tradition éclairez le chemin d'Israël. A gauche l’Archange Uriel ( « Lumière de Dieu »), est placé sur la porte de l'Eden, et l'épée flamboyante est remplacée par une lampe eucharistique.
la chapelle absidiale de droite est dédiée à saint François Xavier
Le tableau du retable montre le missionnaire Saint François Xavier qui prêche en Orient par Pietro Liberi. Le retable est complété par un riche groupe de marbre repentant les anges. Il a été érigé comme offrande votive par le Conte Giovanni Paolo Giovanelli.
Sur le mur de droite: Le monument funéraire du général Orazio Farnese érigé à la demande du Sénat en 1675, en mémoire de la conduite héroïque du capitaine dans la bataille des Dardanelles en 1654.

Partie droite de la nef[modifier | modifier le code]

La chapelle des trois jésuites (troisième chapelle)
Le tableau du retable d'Antonio Balestra montre Le Saint-Esprit, la Vierge, saint Marc et les jésuites : Saints Stanislas Kostka, Louis de Gonzague et François Borgia. Les couronnes déposées autour des trois saints symboliste leur refus du pouvoir terrestre. Les allégories sculptées au-dessus de l'autel représentent l'humilité, assis avec l'agneau sur ses genoux; Charité et au milieu de l'image de l'âme raisonnable et béni.
La chapelle de sainte Barbara (Seconde chapelle)
Sur l’autel la statue de sainte Barbara par Giovanni Maria Morlaiter. La chapelle était celle de la schola dei sartori (Les tailleurs de pierre) qui avaient déjà une chapelle dans l'ancienne église de Crosechieri. Les ciseaux, symboles de l’école, sont gravés sur la balustrade et le retour des linteaux.
La chapelle de l'ange gardien (Première chapelle)
Attribuée à la schola dei testori de pani de seda (o samiteri) (Tisserands de lourd et précieux tissus décoratifs en fils de soie et d'or). Le tableau du retable Angelo Custode ed angeli che trasportano le anime par Palma le jeune (vers 1619).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Editions Place des Victoires, , 605 p. (ISBN 978-2-8099-0019-4), p.279

Sur les autres projets Wikimedia :