Église Sant Climent de Taüll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Sant Climent de Taüll
Image illustrative de l’article Église Sant Climent de Taüll
Présentation
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Style dominant Roman
Protection Monumento nacional (1936)
Patrimoine mondial Patrimoine mondial (2000)
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Catalogne Catalogne
Province Province de Lérida Province de Lérida
Comarque Alta Ribagorça
Commune La Vall de Boí
Coordonnées 42° 31′ 03″ nord, 0° 50′ 55″ est

Géolocalisation sur la carte : Catalogne

(Voir situation sur carte : Catalogne)
Église Sant Climent de Taüll

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Église Sant Climent de Taüll

L'église Sant Climent de Taüll est une église romane situé sur le territoire de La Vall de Boí, commune de la vallée du même nom et de la comarque de l'Alta Ribagorça dans le nord de la Province de Lérida et de la communauté autonome de Catalogne en Espagne.

Historique[modifier | modifier le code]

Consacrée en 1123, l'église est l'édifice roman le mieux conservé de la Vall de Boí en Catalogne. Le Christ pantocrator qui ornait l'abside principale est devenue l'image emblématique de la peinture romane catalane.

Comme Sant Joan de Boí, Santa Maria d'Erill la Vall ou la seconde église romane du village de Taüll, Santa Maria, Sant Climent fait partie d'une première vague de construction d'églises romanes dans la Vall de Boí.

L'église se trouve le long de la route qui mène de Boí au centre du village de Taüll. Au Moyen Âge la situation était différente : le chemin de Boí menait directement au centre du village où se trouve l'église Santa Maria et se dirigeait ensuite vers Sant Climent. L'histoire des deux églises de Taüll est liée : Sant Climent a été consacrée le 10 décembre 1123 par Ramon Guillem de Roda, évêque de Barbastro, un jour avant Santa Maria, comme en témoignait jadis une inscription sur un pilier de l'église, actuellement conservée au Musée national d'art de Catalogne (MNAC) à Barcelone :

Anno ab incarnacionae
Domini MCXXIII IIII idus decembris
Venit Raimundus episcopus Barbastre
Nsis et consacravit hanc ecclesiam in honore
Sancti Clementis Martiris et ponens reliquias
In altare sancti Cornelii Episcopi et Martiris

En novembre 2000, Sant Climent est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO avec huit autres églises romanes de la Vall de Boí.

Architecture[modifier | modifier le code]

C'est un édifice formé de trois nefs, terminées chacune par une abside semi-circulaire. Son élément architectural le plus caractéristique est le clocher élancé, dont les six étages n'ont jamais subi de modification. Chaque étage est décoré d'arcatures lombardes surmontées d'une frise de dents d'engrenage. Il se distingue également par la variété de ses fenêtres : selon les étages, simples, à double ou à triple arcade.

Fresques[modifier | modifier le code]

Une œuvre majeure de la peinture romane ornait l'abside principale de l'église : un ensemble magistral autour d'un Christ pantocrator du au maître de Taüll. Il a été découpé en 1919 au moyen d'une technique connue sous le nom de « strappo », parce que l'on craignait que ces peintures — comme beaucoup d'autres dans les Pyrénées espagnoles — ne soient vendues et expédiées à l'étranger. Comme l'inscription mentionnée ci-dessus, elles sont conservées au MNAC à Barcelone, dans une salle qui reproduit l'intérieur de l'église où elles sont exposées à leur emplacement original. Une copie se trouve à présent dans l'église. Le Christ, inscrit dans une mandorle, est assis sur un arc représentant les Cieux. Ses pieds reposent sur la Terre. De sa main droite il fait un geste de bénédiction. Sa main gauche tient un livre ouvert, où l'on peut lire la phrase « EGO SUM LUX MUNDI » (Je suis la lumière du monde), tirée de l'Évangile selon Jean. Les lettres alpha et oméga (première et dernière lettre de l'alphabet grec), qui figurent sur les côtés, indiquent qu'il est le début et la fin de toutes choses. Autour de la mandorle se déploie une version quelque peu inhabituelle du Tétramorphe. En bas, à la droite du Christ, deux cercles contiennent, l'un un ange, l'autre le lion symbole de l'apôtre Marc. À sa droite un autre ange, accompagné du taureau, symbole de l'apôtre Luc. En haut à droite, l'homme ailé symbolise l'apôtre Matthieu, tandis qu'à la gauche du Christ un ange tient l'aigle, symbole de Jean. À chaque extrémité de la composition figure un ange, dont les ailes parsemées d'yeux symbolisent la Révélation. En dessous, de chaque côté de la fenêtre axiale, se tiennent une série de personnages inscrits sous une galerie d'arcades : d'un côté la Vierge Marie et les apôtres Barthélémy et Thomas, de l'autre Jean, Jacques et quelques traces du nom de Philippe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]