Église San Trovaso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Église San Trovaso
San Trovaso (Venice).jpg
Façade de l'église San Trovaso
Présentation
Culte
Type
Diocèse
Style
Construction
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées

L'église San Trovaso est une église catholique de Venise, située dans le sestiere de Dorsoduro. San Trovaso est la contraction vénitienne pour Saint Gervais et saint Protais. Elle est située sur le Campo San Trovaso et a donné son nom au rio qui la borde sur son flanc Est.


Historique[modifier | modifier le code]

L'église San Trovaso a été construite à partir de 1028 sur l'emplacement d'une église antérieure datant de l'époque de la fondation de Venise.

Extérieur[modifier | modifier le code]

Une des caractéristiques de ce bâtiment est sa double façade. Une façade sur les Campo San Trovaso et l'autre donnant sur le rio éponyme. Selon la tradition, la double entrée était nécessaire pour tenir à l'écart des factions rivales des Castellani et des Nicolotti, quand ils venaient assister à la commémoration des saints, afin d'éviter le déclenchement des hostilités.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Cette église contient sur le mur latéral gauche de la chapelle du Saint Sacrement une des Cènes, peintes par le Tintoret, vers 1564-1566 (huile sur toile de 221 × 413 cm)[1]. Elle avait pour pendant, sur le mur droit, la toile Le Christ lavant les pieds de ses disciples, réalisée vers 1556, (huile sur toile de 201 × 408) et aujourd'hui conservée à la National Gallery de Londres. Le remplacement par une copie date de 1720[2].

Le chœur[modifier | modifier le code]

De part et d’autre du chœur liturgique deux chandeliers en bois doré (XVIIIe siècle) Attribuée à au sculpteur Andrea Brustolon. Au mur de droite : L’Adoration des Mages (1587) par Domenico Tintoretto, initialement dans l’église de Santa Maria Maggiore désacralisée par décret napoléonien en 1806. Le tableau du retable du maître autel montre Le Martyre des Saints Gervasio et Protasio peinte en 1910 par G. Lay, en remplacement d’un tableau original des deux saints en gloire (XVIe siècle) par G. Lazzarini, qui a brûlé en 1908, suite à une bougie mal éteinte. Sur le mur de gauche: Joachim chassée du temple (1587) par Domenico Tintoretto, initialement dans l’église de Santa Maria Maggiore.

Chapelle absidiale de gauche[modifier | modifier le code]

Chapelle milledonne qui est dédié à saint Antoine et érigé grâce à la générosité d'Antonio Milledonne, secrétaire des Conseils, qui est enterré au pied de l'autel. Sur le mur de droite: un tableau représentant saint Chrysogone d'Aquilée à cheval (vers 1444) chef d'oeuvre de Michele Giambono. Le seul exemple à Venise de l'iconographie de ce Saint Martyr. Le tableau du retable Les tentations de saint Antoine (vers 1577) par Jacopo Tintoretto, commandée par Antonio Milledonne.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bras gauche du transept[modifier | modifier le code]

La Chapelle du saint Sacrement
Sur le pilier de gauche est gravée la date de 1556, année probable de l'achèvement des travaux de restauration. Les peintures ont été commandées par la schola de dévotion du Très Saint Sacrement, qui possédait la chapelle. C'est la chapelle, la plus richement décorée de sculpture de l'église. Sur le mur de droite: peinture La Cène (1564-66) de Jacopo Tintoretto, à droite de l'autel: une statue de David (1700-1725), par Giovanni Marchiori. ci-dessus: Archange Gabriel, individuellement à droite (Annonciation).
Au centre un bas-relief la communion des Apôtres Oeuvre anonyme du XVIIe siècle, qui a été ajouté au moment de la restauration du XVIIIe siècle. Au dessus la lunette montrant Le Christ et le centurion (avant 1743) par Francesco Polazzo, initialement dans l'ancienne église de San Stin aujourd'hui détruite. A gauche de l'autel: statue de Melchisédek XVIIIe siècle par Giovanni Marchiori. Sur le mur gauche: peinture Lavement des pieds (copie ancienne d'une oeuvre originale de Tintoret, maintenant à la National Gallery de Londres).

Bras droit du transept[modifier | modifier le code]

La chapelle Clary
L'autel a été construit en 1620. Le tableau du retable est de l'école de Palma il Giovane et montre une Annonciation (1621-28 environ). La face avant du autel est sculpté d'un bas-relief montrant des anges portant les signes de la Passion et sur les côtés anges musiciens (1470) d'un sculpteur identifié sous le nom de Maître de San Trovaso.
Les fond baptismaux
Réalisé en marbre de Vérone ils datent de 1700. La statue de saint Jean Baptiste est d'un auteur anonyme.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Côté droit de la nef[modifier | modifier le code]

chapelle de Constant d'Ancône
La seconde chapelle dédiée au protecteur de la schola (ou université) des nonzoli (sacristains) qui avait son siège ici depuis 1865. Les restes du saint étaient à l'origine dans l'église supprimée de San Basegio, ils ont été transportés avec le tableau du retable qui représente le saint en prière. L'oeuvre de Gaspare Diziani vers 1755 a été grossièrement agrandie pour cette nouvelle position.
Chapelle de saint François de Paule
La troisième chapelle : Le tableau du retable montre saint François de Paule et un donateur (1591-1609) par Alvise dal Friso.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Côté gauche de la nef[modifier | modifier le code]

Chapelle de la nativité
La troisième chapelle : Le tableau du retable montre la Nativité de Marie par Palma il Giovane (1591-1603), probablement commandé par la Schola de dévotion de la Nativité.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Éditions Place des Victoires, , 605 p. (ISBN 978-2-8099-0019-4), p.287
  2. Erika Langmuir, National Gallery : Le Guide, Flammarion, , 335 p. (ISBN 2-08-012451-X), p. 157

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :