Église San Sebastiano de Venise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église San Sebastiano
Image illustrative de l'article Église San Sebastiano de Venise
San Sebastiano abside et clocher
Présentation
Nom local San Sebastiano
Culte Catholique romain
Type Église
Début de la construction 1550
Architecte Antonio Abbondi
Style dominant Renaissance artistique
Géographie
Pays Italie
Région Vénétie
Ville Venise
Coordonnées 45° 25′ 55″ N 12° 19′ 12″ E / 45.432, 12.3245° 25′ 55″ Nord 12° 19′ 12″ Est / 45.432, 12.32  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Église San Sebastiano

Géolocalisation sur la carte : Venise

(Voir situation sur carte : Venise)
Église San Sebastiano

L’église San Sebastiano est une église du XIVe siècle, située à Venise en Italie. Le peintre Paul Véronèse y est inhumé.

Façade par Antonio Abbondi

Situation[modifier | modifier le code]

La façade donne sur le pont et le Rio de San Sebastian. Son flanc nord est limité par le campo de San Sebastian. Son flanc sud et l'abside étaient limité par le couvent. L'ensemble des bâtiments du couvent abrite aujourd'hui le Linguistic Center Ateneo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dédiée à saint Sébastien, elle est construite vers 1550 pour les Hiéronymites de l’ordre de saint Jérôme. Elle est remaniée une première fois au XVe siècle, puis au XVIe siècle par l’architecte Antonio Abbondi (surnommé le Scarpagnino) qui modifie l’orientation de la façade et lui donne un caractère classique, avec des colonnes corinthiennes et un fronton surmonté de trois statues.

En 1553, le prêtre, Bernado Torlioni qui avait rencontré Véronèse à Vérone, le fait venir auprès de lui pour lui confier les peintures de l'église[1].

L’intérieur décoré par Véronèse[modifier | modifier le code]

L’intérieur est d’une grande simplicité architecturale mais est, en revanche, richement et entièrement décorée par des fresques et peintures de Véronèse qui travailla pendant près de quinze ans à la décoration de l’église dans laquelle il a d’ailleurs été inhumé en 1588.

La décoration du plafond de la sacristie par Véronèse fut réalisé en 1555, avec le Couronnement de la Vierge et les Quatre évangélistes. On lui demanda ensuite des panneaux ronds, ovales ou carrés, destinés à être insérés dans le plafond de la nef. Il y raconte trois scènes du Livre d'Esther, entourées d'ages, de balustrades décoratives et de figures allégoriques : Esther présentée au roi Assuérus, le Couronnement d'Esther et le Triomphe de Mardochée achevées le , onze mois après leur commande.

Véronèse est de nouveau invité à travailler à l'église San Sebastiano en 1558 où il fut chargé de peindre, sur la partie supérieure des murs, des séquences de la vie du saint. La nef a été peinte en 6 mois, le peintre étant cette fois aidé par plusieurs assistants, dont Benedetto Caliari et Antonio Fasolo[2]

Entre 1559 et 1561, il décora les volets de l'orgue et le panneau de l'autel. On y voit La Vierge en gloire avec saint Sébastien et d'autres saints, et à droite de l’autel la Vierge, sainte Catherine et un moine.

Puis, un peu plus tard vers 1565, il réalisa pour le chœur de l'église trois œuvres illustrant d'autres événements de la vie du saint dont Saint Marc et saint Marcellin encouragés par saint Sébastien sur le chemin du martyre et Le Martyre de Saint Sébastien

A voir également :

  • La Répudiation de Vasti, 1555-1556 de 500 × 370 cm[3]
  • La Piscine probatique, 1559-1560, de 490 × 190 cm[3]
  • Vierge en gloire avec saint Pierre et saint Paul, vers 1562
  • Le Martyre de saint Sébastien, 1565 de 355 × 540 cm

Cette série de chefs-d'œuvre avec des jeux de perspective et une composition picturale hardie et exubérante, a fait de cette petite église un lieu de pèlerinage pour tous les peintres postérieurs.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clare Robertson, Véronèse, Réunions des Musées nationaux Zwemmer,‎ , 64 p. (ISBN 2-7118-2708-9), p. 18
  2. Brouard C, Grands décors religieux, le grand théâtre du sacré, Dossier de l'Art n° 217, avril 2014, p 60-73
  3. a et b Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Éditions Place des Victoires,‎ , 605 p. (ISBN 978-2-8099-0019-4), p.316-340

Sur les autres projets Wikimedia :