Église San Paolo a Ripa d'Arno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église San Paolo a Ripa d’Arno
Image illustrative de l’article Église San Paolo a Ripa d'Arno
Façade de l'église
Présentation
Nom local Chiesa di San Paolo a Ripa d'Arno
Duomo vecchio
Culte Catholicisme
Rattachement Archidiocèse de Pise
Début de la construction Xe siècle
Fin des travaux 1032
Autres campagnes de travaux XIIe siècle ; XIXe siècle ; XXe siècle
Style dominant Architecture romane
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la Toscane Toscane
Ville Pise
Coordonnées 43° 42′ 46″ nord, 10° 23′ 37″ est

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Église San Paolo a Ripa d’Arno

Géolocalisation sur la carte : Toscane

(Voir situation sur carte : Toscane)
Église San Paolo a Ripa d’Arno

L'église San Paolo a Ripa d’Arno est un édifice religieux de la ville de Pise, en Italie. L'église est également connue localement comme le « Duomo vecchio » (vieille cathédrale). Elle se situe sur la bordure ouest de la vieille ville de Pise, au sud de la rivière Arno, qui passe à proximité d'elle d'où le nom de « Ripa d'Arno ». L'église est sous le patronage de saint Paul de Tarse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une première église était présente au même endroit à l'époque carolingienne en l'an 805. Elle est tombée en désuétude et sur ses ruines un nouvel édifice a été construit[1]. En 1092, l'église fut annexée à un monastère des moines Vallombrosains et ensuite en 1147 transformée en hôpital.

L'édifice a été modifiée au cours des XIe – XIIe siècles dans un style similaire à celle du Duomo de Pise et reconsacré par le pape Eugene III en 1148[2].

À partir de 1409, l'ensemble des bâtiments a été donné au cardinal Landolfo di Marramauro, puis en 1552 à la famille Grifoni et, après 1565 à l'Ordre de Saint-Étienne, pape et martyr jusqu'à la construction de leur propre église Santo Stefano dei Cavalieri à la fin du XVIe siècle. En 1798, l'église devint une église paroissiale.

Le bâtiment a été endommagé en 1943[2], en particulier à l'intérieur. La restauration s'est poursuivie de 1949 à 1952, les bâtiments à l'arrière ont été démolis et la petite chapelle de Sant'Agata restaurée.

Description[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

La façade est en pierres romaines de marbre formant des bandes bichrome. La façade, conçue au XIIe siècle, mais terminée au XIVe siècle probablement par Giovanni Pisano, est à deux corps avec pilastres, arcs aveugles, intarsias de marbre et trois ordres de loggias dans la partie supérieure.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Le plan intérieur est en croix latine avec une nef et deux bas-côtés soutenus par des colonnes en granit de lîle d'Elbe, une abside et un dôme au croisement du transept. Il abrite un Crucifix peint sur bois du XIIIe siècle, des fresques de Buonamico Buffalmacco et une Vierge à l'Enfant et Saints de Turino Vanni (XIVe siècle) ainsi qu'un sarcophage romain du IIe siècle utilisé comme tombeau médiéval. Le Bas-relief du sarcophage a été utilisé comme modèle par Nicola Pisano et son élève Arnolfo di Cambio[3].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Roberto Donati, Pisa. Arte e storia, Narni, Plurigraf
  • (de) Heinz Schomann: Kunstdenkmäler in der Toskana, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt 1990.
  • (de) Marianne Mehling (Hrsg.): Knaurs Kulturführer – Florenz und Toskana, Droemer Knaur, München 1983 (ISBN 3-426-26079-4).
  • (de) Klaus Zimmermanns: Toscana – Das Hügelland und die historischen Stadtzentren, 9. Auflage, Du Mont Buchverlag, Köln 1986 (ISBN 3-7701-1050-1).
  • (de) Conrad Streit: Florenz – Toskana – Umbrien, Land der Etrusker, Walter-Verlag, Olten und Freiburg im Breisgau 1972

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de)Marianne Mehling (Hrsg.): Knaurs Kulturführer – Florenz und Toskana, p.  186.
  2. a et b (de)Heinz Schomann: Kunstdenkmäler in der Toskana, p.  448.
  3. (en) Michael Greenhalgh, « Nicola Pisano and Giotto: Founders of Renaissance Classicism », (consulté le 18 septembre 2007)