Église Sainte-Parascève-Vendredi-au-Marché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église Sainte-Parascève-Vendredi-au-Marché.
Image illustrative de l’article Église Sainte-Parascève-Vendredi-au-Marché
Église Sainte-Parascève-Vendredi-au-Marché
Présentation
Nom local Церковь Параске́вы-Пя́тницы на Торгу
Culte Église orthodoxe russe
Début de la construction 1207
Style dominant église de type Smolensk
Date de désacralisation actuellement musée
Protection Patrimoine russe et UNESCO (code:5310046012)
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région Oblast de Novgorod
Ville Novgorod
Coordonnées 58° 31′ 06″ nord, 31° 17′ 08″ est
Géolocalisation sur la carte : Russie
(Voir situation sur carte : Russie)
Église Sainte-Parascève-Vendredi-au-Marché.

L'église Sainte-Parascève-Vendredi-au-Marché (en russe : Церковь Параске́вы-Пя́тницы на Торгу) appartient au complexe architectural de la Cour de Iaroslav à Veliki Novgorod. Le nom de Parascève-Vendredi est celui d'une sainte d'origine balkanique et russe [1],[2]. Le jour du vendredi fait référence au vendredi saint.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

C'est une église à croix inscrite à trois nefs, quatre piliers, un seul dôme, trois absides (dont deux à l'intérieur).

C'était l'église patronale de la corporation des marchands de l'ancienne Novgorod. La patronne de ces marchands était Sainte-Parascève-Vendredi. Le marché de Novgorod se tenait le vendredi.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première église en bois a été construite sur l'emplacement de l'église actuelle en 1156 par des marchands d'outre-mer. Cette terminologie désigne des marchands de Novgorod commerçant avec l'étranger, au-delà des mers. C'est ce qui explique les éléments décoratifs d'origine germanique et la structure même de l'église[3].


En 1191 , un certain Constantin et son frère édifièrent une nouvelle église en bois sur le même emplacement et portant le même nom. Des chroniques plus tardives racontent qu'en 1207, la construction d'une église en pierre est réalisée à nouveau par des marchands d'outre-mer.

L'église a été reconstruite à plusieurs reprises. Ainsi en 1345, à la suite d'un incendie elle a été sérieusement modifiée. Au XVIe siècle, à l'initiative de marchands moscovites, elle a été à nouveau rénovée. Toutefois, l'église a conservé suffisamment de caractéristiques propres pour se présenter encore aujourd'hui en grande partie sous sa forme originelle.

Vue de l'ouest

La dernière restauration a duré 50 ans : elle a débuté en 1954 et s'est terminée au début du XXIe siècle. Elle a permis d'installer dans l'église un musée de l'histoire de l'architecture de Novgorod.

Quelques parties du bâtiment, dont la forme de l'abside et les pilastres verticaux des façades, ont des caractéristiques architecturales similaires aux édifices anciens de Smolensk. Les recherches en ce domaine ont permis d'établir que l'église de Parascève-Vendredi, non seulement pour des détails mais pour l'ensemble de son architecture, reproduit l'image d'une église de la fin du XIIe siècle de Smolensk : l'église Saint-Michel-Archange. Cela s'explique par les liens commerciaux et culturels qui existaient entre le centre de la Rus' de Kiev et Novgorod. La ville de Smolensk se trouve à peu près à équidistance de Kiev et de Novgorod (500 km). La comparaison des architectures des deux édifices permet de supposer que la partie supérieure de l'église de Novgorod a ressemblé davantage autrefois à son modèle de Smolensk mais qu'elle a subi des transformations répétées du fait de divers incendies et rénovations dont les archives conservent les traces écrites.

L'aspect actuel de l'église date de la dernière restauration d'après guerre. Elle sert depuis lors de musée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Popova, Assia, « Démone et chrétienne : sainte Vendredi », Revue des Études Slaves, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, vol. 65, no 4,‎ , p. 743–762 (DOI 10.3406/slave.1993.6142, lire en ligne, consulté le 7 octobre 2020).
  2. Fabre-Vassas, Claudine, « Paraschiva-Vendredi », sur revues.org, Terrain. Anthropologie & sciences humaines, Association Terrain, (ISBN 978-2-110889-28-7, ISSN 0760-5668, consulté le 7 octobre 2020), p. 57–74.
  3. Véra Traimond, Architecture de la Russie ancienne X-XV s., Hermann, éditeurs des sciences et des arts, rue de la Sorbonne, Paris, 2003 (ISBN 2 7056 6433 5) p. 78

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. K. Karger, Novgorod /М. К. Каргер «Новгород», издательство «Искусство», Ленинград 1970

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :