Église Sainte-Marie-Madeleine (Lille)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Sainte-Madeleine.
Église Sainte-Marie-Madeleine de Lille
Lille marie madeleine.JPG
Présentation
Type
Eglise (désaffectée au culte)
Style
Renaissance flamande
Architecte
Construction
1675 - 1707
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte du Nord
voir sur la carte du Nord
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lille
voir sur la carte de Lille
Red pog.svg

L'église Sainte-Marie-Madeleine est une église située dans le quartier du Vieux-Lille, à Lille. Surnommée « la grosse Madeleine » à cause de sa silhouette trapue et de son dôme baroque. Elle a été classée Monument historique en octobre 1965[1]. Elle est désaffectée au culte depuis 1989 et a été transformée en lieu d'expositions. En 1991, c'est l'ancienne chapelle des Carmes déchaussés qui est devenue l'église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de l'édification d'un lieu de culte dédié à sainte Marie-Madeleine remontent à 1233, lorsque le prévôt de Saint-Pierre de Lille autorise la construction d'une chapelle paroissiale en son honneur dans les faubourgs de Lille. Elle sera démolie entre 1667 et 1670 lorsque, après la conquête de Lille par Louis XIV, la ville est fortifiée par Vauban.

La construction d'une nouvelle église est décidée en 1675, date à laquelle un contrat est signé pour la construction du chœur entre les marguilliers et le maître maçon François Vollant, frère de Simon Vollant, architecte de la porte de Paris. En 1676, la maçonnerie et les voûtes du chœur sont terminées, le premier étage de la façade achevé et l'église est ouverte au culte et provisoirement consacrée par l'évêque de Tournai. Les travaux se poursuivent ensuite jusqu'en 1707, avec l'achèvement de la partie supérieure de la façade vers 1688, du dôme vers 1701 et des chapelles de la rotonde entre 1704 et 1707, année où elle est consacrée par l'archevêque de Cologne Joseph Clément de Bavière.

Aussitôt après, l'église est lourdement endommagée pendant le siège des Autrichiens de 1708. Sa restauration est confiée à l'architecte Thomas-Joseph Gombert qui travaillait à la même époque à l'édification de l'église saint André. Les travaux durent jusqu'en 1713.

Interdite au public pour des raisons de sécurité en 1969, l'église est désaffectée en 1989. Restaurée dans le cadre des manifestations de Lille 2004, elle est alors transformée en lieu d'accueil d'expositions temporaires. Depuis, la façade a été restaurée en 2008[2].

Description[modifier | modifier le code]

Vue générale
Le chœur

L'église, surmontée d'un dôme, est un exemple unique dans la région de Lille. Mélange curieux de plusieurs styles, elle mèle renaissance flamande pour la décoration du chœur, Grèce antique pour l'élévation de la coupole, les ordres doriques et ioniques de ses colonnes et style baroque pour les ailes de la façade.

À l'intérieur, elle présente un espace en rotonde sur lequel se greffent le chœur, deux chapelles principales et l’entrée de l’édifice, disposés selon un plan en forme de croix grecque.

Le chœur possède encore sa décoration d'origine, un tableau du maître autel de Jacob van Oost le Jeune, La Résurrection de Lazare, offert par l'artiste lorsqu'il fut marguillier de la paroisse, ainsi que quatre grands tableaux encastrés dans les boiseries représentant des épisodes de la vie de la Madeleine par André Corneille Lens datés de 1777.

Sur les deux piliers encadrant le chœur se trouvaient deux tableaux par Arnould De Vuez, la samaritaine et la cananéenne, maintenant dans les réserves du musée de l'Hospice Comtesse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]