Église Sainte-Madeleine de Pallier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Sainte-Madeleine.
Église Sainte-Madeleine de Pallier
Pallier.jpg
L'église
Présentation
Type
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
PallierVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Creuse
voir sur la carte de la Creuse
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'église Sainte-Madeleine de Pallier (lieu-dit « Paillier ») est située à Gentioux-Pigerolles (Genciòus en occitan) dans le département de la Creuse et la région Nouvelle-Aquitaine. Elle fait l'objet d'une inscription aux monuments historiques depuis 1974[1]

Description[modifier | modifier le code]

La maison de notaire

À proximité de la maison de notaire royal, c'était une dépendance de l'ancienne commanderie de Charrières au temps des Hospitaliers[2] et qui a peut-être auparavant appartenu aux templiers. La maison de notaire, classée monument historique depuis 1996, est un bâtiment qui fut construit à l'initiative d'Alexis Jabouille, notaire royal, en 1760[3]. Il avait une vocation agricole jusqu'aux années 1980 du XXe siècle.

Situé juste au-dessus, la chapelle date du XIIe siècle, elle est juste à côté du cimetière où l'on peut voir des dalles funéraires gravées de la croix de Malte. On peut y voir aussi une croix avec le Christ d'un côté et la Vierge Marie de l'autre.

On peut aussi visiter à proximité une reconstitution d'un jardin médiéval, avec ses plantes aromatiques et médicinales, ses roses, son arbre de vie.

Historique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Commanderie de Gentioux.

L'édifice date du XIIIe siècle[1] mais a connu d'importants travaux de reconstruction en 1555[4].

À la fin du XXe siècle, la maison de notaire royal était devenue des chambres d'hôtes baptisées « commanderie de Pallier » et qui a cessé ses activités en 2008. Ce nom porte à confusion car le chef-lieu de la commanderie fut en fait à Gentioux puis à Saint-Moreil[5].

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :