Église Sainte-Juste-et-Sainte-Ruffine de Prats-de-Mollo-la-Preste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Église Saint-Juste-et-Sainte-Ruffine de Prats-de-Mollo-la-Preste
Prats-de-Molló-la Preste-PM 47090.jpg
Présentation
Type
Style
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Languedoc-Roussillon
voir sur la carte du Languedoc-Roussillon
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Pyrénées-Orientales
voir sur la carte des Pyrénées-Orientales
Red pog.svg

L'église Sainte-Juste-et-Sainte-Ruffine est une église catholique située à Prats-de-Mollo-la-Preste, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français des Pyrénées-Orientales, sur la commune de Prats-de-Mollo-la-Preste.

Historique[modifier | modifier le code]

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1921[1].

Orgue de tribune de Prats-de-Mollo[modifier | modifier le code]

Le premier orgue de l'église est construit en 1724 par le frère Pascal Cervello, religieux de Perpignan. Le buffet est réalisé par Salvador Quinta, ébéniste de Barcelone. L'orgue est mis hors d'usage en 1793 mais le buffet est intact. En 1842-1843, Honoré Grinda, originaire de Nice et installé dans les Pyrénées-Orientales avec son frère Antoine, reconstruit l'orgue dans le buffet de Salvador Quinta. Honoré Grinda est mort à Prats-de-Mollo en 1843. Les travaux sont terminés par son contremaître, Raymond Riqué. La foudre frappe l'orgue en 1932 en détruisant de nombreux tuyaux mais en épargnant le buffet. L'orgue est classé au titre d'objet en 1933[2],[3],[4]. Le nouvel orgue est restauré en 1957-1958 par le facteur Georges Danion, de la maison Danion-Gonzalez de Châtillon-sous-Bagneux. Le facteur Yves Cabourdin assure un relevage de l'orgue en 1975. Un nouveau relevage est fait en 1982 par la Manufacture Danion-Gonzalez, puis en 2016 par le facteur Charles-Emmanuel Sarélot, de la Manufacture Languedocienne des Grandes Orgues, de Lodève[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noël Bailbé, Les clochers-tours du Roussillon, Perpignan, Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, (ISSN 0767-368X)
  • Noël Bailbé, Les portes des églises romanes du Roussillon, Perpignan, Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales,
  • Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Montpellier, Les Presses du Languedoc, , 334 p. (ISBN 978-2-8599-8244-7), p. 303-304
  • Jean-Bernard Mathon (dir.), Guillaume Dalmau et Catherine Rogé-Bonneau, Corpus des Vierges à l'Enfant (XIIe – XVe siècle) des Pyrénées-Orientales, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Histoire de l'art », (ISBN 9782354121853)
  • (ca) « Santa Justa i Santa Rufina de Prats de Molló », dans Catalunya romànica, t. XXV : El Vallespir. El Capcir. El Donasà. La Fenolleda. El Perapertusès, Barcelone, Fundació Enciclopèdia Catalana,

Articles connexes[modifier | modifier le code]