Église Sainte-Croix de Saint-Lô

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Sainte-Croix.
Église Sainte-Croix de Saint-Lô
L'église et son clocher
L'église et son clocher
Présentation
Culte Catholique romain
Début de la construction XIIIe siècle
Architecte clocher : Marcel Mersier
Autres campagnes de travaux Reconstruction
Style dominant gothique
Protection Logo label patrimoine XXe siècle.svg Patrimoine du XXe siècle
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Ville Saint-Lô
Coordonnées 49° 06′ 57″ nord, 1° 05′ 08″ ouest[1]

Géolocalisation sur la carte : Manche

(Voir situation sur carte : Manche)
Église Sainte-Croix de Saint-Lô

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Sainte-Croix de Saint-Lô
Les ruines de l'église et le drapeau recouvrant le corps du major Howie

L'église abbatiale Sainte-Croix, construite au XIIIe siècle, a été profondément remaniée par ses rénovations successives, notamment au XIXe siècle. Lors de la seconde guerre mondiale, le clocher (situé latéralement) s'est effondré et c'est sur ses ruines qu'on a déposé le corps du major Howie.

Le nouveau clocher, labellisé « Patrimoine du XXe siècle », a été reconstruit en 1957 sur le parvis dans un style moderne par Marcel Mersier.

On peut voir le porche ancien, où est représenté le paganisme enchaîné sur le tympan, orné d'un bas-relief représentant le miracle opéré par saint Laud sur une femme aveugle. On peut voir à l'intérieur des chapiteaux romans sculptés : la pesée de l'âme, le Christ en croix, l'orfèvre au travail.

À l'intérieur, le maître autel mesure près de 4 mètres de long et 2,25 de hauteur ; de part et d'autre du tabernacle, il y a un retable aux douze apôtres comme en mouvement. L'autel de la Vierge, situé sur le bas côté est, lui, un bel exemple des autels polychromes du XIXe siècle : les bas reliefs sont la reproduction en plus petit de ceux de la cathédrale de Soissons réalisés par Viollet-le-Duc. Ces deux autels ont été restaurés en 2006 pour un coût de 23 601 euros [2].

Les orgues[modifier | modifier le code]

Au-dessus du porche d’entrée, l’orgue a été construit par Louis Debierre en 1892. Classé au titre des Monuments Historiques, il a été entièrement restauré par Jacques Nonnet[3] et inauguré en 2003.

Objets classés aux monuments historiques[modifier | modifier le code]

objet Référence Date du classement Période de l'objet
orgue de tribune Notice no PM50001562  Inscrit MH (1997) 1893
orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue Notice no PM50001564  Inscrit MH (1997) 1893
orgue de tribune : buffet d'orgue Notice no PM50001563  Inscrit MH (1997) 1893
orgue de tribune Notice no PM50001562  Inscrit MH (1997) 1893
deux consoles Notice no PM50001013  Inscrit MH (1979) XVIIIe siècle

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail
  2. Des joyaux de pierre restaurés, article de La Manche libre n°4234 du 26 novembre 2006
  3. Orgues Giroud Successeurs

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :