Église Sainte-Anne-du-Ruisseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Sainte-Anne.

Église Sainte-Anne-du-Ruisseau
Image illustrative de l’article Église Sainte-Anne-du-Ruisseau
Présentation
Culte Catholique romain
Fin des travaux 1901
Autres campagnes de travaux Ambroise Pottier
Protection Bien inscrit (1992)
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de la Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse
Comté Yarmouth
Ville Argyle
Coordonnées 43° 50′ 15″ nord, 65° 56′ 06″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Église Sainte-Anne-du-Ruisseau

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Écosse

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Écosse)
Église Sainte-Anne-du-Ruisseau

L'Église Saint-Anne-du-Ruisseau située dans le comté de Yarmouth dans le district d’Argyle, est la plus ancienne église paroissiale acadienne en Nouvelle-Écosse continentale[1]. Déclarée propriété historique par la municipalité d’Argyle, l’église Sainte-Anne est considérée comme un lieu touristique important du comté de Yarmouth.

Historique[modifier | modifier le code]

La paroisse Sainte-Anne[modifier | modifier le code]

Les débuts de la paroisse Sainte-Anne remontent à 1767, date du retour de l’exil des Acadiens qui s’établirent sur la péninsule de la Pointe-à-Rocco. C’est dans cette paroisse, à la Pointe-à-Rocco, que fut construite la première chapelle du comté de Yarmouth en 1784[2], après la révocation de la loi qui interdisait le droit aux catholique de créer des églises. La chapelle servit aux Acadiens et aux Micmacs de la région.

De 1784 à 1799, la paroisse est desservie par des missionnaires de passage notamment les abbés Bailly, Bourg, LeDru, Phelan, Power et Grace, avant l’arrivée de l’abbé Jean-Mandé Sigogne qui jouera un rôle prédominent dans l’histoire de la paroisse[3]. Le 4 juillet 1799, l’arrivée de l’abbé Sigogne à Sainte-Anne marque la date officielle de la fondation de la paroisse Sainte-Anne.

L’abbé Sigogne - dont une biographie détaillée figure dans le Dictionnaire biographique du Canada - fut missionnaire de la région de 1799 à 1820[4]. Sigogne contribua à maintenir les traditions françaises et catholiques parmi les Acadiens du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, et c’est encore à ce titre qu’on le révère aujourd’hui dans les districts où il mena son apostolat.

La création de l'église[modifier | modifier le code]

Vers 1800, les effets de la croissance démographique naturelle ont créé de nouveaux villages et ont par la même occasionné la construction de nouvelles églises. L’abbé Sigogne commença en 1808 les travaux pour édifier la première église à Sainte-Anne-du-Ruisseau qui prit le nom du village[4]. Le village a eu divers noms, l’église est aussi connue sous l’appellation d'« Église Sainte-Anne d’Eel Brook » du nom que donnèrent les Anglais au village à cause de la profusion d’anguilles qu’on y trouvait[2].

L’église Sainte-Anne fut détruite par un incendie le 22 mars 1900. Elle est remplacée en l’espace de 13 mois par le Révérend Marie-Jules Crouzier qui fit élever l’édifice actuel, à temps pour y célébrer la messe de minuit de la même année. L’église ne sera bénie qu’en juin 1902[3].

Aujourd'hui, une réplique de la première église a été construite sur le site en guise de commémoration.

Architecture[modifier | modifier le code]

L’architecture néo-roman et le décor de l’église Sainte-Anne témoignent du talent des artisans. L’église comprend deux tours avec des peintures originales au plafond et les murs sanctuaires[5].

L’architecte de l’édifice actuel se nommait Dumaresque et les travaux de construction étaient sous la direction de Ambroise Pottier de Belleville.Les décorations étaient sous la direction de Billinberg, peintre décorateur, connu pour son travail d’embellissement de l’église de Salmon River[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bourque Campbell, Joan, L'histoire de la paroisse de Sainte-Anne-du-Ruisseau (Eel Brook), Yarmouth, Nouvelle-Écosse, Lescarbot, 1985.

Boudreau, Gérald C., Le père Sigogne et les Acadiens du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, Montréal (Québec), Les Éditions Bellarmin, mai 1992, 230 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]