Église Sainte-Agnès-en-Agone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Sainte-Agnès.
Église Sainte-Agnès en Agone
Image illustrative de l'article Église Sainte-Agnès-en-Agone
Présentation
Nom local Sant'Agnese in Agone
Culte Catholicisme
Début de la construction 1652
Fin des travaux 1657
Architecte Girolamo et Carlo Rainaldi
Style dominant baroque
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Latium
Ville Rome
Coordonnées 41° 53′ 56″ N 12° 28′ 21″ E / 41.8988, 12.472641° 53′ 56″ Nord 12° 28′ 21″ Est / 41.8988, 12.4726

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Église Sainte-Agnès en Agone

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Église Sainte-Agnès en Agone

L'église Sant'Agnese in Agone, située sur la place Navone à Rome, a été construite sur le lieu où la sainte, exposée nue à la vue de la population, fut recouverte miraculeusement par ses cheveux.

Le nom in Agone fait référence au premier nom de la place sur laquelle elle se situe, corrompu en Navone par l'usage populaire.

Succédant à l'oratoire construit dès le VIIIe siècle, l'église fut reconstruite dans le style baroque à la demande du pape Innocent X et la famille noble Pamphili par les architectes, Girolamo et Carlo Rainaldi en 1652. On leur doit le plan en forme de croix grecque et les niches des piliers de la coupole. L'église fut achevée de 1653 à 1657 par Francesco Borromini. Il dessina notamment la façade concave de l'église et la surmonta d'une coupole adjointe de deux campaniles.

À l'intérieur, la coupole est ornée de fresques peintes par Ferri représentant la Gloire du Paradis. Les pendentifs ont été réalisés par Le Baciccio en 1666-1672[1].

À l'entrée, on trouve un monument dédié à Innocent X dont la sépulture se trouve à gauche de l'autel principal. L'église contient également un retable en bas-relief sur marbre de Melchiorre Gaffar illustrant le martyre de Saint Eustache.

De l'église on a accès à des souterrains où se trouvent une mosaïque romaine et des restes du stade de Domitien qui précédait la place Navone.

La Fontaine des Quatre-Fleuves du Bernin lui fait face.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elena Fumagalli, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires,‎ (ISBN 2-84459-006-3), p. 632

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :