Église Saint-Simon-et-Saint-Jude de Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Église Saint-Simon-et-Saint-Jude de Metz
Façade de l’église, place de France
Façade de l’église, place de France
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Évêché de Metz
Début de la construction 1735
Fin des travaux 1740
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Metz
Coordonnées 49° 07′ 37″ nord, 6° 10′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Metz

(Voir situation sur carte : Metz)
Église Saint-Simon-et-Saint-Jude de Metz

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Église Saint-Simon-et-Saint-Jude de Metz

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Église Saint-Simon-et-Saint-Jude de Metz

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Simon-et-Saint-Jude de Metz

L’église Saint-Simon-et-Saint-Jude est un édifice du culte catholique romain situé à Metz dans le quartier des Îles (ancien quartier Fort-Moselle). L’église bénéficie du patronage de deux saints protecteurs : les apôtres Simon et Jude[1].

Contexte historique[modifier | modifier le code]

L’église est contemporaine du quartier du Fort Moselle, dont elle constitue le cœur[1]. Dès 1735, le maréchal de Belle-Isle envisage d’édifier une église dans la Ville-Neuve, sur la double couronne du Fort Moselle construite par Cormontaigne[2].

Construction et aménagements[modifier | modifier le code]

En juin 1735, les chanoines réguliers de l’abbaye de Saint-Pierremont, disciples de saint Pierre Fourier, obtiennent de Louis XV un terrain entre le pont des Morts et la porte de France pour construire un hospice refuge[2].

Le 25 octobre, la chapelle de l’hospice, au milieu des bâtiments militaires de la place de France, est assignée comme église à la paroisse pour la Ville-Neuve du Fort-Moselle, Devant-Les-Ponts, Le Ban-Saint-Martin, la maison de la Planche, la Grande-Tape et Ladonchamps (annexe du village de Woippy)[3]. Sur l’actuel place de France, Mgr Claude de Saint-Simon pose la première pierre de la construction de l’église en 1735 et dédie l’édifice à saint Simon[2]. L’église est achevée en 1740[1]. Pour des raisons stratégiques, l’église n’a pas de clocher afin qu’un ennemi potentiel ne puisse bombarder le fort en visant l’église. Stanislas Leszczynski, y attribue une manse pour la fondation d’un collège d’enseignement en 1755 [4].

Affectations successives[modifier | modifier le code]

En 1790, sécularisée, Saint-Simon-Saint-Jude devient « propriété nationale », l’inscription est lisible au fronton[3]. Elle est conservée en 1791 comme oratoire de la paroisse. En 1921, Mgr Pelt confia la responsabilité de la paroisse à la Congrégation de la Mission, dite des Lazaristes. L’année suivante est lancé le pèlerinage à Saint-Jude, invoqué pour les causes difficiles et humainement désespérées. Elles ne manquent pas. Chaque dernier mercredi du mois, une foule nombreuse vient prier à ce pèlerinage[1].

L’église, les façades et toitures des bâtiments adjacents (4 à 9 place de France) ainsi que le sol de la place de France font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Présentation de la communauté de paroisses Saint-Jean-Baptiste des Eaux vives. Consulté le 10 octobre 2009.
  2. a, b et c Journées européennes du patrimoine 19 et 20 septembre 2009 — 26. Église Saint-Simon et Saint-Jude, dans Metz Magazine, hors série no 3, 2009, p. 7.
  3. a et b Église Saint-Simon Saint-Jude sur le site de la mairie de Metz. Consulté le 10 octobre 2009
  4. Dictionnaire du département de la Moselle, M. Viville, 1817
  5. Notice no PA00107034, base Mérimée, ministère français de la Culture