Église Saint-Sépulcre d'Abbeville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sépulcre (homonymie).
Église Saint-Sépulcre d'Abbeville
Angle sud-ouest avec le portail et le clocher
Angle sud-ouest avec le portail et le clocher
Présentation
Culte Catholique romain
Type Collégiale
Début de la construction XIe siècle
Style dominant Gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1907)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Commune Abbeville
Coordonnées 50° 06′ 32″ N 1° 50′ 15″ E / 50.10889, 1.837550° 06′ 32″ Nord 1° 50′ 15″ Est / 50.10889, 1.8375  

L'église Saint-Sépulcre est une collégiale gothique du XIe siècle dans le cœur historique de la vieille ville d'Abbeville.

Historique[modifier | modifier le code]

À la fin du XIe siècle, le comte Guy Ier de Ponthieu rassembla les chevaliers du Nord de la France, avant qu'il ne partent en croisade, à Abbeville où Godefroy de Bouillon les passa en revue. La tradition rapporte que l'église Saint-Sépulcre aurait été fondée sur les lieux mêmes du rassemblement des croisés[1].

De la fondation de cette église, on ne sait pratiquement rien, puisque aucun document ne mentionne la date de sa construction. On ne trouve aucune mention de l'église avant 1206. De plus, aucune trace des XIe siècle ou XIIe siècle n'est visible dans l'édifice. Ce n'est qu'en 1332 que l'église Saint-Sépulcre fut mentionnée dans le Livre rouge de l'Échevinage, sans en donner de description[1]. L'église actuelle a été bâtie au XVe siècle après la guerre de Cent Ans, à la faveur du renouveau économique, dans le style gothique flamboyant. En septembre 1792, c'est dans l'église Saint-Sépulcre que se déroula l'élection des députés du district d'Abbeville à la Convention nationale. En 1863, étant donné le très mauvais état de l'église, d'importants travaux de restauration furent entrepris. Le Clocher et le transept furent rebâtis en style néo-gothique en 1864. Elle fut classée Monument historique en 1907[1].

Pendant la Première Guerre mondiale, Abbeville subit des bombardements, l'église Saint-Sépulcre n'est pas touchée, mais des impacts proches font éclater les vitraux. Le , la municipalité décide réparer les dégâts subits par les églises Saint-Jacques et Saint-Sépulcre, ce qui coûte au totale 181 Francs à la commune[2]. En mai 1940, Abbeville subit un violent bombardement de la Luftwaffe, l'église Saint-Sépulcre fut durement touchée, les voûtes s'effondrèrent ainsi que certains murs. Les vitraux furent brisés par le souffle provoqué par la chute des bombes[1]. La restauration du bâtiment ne fut entreprise que dans les années 1970. En 1982, l'inspecteur des Monuments historiques, François Enaud, proposa à Alfred Manessier, peintre ayant passé son enfance à Abbeville, la création de vitraux pour l'église.

Le dimanche , Alfred Manessier inaugura les trois premiers vitraux qui ornent le chœur de l'église[3]. L'ensemble quasi achevé des vitraux sera inauguré le . En 2012, le clocher fut doté d'une toiture remplaçant la toiture provisoire installée après 1945.

Vitraux[modifier | modifier le code]

Les verrières de l'église Saint-Sépulcre ont été réalisées à la fin du XXe siècle. Ils constituent, à eux seuls, l'élément le plus intéressant de l'édifice.

Tous les cartons des vitraux ont été dessinés par Alfred Manessier (1911-1993). L'artiste conçut son œuvre de trente-et-un vitraux à partir du thème de la victoire de la vie sur la mort, la Passion et la Résurrection. Les verrières ont été réalisées par l'Atelier Lorin de Chartres.

Les vitraux furent posés par Gérard Hermet et ses compagnons, en présence d'Alfred Manessier.

Vitrail de l’église Saint-Sépulcre d’Abbeville

Les verrières doivent se lire de la manière suivante:

  • les trois vitraux de la chapelle sud évoquent la Cène, le blé dans le premier vitrail symbolise le pain, la vigne dans le troisième, le vin. Au centre le grand vitrail évoque l'annonce de la Pentecôte;
  • la petite baie de la façade ouest évoque le chant du coq;
  • au centre de la façade, en haut, le vitrail représente l'ombre de la croix;
  • au-dessus de la petite entrée, au nord, le vitrail évoque le ruissellement de l'eau et du sang;
  • le vitrail suivant évoque le chaos;
  • ensuite, c'est le crépuscule;
  • et enfin la Résurrection;
  • les verrières du chœur évoquent Pâques et la joie des apôtres à l'annonce de la Résurrection ;
  • le vitrail de l'étoile de David, sur le mur nord-est et celui de l'étoile des mers sur le mur sud-est terminent le parcours.

Statues[modifier | modifier le code]

Mobilier liturgique[modifier | modifier le code]

  • maître-autel (XVIIIe siècle et XIXe siècle),
  • stalles (XVIIIe siècle);
  • lutrin (XVIIIe siècle);
  • confessionnal (XVIIIe siècle);
  • chasses (XVIIe siècle et XVIIIe siècle);
  • panneau sculpté, la Résurrection (XVIIIe siècle);
  • chandeliers (atelier des Frères Duthoit, XIXe siècle).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Festival des cathédrales en Picardie, « Église Saint-Sépulcre - Abbeville » (consulté le 24 mai 2009)
  2. « La Première Guerre mondiale », sur Saint Jacques L'oubliée,‎
  3. Site d'association en sommeil, « Manessier et l'église du Saint-Sépulcre » (consulté le 24 mai 2009)