Église Saint-Remy de Saint-Remy-Geest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Saint-Remy
de Saint-Remy-Geest
La tour de façade, dirigée vers l'est.
La tour de façade, dirigée vers l'est.
Présentation
Culte catholique romain
Début de la construction 1768
Architecte Bovesse
Style dominant Architecture classique
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Ville Jodoigne
Coordonnées 50° 44′ 49″ nord, 4° 51′ 31″ est

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Église Saint-Remyde Saint-Remy-Geest

Géolocalisation sur la carte : Brabant wallon

(Voir situation sur carte : Brabant wallon)
Église Saint-Remyde Saint-Remy-Geest

L'église Saint-Remy est une église de style classique située à Saint-Remy-Geest, village de la commune belge de Jodoigne, en province du Brabant wallon.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église, entourée de son cimetière, se dresse en hauteur, au sommet du village[1], à l'intersection de la rue de la Cense Bivort et du chemin des Carriers. Occupant le point culminant[2], sa silhouette domine le village et le paysage et se voit de loin.

L'église dominant le village et le paysage.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, l'église paroissiale de Saint-Remy-Geest était rattachée à l'abbaye bénédictine Saint-Laurent de Liège[3],[4]. Elle a fait partie à toutes les époques du doyenné de Jodoigne[3].

En 1759, comme l'église se trouvait dans un état de délabrement complet, l'abbé de Saint-Laurent y fit des travaux mais avec une telle hâte que le maire et les échevins se plaignirent de n'avoir pas eu communication des plans et entamèrent un procès devant le conseil de Brabant[3],[4].

Le plan du nouvel édifice (dû à l'architecte Bovesse[3],[5],[4]) fut approuvé par une sentence du 28 août 1760[3]. Les habitants du village ne tardèrent cependant pas à à réclamer contre certains détails de la nouvelle construction, et un accord conclu en 1768 avec l'approbation du seigneur du village fit droit aux plaintes des habitants[3]. Le chœur, jugé trop petit, fut allongé de seize pieds et se vit doté d'une fenêtre supplémentaire de chaque côté[3],[4]. Un jubé fut établi au-dessus du portail et la communauté des paroissiens fit ériger une flèche haute de trente pieds[3],[4].

Après le concordat, la paroisse de Saint-Remy-Geest fut réunie à celle de Sainte-Marie-Geest pour en être séparée ultérieurement[3].

L'église vue de la rue de la Cense Bivort.

Architecture[modifier | modifier le code]

Architecture extérieure[modifier | modifier le code]

Clé d'arc du grand portail.

L'église, de style classique[5],[4], est entièrement édifiée en grès de Gobertange[5], une pierre extrêmement résistante extraite dans la région et qui a été énormément utilisée depuis le Moyen Âge.

Elle présente une disposition très particulière en ceci que son chevet est dirigé vers l'ouest et non vers l'est : cette église est donc « occidentée »[5] et non « orientée ».

La tour[modifier | modifier le code]

L'édifice présente à l'est une haute tour carrée[3], flanquée au nord d'une tourelle pentagonale[5] et percée au rez-de-chaussée d'un grand portail sur sa face principale et d'un portail plus petit sur sa face sud.

Le portail principal, de style classique, comporte deux piédroits faits de hauts blocs de pierre alternant avec des pierres plus petites, des impostes ornées de feuillages et un arc en anse de panier dont la clé d'arc est ornée d'un angelot[5] et les écoinçons décorés de motifs floraux et végétaux.

Le petit portail qui perce la face latérale de la tour au sud, également de facture classique, présente des piédroits sculptés, des impostes en saillie, un arc en anse de panier aux écoinçons ornés de fleurs et à la clé d'arc saillante, le tout sommé d'un entablement et d'un fronton triangulaire.

La tour, agrémentée d'ancres de façade à tous les niveaux et surmontée d'une flèche[3] d'ardoises, est percée d'une fenêtre de style classique au-dessus du grand portail et de baies campanaires à abat-sons aux deux derniers niveaux, dont l'une est ornée d'une horloge.

La tour.
Le portail principal.
Imposte du grand portail.
Le petit portail.
Imposte du petit portail.

La nef et le chevet[modifier | modifier le code]

L'église comporte une seule nef de quatre travées dont les façades latérales sont soutenues par de hauts contreforts[5] en forme de pilastres, entre lesquels viennent prendre place les hautes fenêtres de style classique.

Elle se termine à l'ouest (rappelons que l'église est « occidentée » et non « orientée ») par un chœur plus étroit que la nef, qui compte deux travées et est terminé par une abside aveugle à trois pans[3],[5]. Le chœur est flanqué au sud d'une petite sacristie remaniée au XIXe siècle[5].

Le pan occidental de l'abside porte en hauteur un bas-relief frappé du millésime de 1768 pour rappeler le souvenir des travaux d'agrandissement de l'église opérés cette année-là[3]. Le millésime est surmonté d'un ciboire, probablement (selon Tarlier et Wauters) pour indiquer que le curé ou la fabrique d'église y contribua[3].

L'abside.
Le pan occidental.
Le bas-relief.
L'abside vue du sud.

Architecture intérieure et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le millésime des fonts baptismaux.

L'intérieur, très simple, est composé d'une nef unique dont les parois, percées de hautes et larges fenêtres classiques, sont rythmées par de hauts pilastres sur lesquels retombent les arcs-doubleaux de la voûte en berceau surbaissé[3].

Aux extrémités de la nef situées de part et d'autre du chœur se dressent deux autels latéraux en bois, de structure identique.

Chacun de ces autels, réalisé en chêne rehaussé de dorures, est composé verticalement de quatre éléments :

L'autel de gauche abrite la statue de la Vierge[3] : son écusson contient les lettres « A » et « M » entrelacées, résumant la formule latine « Auspice Maria » que l'on peut traduire par « Sous la protection de Marie », suivies de la lettre « R » pour « Regina » (Reine).

L'autel de droite abrite la statue de saint Rémy[3] : son écusson représente l'œil de la Providence, un œil figuré dans un triangle entouré de nuages et de rayons de lumière. La statue du saint, datée du XIXe siècle, est vêtue d'habits traditionnellement confectionnés par des couturières du village[6].

Au fond de l'église se trouve une petite niche qui abrite les fonts baptismaux commandés en 1687 par le curé Jean Delwaide[6]. Ces fonts sont réalisés en pierre bleue (petit granit) et le bord de la cuve baptismale porte le millésime de 1687.

Dans le chœur, un tableau daté entre 1701 et 1800 représente le baptême de Clovis par l'évêque Remi de Reims[6].

Enfin, la nef conserve une peinture sur bois datée entre 1591 et 1600 représentant la Vierge à l'Enfant[6].

L'autel de la Vierge.
La nef.
L'autel de saint Rémy.
Les fonts baptismaux.

Pierres tombales[modifier | modifier le code]

Les gisants de Raes de Fonteny
et de Jeanne de Raul.

Fixée au mur, à droite de la tour, se dresse une belle pierre tombale brisée qui a été restaurée en 2008[6].

Cette dalle funéraire qui date de la Renaissance[5] offre la représentation d'un homme et d'une femme, entourés des deux colonnes qui servaient d'emblème à l'empereur Charles-Quint[3]. Selon la tradition, cette tombe aurait été celle d'un comte et d'une comtesse de Saint-Remy mais il s'agirait en fait de celle de Raes de Fonteny, maire de Geest-Gérompont mort en 1540, et de son épouse Jeanne de Raul[3] (morte un 15 décembre).

Tarlier et Wauters ont en effet déchiffré l'inscription tumulaire comme suit[3] :

Cy gist Raes de Fonteny
En son temps maïeur de Geest Geropont
Qui trespassa l'an XV et XL
...
Jeanne de Raul
...
XV de Xbre

Étrangement, la pierre semble avoir été taillée afin de séparer les époux jusqu'à la taille[6].

On trouve également sur un des murs de la sacristie le cartouche funéraire de style Louis XV (style rococo) du curé T. Larmormainy, mort en 1750[5]. Ce cartouche est orné d'un ciboire (illustrant la fonction du curé), de sarments de vigne et d'épis de blé (allusions au vin de messe et à l'hostie).

Raes de Fonteny.
La dalle funéraire.
Jeanne de Raul.
Cartouche funéraire du curé Larmormainy.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'église Saint-Remy sur le site de la Fondation églises ouvertes
  2. Ville de Jodoigne
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t Jules Tarlier et Alphonse Wauters, La Belgique ancienne et moderne - Géographie et histoire des communes belges : province de Brabant, canton de Jodoigne, A. Decq éditeur, août 1872, p. 223-224
  4. a, b, c, d, e et f Panneau explicatif dressé devant l'église
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Le Patrimoine monumental de la Belgique, Wallonie 2, Brabant, Arrondissement de Nivelles, Pierre Mardaga éditeur, 1998, p. 497
  6. a, b, c, d, e et f Panneau explicatif disposé à l'intérieur de l'église par la Fondation Églises Ouvertes.