Église Saint-Pierre de Vouzon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église Saint-Pierre de Vouzon
Image illustrative de l’article Église Saint-Pierre de Vouzon
Présentation
Culte Catholique romain
Type église paroissiale
Rattachement Diocèse de Blois
Début de la construction 1104
Fin des travaux 1889
Style dominant gothique
Géographie
Pays France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Ville Vouzon
Coordonnées 47° 38′ 48″ nord, 2° 03′ 33″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Pierre de Vouzon
Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher
(Voir situation sur carte : Loir-et-Cher)
Église Saint-Pierre de Vouzon

L'église Saint-Pierre est une église catholique édifiée en 1104, située à Vouzon, en Sologne, en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français de Loir-et-Cher, sur la commune de Vouzon dans le diocèse de Blois.

L'église fait partie du groupement inter-paroissiale de Lamotte-Beuvron, Vouzon, Saint-Viâtre, Chaon, Souvigny-en-Sologne et Marcilly-en-Gault.

Historique[modifier | modifier le code]

La première mention de l’église de Vouzon (Vousonno) date de 1104 (restitution de cette église par le seigneur de Beaugency à l’abbaye de cette ville). On ne sait rien de cette église, si ce n'est qu'elle est déjà sous le vocable de Saint-Pierre. À la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle, une nouvelle église remplace le sanctuaire médiéval. De cette église reconstruite, il ne subsiste plus, actuellement, que le clocher-tour, qui atteignait 34 mètres de hauteur, à la fin du XVIIIe siècle du moins. Aux XVIIIe et XIXe siècles, l'église de Vouzon fut victime de divers accidents. Dans la nuit du 16 au , la foudre tombe sur le clocher, et incendie et endommage la boîte de l’horloge de la tour. De 1860 à 1862, d'importants travaux de rénovation de l’église sont réalisés à l’initiative du curé Laroche, et avec la contribution financière personnelle de l’empereur Napoléon III, alors propriétaire du domaine de la Grillère. La galerie latérale extérieure couverte et carrelée (comparable à celle subsistant à l’église de la paroisse voisine de Souvigny-en-Sologne) est démolie et remplacée par deux chapelles latérales. Cette église rénovée est consacrée le par l’évêque de Blois, Mgr Pallu du Parc. Le (six ans seulement après les importants travaux de rénovation du début des années 1860) des cierges mal éteints provoquent l’incendie de la partie gauche du sanctuaire, du retable, des stalles et des lambris, détruisant les peintures du plafond lambrissé datant de l’époque Louis XIII. Dans la nuit du 21 au , l’église est entièrement détruite par l'incendie, à l’exception de la maçonnerie du clocher-tour, au cours d’un orage d’une violence inouïe. Grâce principalement à la générosité de tous les paroissiens de Vouzon, le bâtiment est rapidement reconstruit sous la direction de l’architecte Lafargue, avec des vitraux dus au maître verrier Lorin, de Chartres. L’église reconstruite (avec le clocher dont la hauteur est portée à 42 mètres) est consacrée le par l’évêque de Blois, Mgr Laborde.

Description[modifier | modifier le code]

La tour clocher[modifier | modifier le code]

Le clocher possède trois cloches fondues par Bollée :

  • Angélus, sonne le La.
  • Anne-Sylvine-Amélie, sonne le Fa dièse.
  • Marie-Henriette-Élisabeth, sonne le Ré.

Dans le porche, se situe le tableau du Christ prêchant dans le désert.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La nef[modifier | modifier le code]

La nef est le lieu central de l'église. Elle possède un crucifix et des lustres en cristal de baccarat.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le chœur[modifier | modifier le code]

Cinq vitraux forment l'abside et représentent le mariage de Joseph et Marie, la Présentation de Marie au Temple, la descente de croix inspiré de l'œuvre de Rubens, le reniement de Saint Pierre et la remise des clefs du paradis par Jésus à Pierre créés par l'atelier Lorin de Chartres. Au-dessus de ces vitraux, quelques rosaces montrent des signes du Christ et de Marie. Le maître-autel est représenté par la Cène et sur le tabernacle, un Christ y est représenté. La grille de fer forgé du chœur datant du XVIIIe siècle est classée.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La chapelle du Sacré-Cœur[modifier | modifier le code]

La chapelle du Sacré-Cœur possède un autel avec une statue du Christ au Sacré-Cœur et un autre de Notre-Dame-des-Victoires avec l'enfant Jésus. Au fond, se trouve le confessionnal, on y voit également les statues de Sainte Thérèse de Lisieux, Saint Jean-Marie Vianney, Sainte Anne et un vitrail du Christ Roi.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La chapelle Notre-Dame[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame possède un autel racontant la vie de la Vierge Marie. On y voit le vitrail des apparitions de Lourdes restauré en 2014 et les statues de Saint Michel, Saint Blaise et Saint Joseph. Elle possède une peinture sur toile du XVIIe siècle représentant la Sainte Famille.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les fonts baptismaux[modifier | modifier le code]

Les fonts baptismaux sont le lieu où se déroule les baptêmes. Il est en pierre orné d'un couvercle surmonté d'une croix et possède une grille de fer forgé. On y trouve également le cierge pascal.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le chemin de croix[modifier | modifier le code]

Le chemin de croix et ses quatorze stations sont présents sur les murs des bas-côtés dans les chapelles Notre-Dame et du Sacré-Cœur.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

BIBLIOGRAPHIE

- Lesueur (Dr Frédéric), Les Eglises de Loir-et-Cher, Paris, Editions A. et J. Picard, 1969, p. 495.

- Guillebon (Didier de), L'Eglise de Vouzon et la paroisse de Vouzon au péril des siècles, s.l.n.d [2011].


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :