Église Saint-Pierre de Gourdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Pierre.

Église Saint-Pierre
Façade de l'église
Façade de l'église
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Cahors
Début de la construction 1304
Fin des travaux 1509
Architecte Pierre Descamps
Jean Daniel
Style dominant Gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1906)
Géographie
Pays France
Région Occitanie
Département Lot
Commune Gourdon
Coordonnées 44° 44′ 13″ nord, 1° 22′ 57″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Église Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : Lot

(Voir situation sur carte : Lot)
Église Saint-Pierre

L'église Saint-Pierre est une église catholique située à Gourdon, en France[1]

Historique[modifier | modifier le code]

L'église est construite de 1304 à 1509 sur la base d'une ancienne église romane ruinée à la fin du XIIIe siècle.

Sa nef et sa tour sud sont achevées en 1311. Pierre Descamps, maître-maçon, intervient comme vérificateur (peut-être Pierre Deschamps, successeur de l'architecte Jean Deschamps, mais ce dernier n'est pas intervenu dans cette église). Il constate que les arceaux des chapelles sont « forts et solides sauf qu'ils ne sont ni d'aplomb ni bien cintrés » et qu'il faut ajouter par-dessus « d'autres arcs formerets pour supporter le poids de la grande voûte ».

La tour nord est achevée en 1335. Le début de la guerre de Cent Ans, en 1339, entraîne l'arrêt des travaux. La façade n'est pas terminée.

En 1490, les consuls demandent au maître-maçon Jean Daniel de terminer la construction de la tour sud. C'est fait deux ans plus tard. Les travaux de construction s'achèvent avec la réalisation du grand portail, en 1509.

Gravement dégradée le 4 septembre 1562 lors de l'invasion des troupes protestantes du capitaine Duras.

Le chapitre de l'église Notre-Dame de l'Assomption du Vigan et le recteur de l'église Saint-Pierre vont s'opposer sur la charge de la restauration. L'église laissée sans réparations est alors décrite comme « en ruyne ». Ils sont condamnés en 1591 à remettre l'église en état à la suite d'une plainte des consuls. Les mâchicoulis placés au-dessus de la porte d'entrée datent peut-être de cette restauration. Elle commence à partir de 1608.

L'église ne souffre pas de la Révolution.

L'église est classée très tôt, sur la liste de 1841, mais a cessé d'y apparaître jusqu'en 1875. Il y a eu finalement régularisation car l'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1906[1].

En 1987, l'orgue de tribune, précédemment installé en 1887, est réinstallé dans son buffet.

Description[modifier | modifier le code]

L'église et la ville.

L'église s'élève au centre de la commune de Gourdon, dans le département français du Lot, dominant la butte sur laquelle est construit le village. Il s'agit de l'église paroissiale. Elle est dédiée à saint Pierre.

L'église Saint-Pierre est un édifice que le caractère dépouillé rattache à l'école gothique languedocienne. Sa façade principale est flanquée de deux tours et sa partie centrale est surmontée de mâchicoulis. Sa nef mesure 41 m de long, 12 m de large et 21 m de haut ; ses tours s'élèvent à 35 m de hauteur.

L'intérieur de la nef

Mobilier[modifier | modifier le code]

Parmi les objets mobiliers présents dans l'église :

Vitraux[modifier | modifier le code]

L'église possède des fragments de vitraux géométriques datant du XIVe siècle et des vitraux historiés du XVIe siècle dans la rosace se trouvant au-dessus deu portail occidental.

Le vitraux du chœur ont été réparés en utilisant des verres anciens, en 1610, par Olivier Rey, un verrier de Gourdon[13].

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Legros, Gourdon-en-Quercy. Église des Cordeliers et église Saint-Pierre, p. 307-324, dans Congrès archéologique de France. 147e session. Quercy. 1989, Société française d'archéologie, Paris, 1993 ; p. 544
  • Collette Chantraine, La Bouriane, p. 43, Les éditions du Laquet, Martel, 1996 (ISBN 2-910333-17-5) ; p. 96
  • Sous la direction de Nicolas Bru, Archives de pierre. Les églises du Moyen Âge dans le Lot, p. 209, SilvanaEditoriale, Milan, 2012 (ISBN 978-8-836621-04-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]