Église Saint-Pierre d'Estrées-Mons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Saint-Pierre d'Estrées-Mons
Image illustrative de l’article Église Saint-Pierre d'Estrées-Mons
Présentation
Culte catholique
Type église paroissiale
Début de la construction 1925
Fin des travaux 1927
Architecte Jacques Debat-Ponsan
Style dominant Art déco
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Province Picardie Picardie
Région Hauts-de-France
Département Somme
Ville Estrées-Mons
Coordonnées 49° 52′ 44″ nord, 3° 00′ 27″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Pierre d'Estrées-Mons
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Église Saint-Pierre d'Estrées-Mons
Géolocalisation sur la carte : Somme
(Voir situation sur carte : Somme)
Église Saint-Pierre d'Estrées-Mons

L'église Saint-Pierre d'Estrées-Mons est située dans le hameau de Mons-en-Chaussée sur le territoire de la commune d'Estrées-Mons, dans l'est du département de la Somme, non loin de Péronne.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église de Mons-en-Chaussée avait été construite au XIIe siècle, elle fut détruite au cours de la Première Guerre mondiale, lors de l'Offensive des Cent-Jours. L'architecte Jacques Debat-Ponsan fut chargé du projet de reconstruction pendant l'entre-deux guerres[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La nouvelle église a été construite en 1925[2] selon un plan en croix latine, en brique, béton armé, pierre calcaire et moellon. Elle est composée d'un vaisseau unique avec abside polygonale. Le clocher est construit en moellons de vieux grès brut et en pierre de taille. Sa couverture d'ardoise est en pavillon.

Le portail principal est orné de sculptures représentant, en bas-relief, trois saints (Marie-Madeleine, la Vierge et saint Jean) encadrés par deux anges agenouillés, réalisés par Albert Binquet qui est également le créateur du grand Christ du clocher, en 1928[2].

L'intérieur est couvert de voûte en berceau, demi-berceau ou d'arêtes. Gérard Ansart fut le concepteur du chemin de croix en mosaïque et des vitraux qui détruits pendant la Seconde Guerre mondiale, furent reconstitué par l'atelier Pasquier d'Amiens, en 1958.

Le mobilier en bois fut réalisé par l'ébéniste Guillemont de Péronne et le mobilier en pierre par les Ateliers Saint-Luc de Noyon, en 1932[1].

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no IA80000828, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 260 (ASIN B000WR15W8)