Église Saint-Paul d'Hyères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Paul.
Église Saint-Paul d'Hyères
Hyeres eglise saint paul4.JPG
Présentation
Type
Style
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Place Saint-PaulVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Var
voir sur la carte du Var
Red pog.svg

L'église Saint-Paul aussi appelé Collégiale Saint-Paul est une église catholique située à Hyères, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français du Var, sur la commune de Hyères.

Historique[modifier | modifier le code]

Selon les légendes au sujet des Templiers, et attachées à leur histoire, après la destruction de l'Ordre du Temple en 1312, leurs biens furent donnés aux Chevaliers Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem ; ladite légende veut que le trésor des Templiers soit caché sous la collégiale Saint Paul[2].

Ex voto[modifier | modifier le code]

L'édifice, classé au titre des monuments historiques par un arrêté du 12 juin 1992, abrite une exposition permanente d'ex-voto [1],[3].

Lesdits ex voto ont une particularité spécifique en la collégiale, c’est celle d’être, pour les 432 exemplaires inventoriés, sous la forme de petits tableaux votifs[4] ; chacun illustre une scène de la vie quotidienne face à une situation définie de péril, de menace[5]. La force de ce témoignage révèle une grande richesse et présente pour la Provence, un intérêt historique et iconographique[6]'[7]. Une partie desdits ex voto proviennent de la chapelle Notre Dame de Consolation détruite lors du débarquement en Provence le 15 août 1944.

Pendant la Révolution, le culte de la déesse Raison est installé en la collégiale qui devient ainsi, un des temples du Jacobinisme[8].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église possède une unique nef datant du XIIe siècle et ayant été en partie reconstruite au XVe siècle dans un style gothique tardif[9],[10]. La collégiale conserve ainsi les vestiges du premier édifice construit dans le style roman provençal.

Au XIIIe siècle, elle est protégée par un rempart dont la porte Saint-Paul devient l’entrée principale.

Vers la fin du XVIe siècle, une nouvelle église, de style gothique rayonnant et de plan irrégulier, est édifiée ; elle est attenante à l’ancienne église romane, qui en devient le narthex. La collégiale se termine ainsi par une abside à trois pans et se divise en cinq travées éclairées par des fenêtres gothiques flamboyantes.

Le portail actuel d'aspect Renaissance a été construit entre 1787 et 1789. Enfin, une tour carrée, de style roman, avec une ouverture en plein cintre, domine l'ensemble.

Au XIXe siècle, la porte et l’escalier sont réalisés face à la rade pour faciliter l’accès depuis la ville basse.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Église Saint-Paul », notice no PA00081641, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Templiers en Provence », sur http://templier-provence,
  3. Les ex-voto de la collégiale Saint-Paul à Hyères, C.Pauvarel,  éd. Lieux Dits, Itinéraires du Patrimoine, 2006.
  4. « ex voto marins », sur https://www.ex-voto-marins.net (consulté le 5 janvier 2019)
  5. Itinéraires du patrimoine, Les ex voto de la collégale saint Paul à Hyères, Hyères, Editions Lieuxdits (ISBN 2-914528-28-0)
  6. Joseph Billioud, « Exposition des ex-voto de Provence, », Revue municipale Marseille N° 48, p. 39, Ill.,‎
  7. « Revue municipale Marseille », sur Culture Marseille
  8. « Collégiale Saint Paul », sur Inventaire général du Patrimoine culturel Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
  9. « Traditions gothiques », sur arch.org (consulté le 3 novembre 2018)
  10. « La persistance des traditions gothiques - Ciprut, Édouard-Jacques, note Joseph Billioud », sur IdRef (consulté le 3 novembre 2018)