Église Saint-Nicolas des Forges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Saint-Nicolas des Forges
Les Forges - Eglise Saint-Nicolas 02.JPG

Église Saint-Nicolas

Présentation
Type
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Les ForgesVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'église Saint-Nicolas est une église catholique située à Gouzon, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français de la Creuse, au village des Forges, sur la commune de Gouzon.

Historique[modifier | modifier le code]

On ne connaît pas l'histoire de la construction de cette petite église de campagne. Elle ne comprend qu'une seule nef. Un arc triomphal sépare l'ancienne chapelle, le chœur de l'église actuelle, de son prolongement par la nef. Derrière l'autel a été installé la sacristie.

L'autel avec le tabernacle

Ce qui est mieux connu, c'est l'histoire de la découverte des peintures murales. Elle commence un matin, dans les années cinquante, quand le sonneur de cloches, M. Thuret, aperçoit des peintures alors que la veille les murs étaient intacts. L'humidité due à une infiltration d'eau avait fait tomber un morceau de plâtre. Il signale sa découverte au prêtre de la paroisse, l'abbé Ardant, qui fait part la découverte au service des Beaux-Arts. Rien ne se passe rien jusqu'en 1968. Une visite du service des Beaux-Arts, le 18 octobre 1968, entraîna l'inscription de l'église comme Monument Historique.

Peintures du IXe siècle sur la retombée de gauche de l'arc triomphal

En 1971, Madame de Koisten, directrice de l'école des Beaux-Arts de Tours, commence un travail minutieux de sondage et de dépose du plâtre qui recouvre les enduits. Progressivement, elle découvre que sous une peinture du XIVe siècle se trouve une peinture du XIIe siècle. Madame de Koisten fait ainsi apparaître cinq personnages parmi lesquels on a pu reconnaître les apôtres Barthélemy, Philippe et Simon-Pierre.

En continuant ses recherches Madame de Koisten découvre un oiseau et un réseau de rectangles, qu'elle reconnaît comme des peintures carolingiennes du IXe siècle. Ces peintures ont été faites sur un enduit de sable et de chaux frais. Les peintures du XIIe siècle et XIVe siècle ont été exécutées sur un enduit de sable et de chaux sec.

Les peintures carolingiennes se trouvent en partie supérieure et les retombées, côté chœur, de l'arc triomphal séparant la petite chapelle primitive de la nef actuelle où on peut voir l'oiseau, côté gauche de l'église, des motifs géométriques et floraux. Les peintures sont faites les ocres, les jaunes, les rouges, terres de sienne et noirs sur fond blanc.

Peinture du XIIe siècle dans la sacristie

On peut voir les peintures du XIIe siècle dans la sacristie située derrière le chœur.On peut voir un vieillard de l'Apocalypse.

Peintures du XIVe siècle représentant des apôtres

Les peintures du XIVe siècle représentant les Apôtres peuvent se voir à droite de l'autel. Il est probable que les douze apôtres étaient peints mais certains ont disparu à la suite de travaux ultérieurs.

Les peintures ont été ensuite consolidées par Monsieur Brice Lionel Moulinier pour les fixer et les mettre à l'abri d'éventuelles attaques bactériennes.

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1969 et inscrit en 1973[1].

Sur l'autel de saint Nicolas se trouve un tabernacle à trois pans, avec une avancée séparée des deux côtés par des colonnettes torses.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]