Église Saint-Nicolas de Prague

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Saint-Nicolas de Prague
Image illustrative de l'article Église Saint-Nicolas de Prague
Façade principale de l'église Saint-Nicolas
Présentation
Nom local Kostel svatého Mikuláše
Culte Catholicisme
Type Église
Début de la construction 1673
Fin des travaux 1752
Architecte Christophe Dientzenhofer, Kilian Ignace Dientzenhofer, Anselmo Lurago
Style dominant Baroque
Site web www.stnicholas.cz/en
Géographie
Pays Drapeau de la République tchèque Tchéquie
Ville Prague
District Prague 1
Quartier Malá Strana
Coordonnées 50° 05′ 16″ Nord 14° 24′ 11″ Est / 50.08778, 14.40306

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

(Voir situation sur carte : République tchèque)
Église Saint-Nicolas de Prague

Géolocalisation sur la carte : Prague

(Voir situation sur carte : Prague)
Église Saint-Nicolas de Prague

L'église Saint-Nicolas est un édifice religieux catholique de style baroque sis au cœur de Malá Strana, un quartier ancien de Prague à l'ouest de la Vltava (Tchéquie). Edifiée au XVIIe siècle par les Jésuites en place d'une ancienne église paroissiale Elle est une des églises les plus visitées de Prague, Sa coupole et sa fière tour font traditionnellement partie du panorama du Château de Prague.

L'église est considérée comme un des meilleurs monuments baroques en Europe centrale et comme le plus joli bâtiment baroque de toute la Bohême. Elle a été construite au moment de la reconstruction de la ville, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, au moment où le style Renaissance était remplacé par le style baroque apparu en même temps que les changements politiques suivant la bataille de la Montagne Blanche en 1620, c'est-à-dire la recatholisation du pays et l'instauration du pouvoir monarchique absolu.

Histoire de la construction[modifier | modifier le code]

L'église se trouve au cœur de Malá Strana, où se trouvait l'ancienne église paroissiale Saint-Nicolas, qui fut remplacée au Moyen Âge par une petite église romane entourée d'un marché.

La construction des bâtiments baroques par les Jésuites, y compris la cure et l'école paroissiale, dure de 1673 à 1752. Les travaux sont entamés par maître P. Bos, rapidement remplacé par Giovanni Domenico Orsi. La phase essentielle de la construction commence après 1702 selon de nouveaux plans, qui sont attribués à Christophe Dientzenhofer. Après sa mort, l'œuvre est terminée par son fils Kilian Ignace Dientzenhofer. Des messes sont célébrées dans une partie de l'église dès 1711, mais le complexe n'est terminé qu'en 1771. Cette même année sont terminés la tour et le clocher par Anselmo Lurago.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les bâtisseurs de l'église Saint Nicolas se sont fortement engagés dans l'évolution de l'architecture baroque flamboyante. Lors de la construction, tous les éléments caractéristiques de ce style sont utilisés pour renforcer l'impression de monumentalité et de dramatisme.

La façade occidentale est formée d'un escalier triple, avec rez-de-chaussée, premier étage et un fronton monumental de type romain. La vue en plan est ici enfoncée, là ressortie, ces courbes et contre-courbes donnent une impression de nervosité et de mouvement. La façade est décorée de colonnes ioniques, d'un balcon, d'une décoration de stuc et de statues. Dans la niche du fronton se trouve une statue de saint Nicolas, œuvre des ateliers de J.B.Kohl (avant 1711).

La façade méridionale forme la façade de la nef et la coupole surmontée d'un lanterneau. La façade est terminée par une tour carrée, un beffroi municipal en fait. La coupole, haute de presque 80 mètres, est entre autres décorée de statues d'Ignaz Platzer, datant de la seconde moitié du XVIIe siècle et de R. Platzer (seconde moitié du XIXe siècle). La galerie autour du lanterneau est décorée d'une grille en fer forgé.

Les façades septentrionale et orientale sont moins visibles, la façade nord étant dirigée sur la cour de l'ancienne Maison professe des Jésuites et la façade est presque entièrement cachée par les maisons bourgeoises attenantes.