Église Saint-Martin de Pau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église Saint-Martin
Église Saint-Martin de Pau
Église Saint-Martin de Pau
Présentation
Nom local Saint-Martin
Culte Catholique romaine
Dédicataire Martin de Tours
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron
Début de la construction 1863
Fin des travaux 1871
Architecte Émile Boeswillwald
Style dominant Néo-gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (2021)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Ville Pau
Coordonnées 43° 17′ 38,72″ nord, 0° 22′ 21,4″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Église Saint-Martin
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Église Saint-Martin
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Martin

L'église Saint-Martin est un édifice religieux situé dans la ville de Pau, dans le département français des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au cœur de la ville, elle se trouve aux portes du quartier du château de Pau.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Une première église Saint-Martin est construite entre 1468 et 1472 sur un emplacement situé en face du château de Pau[1].

L'ordre d'agrandir la petite chapelle originelle est, ainsi, prise par Gaston IV de Foix-Béarn. Elle est le siège de l'unique paroisse de Pau jusqu'en 1803. Sous l'influence de la famille d'Albret, l'église devint un temple protestant entre 1563 et 1620.

Trop exiguë pour la population paloise, l'église Saint-Martin est remplacée en 1871 par un nouveau sanctuaire placé un peu plus à l'est.

Il est donc décidé de détruire l'ancienne église en 1885. Le clocher de l'église est en partie détruit en 1794, puis rebâti en bois en 1805 avant d'être reconstruit complètement durant la construction de la nouvelle église Saint-Martin.

Ce clocher existe toujours sous cette forme, il est désormais considéré comme la tour du Parlement de Navarre.

Le nouveau sanctuaire[modifier | modifier le code]

Le choix du lieu d'implantation occasionne une quinzaine d'années de débats. Le principe de construction est décidé en 1851, mais l'emplacement définitif n'est choisi qu'en 1860 en lieu et place de l'ancien hôtel de Gontaut-Biron.

La première pierre est posée en 1863 et les travaux débutent enfin en 1864.

L'église est inaugurée le à la suite des travaux guidés par l'architecte Émile Boeswillwald[2]. Des travaux sont encore nécessaires pour complètement achever l'église dans les dernières années du XIXe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

Le nouvel édifice est d'architecture néogothique aux décors d'influence byzantine.

Il se compose: d'une nef centrale flanquée de deux nefs secondaires, d'un transept, d'un chœur, et de quatre autres absides.

Les matériaux utilisés sont la pierre d'Arudy et la pierre d'Angoulême plus claire. Les vitraux ont, quant à eux, été réalisés par Louis Steinheil.

Dimensions[modifier | modifier le code]

  • Longueur : 70,5 m
  • Largeur : 36,2 m
  • Hauteur du clocher 77 m[3]

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'église est dotée d'un orgue Werner ainsi que d'un carillon[4].

À l'intérieur, un tableau du peintre Eugène Devéria et des objets précieux ont été offerts par la Reine Isabelle II, chassée d'Espagne et qui en fit don lors de son passage à Pau en 1868.

Protection[modifier | modifier le code]

L'église fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le [5].

L'édifice est ensuit classé le 27 avril 2021[6].

Maître autel[modifier | modifier le code]

Le maître autel a été réalisé sur les plans de l'architecte Émile Boeswillwald. Il est commandé en 1871 au marbrier Géruzet de Bagnères-de-Bigorre[7].

Le maître autel est protégé par un ciborium dont la coupole ajourée sur pendentifs repose sur 4 colonnes de marbre blanc. La coupole du ciborium a été exécutée à Pau.

Décor[modifier | modifier le code]

L'église de style néogothique a été décoré par des peintures dans le style d'influence byzantine réalisées par le peintre Hippolyte Flandrin, Auguste Steinheil et Adolphe Steinheil, et inscrites au titre objet :

  • peinture du tympan intérieur du porche : Christ bénissant, avec saint Martin et saint Léon[8] ;
  • peintures du chœur[9] ;
  • peintures murales de la chapelle de la Vierge dans le transept[10] ;
  • peintures murales de la chapelle du Sacré-Cœur[11].

Le tétramorphe a été sculpté par Geoffroy-Dechaume, probablement vers 1870[12].

La marqueterie de marbre du sol du chœur a été inscrite au titre objet des monuments historiques[13].

Vitraux[modifier | modifier le code]

L'architecte Émile Boeswilwald écrit au maire le qu'il prépare des devis pour les vitraux. D'après le chanoine Laborde, historien de l'église, a écrit que les cartons des vitraux sont de la main d'Auguste Steinheil sous l'autorité de l'architecte. Les vitraux ont été exécutés par le peintre-verrier Édouard Didron. Steinheil s'est inspiré des peintres-verriers du XIIIe siècle[14],[15],[16],[17].

Deux verrières sont offertes en 1919 par Joseph Mauméjean pour les chapelles de Notre-Dame-de-Lourdes et des fonts baptismaux, sur les thèmes de l'éducation de la Vierge et du Baptême du Christ.

Un orage endommage l'ensemble des verrières le . Les vitraux sont restaurés par Joseph Mauméjean. Cette restauration est terminée en 1934 par Pierre Arcencam[18] (1867-1959), peintre-verrier à Pau.

Orgue de tribune[modifier | modifier le code]

Le grand orgue de 54 jeux avec 3 claviers et un pédalier réalisé par Georges Wenner a été inauguré le par l'organiste titulaire, Léandre Czerniewski (1842-1932).

Il a été restauré en 1889 par Michel Roger, en 1942 par Maurice Puget, réharmonisé et modifié en 1968 par Edmond Costa de Lodève, électrifié par la maison Gonzalez en 1976 et restauré en 1997 par Bernard Dargassie avec une seconde console électrique[19],[20].

I/Grand orgue II/Positif intérieur III/Récit expressif P/Pédale
56 notes 56 notes 56 notes 32 notes
Montre 16

Bourdon 16

Montre 8

Bourdon 8

Salicional 8

Flûte 8

Prestant 4

Flûte octaviante 4

Grosse Tierce 3 1/5

Doublette 2

Cornet V

Fourniture IV                                                   1 1/3’

Cymbale III 1/2’

Double 32

Double 31 1/8

Double 30 2/4

Double 29 4/6’

Double 28 3/12

Double 81/3’

Double 26 2/18’

Double 25 1/5’

Double 24’

Bombarde 16

Trompette 8

Clairon 4

Principal 8

Bourdon 8

Prestant 4

Flûte 4

Nazard 2 2/3

Quarte de nazard 2

Doublette 2

Tierce 1 3/5

Larigot 1 1/3

Piccolo 1

Fourniture

      IV 1 1/3’

Double 32

Double 31 1/8

Double 30 2/4

Double 29 4/6’

Double 28 3/12

Double

27 1/16’

Double 26 2/18’

Double 25 1/5’

Double 24’

Trompette 8

Cromorne 8

Voix Humaine 8

Quintaton 16

Bourdon 8

Dulciane 8

Voix Céleste 8

Flûte 4

Quinte 2 2/3

Flageolet 2

Plein

  jeu

  V 2’

Double 32

Double 31 1/8

Double 30 2/4

Double 29 4/6’

Double 28 3/12

Double

27 1/16’

Double 26 2/18’

Double 25 1/5’

Double 24’

Basson 16

Trompette 8

Basson-Hautbois 8

Chamade 8

Clairon 4

Chamade 4

Bourdon Acoustique 32

Soubasse 16

Contrebasse 16

Flûte 16

Flûte 8

Basse 8

Quinte 5 1/3

Meerflaut 4

Recorder 2

Double 32

Double 31 1/8

Double 30 2/4

Double 29 4/6’

Double 28 3/12

Double

27 1/16’

Double 26 2/18’

Double 25 1/5’

Double 24’

Bombarde 16

Basson 16

Trompette 8

Chamade 8

Clairon 4

Chamade 4

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager » [PDF], sur un site de la mairie de Pau, (consulté le ).
  2. « L'église Saint-Martin », sur christsauveur64.org (consulté le ).
  3. Rébécca Lazzerini, « L'église Saint-Martin se dévoile », sur un site de La République des Pyrénées, (consulté le ).
  4. « Architecture religieuse »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ).
  5. « Eglise Saint-Martin », notice no PA64000107, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Pau : l'église Saint-Martin en passe d'être classée au titre des Monuments Historiques
  7. « L'achèvement des travaux intérieurs », Mémorial des Pyrénées, no 58,‎ 16 mai 1871 (59e année), p. 2 (lire en ligne)
  8. « peinture du tympan intérieur du porche : Christ bénissant, avec saint Martin et saint Léon », notice no PM64002293, base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « peinture : décor du chœur », notice no PM64002297, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « autel, décors et peintures murales de la chapelle de la Vierge », notice no PM64002294, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « autel, décors et peintures murales de la chapelle du Sacré-Cœur », notice no PM64002295, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. Inventaire général du patrimoine en Nouvelle-Aquitaine : Quatre hauts-reliefs du Tétramorphe et leurs supports
  13. « sol du chœur », notice no PM64002363, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. Inventaire général du patrimoine en Nouvelle-Aquitaine : Ensemble des verrières de l'église
  15. général du patrimoine en Nouvelle-Aquitaine : Ensemble des 18 verrières du chœur (baies 100 à 106, 200 à 210) : les dons du Saint Esprit, la Trinité accompagnée du Tétramorphe, les Apôtres, les Prophètes
  16. Inventaire général du patrimoine en Nouvelle-Aquitaine : Ensemble des 26 verrières de la nef et des bas-côtés : La Vierge des sept douleurs, Salvator Mundi, Baptême du Christ, La Vierge, sainte Anne et l'Enfant
  17. Inventaire général du patrimoine en Nouvelle-Aquitaine : Ensemble des 12 verrières du transept
  18. Pierre-Albert Frouté, « Pierre Arcencam et les Montaut, des artisans peintres verriers béarnais mal connus », Pyrénées, no 237,‎ , p. 75-84
  19. Orgue en Aquitaine : Orgue de Pau, Église Saint-Martin
  20. Musique et musiciens : Église Saint-Martin, Pau (Pyrénées-Atlantique)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]