Église Saint-Martin de Champeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église Saint-Martin
Image illustrative de l’article Église Saint-Martin de Champeaux
La façade occidentale de l'église Saint-Martin.
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse de Périgueux et Sarlat
Début de la construction XIIIe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Style dominant Roman et gothique
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1948)
Géographie
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Commune Mareuil en Périgord
(Champeaux-et-la-Chapelle-Pommier)
Coordonnées 45° 28′ 28″ nord, 0° 34′ 46″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Martin
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Église Saint-Martin
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
(Voir situation sur carte : Dordogne)
Église Saint-Martin

L'église Saint-Martin de Champeaux est une église catholique située à Champeaux, en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin[1] est située dans le nord du département de la Dordogne, en Ribéracois, sur la commune nouvelle de Mareuil en Périgord, dans le petit bourg de Champeaux, à une soixantaine de mètres au sud de la Nizonne.

Historique[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu, Champeaux, est relevée au XIIIe siècle dans un pouillé, sous la forme Champeus[2],[3], postérieurement à la construction de l'église.

Au XIVe siècle, la paroisse de Champeaux dépend de la châtellenie des Bernardières[4].

Le portail est édifié au XIVe siècle et l'oculus qui le surmonte est réalisé au XIXe siècle[5].

L'église est remaniée au XVe siècle, à la Renaissance[6], notamment avec l'ajout d'une chapelle latérale nord. Les culs-de-lampes des ogives de cette chapelle, ornés d'écussons de la famille Fayolle, sont martelés en 1793, lors de la Révolution française[7].

En 1863, le cimetière qui entourait l'église, devenu insalubre et trop exigu, est déplacé[8], sur la rive droite de la Nizonne, exempte de bâtiments.

L'église est inscrite au titre des monuments historiques le [9].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église est orientée est-ouest. Le pignon occidental, éclairé par un oculus[5] et sommé d'une croix en pierre, présente un portail à quatre voussures[9], décoré de chaque côté d'une tête sculptée.

La nef unique de quatre travées s'ouvre au nord sur une chapelle gothique[9] dont les culs-de-lampes des ogives sont martelés[7]. Nef et chapelle sont couvertes de toits à deux pans[8].

Au droit de cette chapelle, le clocher de forme rectangulaire surmonte la nef, reposant sur une coupole soutenue par quatre piliers sculptés de feuillages[9]. Ce clocher est épaulé au sud par deux contreforts différents, celui de l'ouest étant plus haut et plus massif que celui de l'est. Le clocher est couvert d'un toit à quatre pans[8], qu'ornent deux croix métalliques. Les baies du clocher, en plein cintre[8], deux sur chaque côté, sont de style roman.

Le chœur, éclairé de trois baies romanes, se termine par un chevet plat et une sacristie a été ajoutée à son angle sud-est.

Mobilier[modifier | modifier le code]

Plusieurs objets sont inscrits en date du au titre des monuments historiques :

Photothèque[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 235.
  2. Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (A-K), article « Champeaux-et-la-Chapelle-Pommier », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 22 octobre 2019.
  3. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 95.
  4. Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (A-K), article « Bernardières (les) », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 22 octobre 2019.
  5. a et b La boucle de Champeaux-et-la-Chapelle-Pommier, Office de tourisme Périgord Dronne Belle, consulté le 31 janvier 2021.
  6. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3), p. 154.
  7. a b et c « Champeaux et la Chapelle Pommier », Ma Dordogne cachée, consulté le 31 janvier 2021.
  8. a b c d et e Église Saint-Martin, Observatoire du patrimoine religieux, consulté le 31 janvier 2021.
  9. a b c et d « Église de Champeaux », notice no PA00082468, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 31 janvier 2021.
  10. « porte de sacristie », notice no PM24001100, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 31 janvier 2021.
  11. « croix de procession », notice no PM24001098, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 31 janvier 2021.
  12. « calice et patène », notice no PM24001099, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 31 janvier 2021.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]