Église Saint-Martin de Carignan-de-Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Église Saint-Martin
de Carignan-de-Bordeaux
Église Saint-Martin de Carignan-de-Bordeaux 1.JPG
Présentation
Destination initiale
Église paroissiale
Destination actuelle
Église paroissiale
Style
Construction
XIIIe, XVe, XVIe et XVIIIe siècles
Religion
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Recensé à l'inventaire généralVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Aquitaine
voir sur la carte d’Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Gironde
voir sur la carte de Gironde
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'église Saint-Martin est une église catholique située dans la commune de Carignan-de-Bordeaux, dans le département de la Gironde, en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située au centre du bourg.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin, d'origine romane (XIe siècle), dont subsistent le portail et la corniche de façade du XIIe siècle, mais qui a été considérablement restaurée au XVIe siècle.

La nef, les chapelles latérales et une abside polygonale ont été refaites au XVe siècle en style gothique et voûtées en 1543.

Les meurtrières datent de l'époque des guerres de religion de la seconde moitié du XVIe siècle..

Un tremblement de terre endommage l'édifice en 1759, après quoi le sol est rehaussé et des contreforts placés le long des murs et un clocher construit. En 1791 la foudre a détruit en partie le clocher.

Une nouvelle restauration de l'église a eu lieu entre 1885 et 1886.

La façade occidentale[modifier | modifier le code]

Le portail et corniche de façade

Le portail actuel date de la restauration du XIXe siècle, sauf pour les deux culots gothiques qui soulagent l'archivolte supérieure. Celui du sud est très érodé, mais on peut discerner le visage; celui du nord est en meilleur état.

La partie romane de l'église est la série modillonnaire pour-tournant la partie basse de l'actuel clocher. Les modillons qui n'ont pas été refaits au XIXe siècle s'inscrivent dans la tradition de l'abbaye de La Sauve-Majeure et sont à dater au milieu du XIIe siècle[1]. Les représentations sont des figures traditionnelles de mise en garde contre la luxure.

L'intérieur[modifier | modifier le code]

Les viraux : Les vitraux de l'église sont l’œuvre du maître verrier bordelais Henri Feur (1837-1926) et datent de la restauration de 1886.

Le mobilier

  • Les fonts baptismaux : ils ont été classés au titre d'objet le [2]. Les fonts sont monolithes et portent un décor sculpté :
    • sur la face principale Jésus portant un agneau est encadré par deux soleils, celui de gauche contient le sigle I.H.S. et celui de droite des signes représentant l'alpha et oméga.
    • Sur les deux côtés se trouvent des angelots.
    • La face arrière porte la date : 1637.
  • Le tableau L'adoration des bergers est un cadeau fait par le roi Louis XVIII. Il s'agit d'une copie d'un œuvre du peintre José de Ribera. L'original, qui date de 1650, est conservé au musée du Louvre.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Bougoux, L'imagerie romane de l'Entre-deux-Mers : l'iconographie raisonnée de tous les édifices romans de l'Entre-deux-Mers, Bordeaux, Bellus éd., , 828 p. (ISBN 978-2-9503805-4-9 (édité erroné)), p. 798
  2. Notice no PM33000447, base Palissy, ministère français de la Culture